Équipe de France

« Zizou » entraîneur du Real, une première qui laissera des traces 

Entre le choix des hommes et les choix de jeu, la première de Zinédine Zidane a d’emblée marqué la différence avec Rafael Benitez. Tableau noir d’un match qui comptera dans la vie du « Z ».

1. Oh, Isco !
Dès sa toute première conférence de presse, « Zizou » a dit tout le bien qu’il pensait d’Isco. Ni une, ni deux, le laisser-pour-compte de Rafael Benitez a tout de suite retrouvé l’odeur de la pelouse. Dès sa première contre La Corogne, le Madrilène pur jus a été titularisé aux côtés de Luka Modric et Toni Kroos au milieu. Avec un 4-3-3 des familles, défense à plat derrière, triangle modulable au milieu et la « BBC » devant, « Zizou » a donné d’emblée à son Real des allures de machine en (re)conquête. Ainsi, sur cette première image arrêtée, on distingue bien les positions de Modric et Isco (en haut à gauche, derrière Cristiano Ronaldo), en soutien des trois de devant. A même hauteur, de façon à mieux couper les lignes de passe et d’étouffer le premier soutien. En pointe, Karim Benzema est le premier au pressing mais il n’est pas tout seul. Gareth Bale (en bas), Modric, Isco et Ronaldo sont tous tournés vers le ballon. Et avancent vers lui. C’est un pressing à deux têtes, avec la « BBC » en premier rideau et le duo Isco-Modric juste derrière.

2. Quand Pepe sort la tête de l’eau
Préféré à Raphaël Varane pour la première de Zidane, Pepe est ici le symbole de ce pressing de tous les instants et de cette équipe tournée comme un seul homme vers le ballon, bien décidée à défendre en avançant. On distingue parfaitement les deux lignes de trois avec Benzema-Bale et Ronaldo devant, Modric, Isco et Kroos en pointe basse au milieu et les quatre défenseurs alignés. Enfin, pas toujours. Ici, Pepe n’hésite pas à quitter la ligne défensive pour monter sur le porteur du ballon. Avant même que ce dernier ne le reçoive. C’est ce qui s’appelle se retrouver en supériorité numérique. Même à onze contre onze. C’est parce que le Real a étouffé le Depor quand il n’avait pas le ballon qu’il a remporté la bataille de la possession. L’image est saisissante. Les dix joueurs de champ madrilènes sont tous concernés par le ballon.

3. La passe au cœur du jeu
Servi ici par Modric, Karim Benzema n’hésite pas à décrocher de son poste d’attaquant de pointe pour proposer une solution. La qualité de passe du Croate casse la ligne de cinq défenseurs du Depor. Sur cette action, Benzema va décaler Daniel Carvajal qui va centrer pour le deuxième but de Gareth Bale. On voit Marcelo (au fond) prêt à prendre son couloir. Carvajal, absent sur l’image, est déjà en train de proposer une solution à Benzema avec son appel de balle côté droit. Dans ce dispositif résolument offensif (une évidence à la Maison Blanche mais une évidence que les socios du Bernabeu avaient fini par oublier), les arrières latéraux sont de vrais ailiers. De quoi créer le décalage et donc la supériorité numérique. Surtout que dans cette position, le jeu long de Kroos fait des ravages lorsqu’il s’agit de renverser le sens du jeu. Et de prendre à revers la défense adverse.

4. Projection vers l’avant
Cristiano Ronaldo n’a pas marqué contre La Corogne. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Le Portugais a frappé, repris de volée, de la tête et du pied. Mais au vu des occasions créées, franchement, on ne craint pas la crise de confiance pour « CR7 ». Ici, on voit bien toute l’ampleur de la projection vers l’avant du Real. La « BBC » en mode pleine charge, avec Marcelo (au fond, en haut) et Carvajal (en bas, côté droit sur le terrain) déjà à la même hauteur. Isco (plein axe, devant l’arbitre) n’est pas loin non plus, offrant une solution de plus à « CR7 », le porteur du ballon. On compte six joueurs en blanc qui foncent dans les trente derniers mètres adverses. Et on imagine Modric et Kroos pas très loin derrière l’arbitre… Ça peut faire peur, c’est vrai, dans le petit monde de la Ligue 1, de voir autant de monde se projeter vers l’attaque. Nous dirons que ce ne sont pas vraiment les habitudes des entraîneurs français. Mais au Real, le coach « Zizou » a visiblement d’autres priorités.

La Corogne, un si bon souvenir…
Quatorze ans après, jour pour jour ou presque. « Zizou », qui a tombé le voile contre le Depor pour sa première à Bernabeu comme coach du Real, n’a sûrement pas oublié ce 5 janvier 2002. Ce soir-là, le Real affronte le Deportivo La Corogne pour le compte de la 19e journée de championnat. Les deux équipes se disputent alors la tête du classement. Arrivé six mois plus tôt à Madrid en provenance de Turin pour 75 millions d’euros, Zidane a du mal à assumer son statut de joueur le plus cher de l’histoire. La pression des socios et de la presse madrilène commence à se faire sentir. C’est ce soir-là que le « Z » va tout chambouler. En une action. A la 10e minute, Luis Figo lui transmet le ballon à l’entrée de la surface. Le reste : du « Z » en version originale. Feinte de frappe du gauche, caresse et roulade pied droit-pied gauche puis frappe du gauche. Trois défenseurs sur le carreau et Bernabeu qui se lève comme un seul homme. Le nouveau numéro 5 livre un récital tout au long du match, le Real l’emporte 3-1. Présent dans la tribune ce soir-là, Magic Johnson se lève lui aussi. « Zidane, c’est moi et Michael Jordan réunis. »

L’hommage de la presse madrilène
« Magnifique » pour « As », « La Manita (5-0) de Zidane » pour « Marca ». Les deux grands quotidiens sportifs madrilènes n’ont pas fait dans la dentelle pour saluer la première du « Z ». « Un changement radical dans l’équipe avec de la possession, un esprit de sacrifice, de la vitesse, de la pression et du beau jeu ! »

La fiche du match
Le 9 janvier 2016, stade Santiago Bernabeu à Madrid.
Liga, 19e journée, Real Madrid-Deportivo La Corogne 5-0 (2-0).
• Spectateurs : 71 607.
• Buts : Benzema (15e, 90e+1), Bale (23e, 49e, 63e) pour le Real Madrid.
• Avertissements : Lux (15e), Mosquera (64e), Arribas (70e) pour le Deportivo La Corogne.
• Real Madrid : Navas – Carvajal, Ramos (Varane, 46e), Pepe, Marcelo – Kroos, Modric, Isco (James Rodriguez, 66e) – Bale (Jese, 74e), Benzema, Ronaldo. Entraîneur : Zinedine Zidane.
• Deportivo La Corogne : Lux – Juanfran, Arribas, Sidnei, Navarro (Luisinho, 66e) – Bergantinos, Mosquera, Cartabia (Gutierrez, 46e), Luis Alberto, Fajr (Riera, 67e) – Pérez. Entraîneur : Victor Sanchez.

Populaires

To Top