Équipe de France

Yohan Cabaye, le milieu multifonctions

Pas très bruyant, plutôt discret, plus titulaire. C’est sa polyvalence qui offre à Yohan Cabaye une place à part chez les Bleus.

Mine de rien, il est parmi les plus anciens du groupe avec ses trente printemps dans le short et ses 44 sélections au compteur. D’ailleurs, il fait partie de ceux qui ont connu de très près l’Euro 2012 puisqu’il était la sentinelle toute désignée dans le onze de Laurent Blanc à l’époque. Mais il traîne sa parenthèse parisienne, où il a signé en janvier 2014 et où il ne s’est jamais imposé, comme un boulet.
Si Didier Deschamps lui accorde toujours sa confiance, il a pris aussi en pleine figure le déboulé de Lassana Diarra en bleu, qui l’a poliment mais clairement éjecté sur le banc. L’histoire ne dit pas s’il le vit bien mais celui qu’Alan Pardew appelle « The Brain » (le Cerveau) à Crystal Palace (c’était déjà son coach à Newcastle et il a toujours été l’un de ses plus fidèles partisans) ne fait pas d’histoires, au contraire.
Il a pour lui sa polyvalence et d’ailleurs, Didier Deschamps l’a fait évoluer un cran plus haut cette saison (à la place de Paul Pogba), aux côtés de Diarra et Blaise Matuidi. Déjà, Laurent Blanc vantait ses qualités d’adaptation, aussi bien chez les Bleus (entre 2010 et 2012) qu’au Paris Saint-Germain. « Il peut jouer partout au milieu de terrain. C’est, d’une part, assez rare et surtout, très appréciable pour un entraîneur. »
Bon, concernant l’épisode parisien, il se dit que Yohan aurait aimé avoir plus d’explications de la part de son coach, par rapport à son temps de jeu. Mais avec le choix d’un retour en Premier League, il a vite su où se trouvait la meilleure solution pour lui. Pragmatique, le garçon. Un sacré point commun avec Didier Deschamps.
« Il était très important pour moi et pour le sélectionneur que j’enchaîne les matches, disait-il lors de sa première journée à Crystal Palace. J’ai l’opportunité de le faire ici, dans le meilleur championnat du monde. Je n’ai qu’une idée en tête : retrouver beaucoup de plaisir et du temps de jeu. J’espère faire partie du groupe pour l’Euro, je ne m’en cache pas, c’est mon objectif. J’ai envie de montrer que je suis toujours là et je vais bosser en conséquence. »
Résultat, une saison pleine de matches. Pas toujours très heureux mais souvent aboutis, Alan Pardew parlant même une fois d’un « masterclass au milieu de terrain ». Cinq buts et une passe décisive en championnat, pas beaucoup d’occasions de sourire, c’est vrai (malgré un bon départ, les Eagles naviguent, depuis le début de l’année, dans la seconde partie du classement) mais du jeu, du jeu, et encore du jeu.
Exactement ce qu’il était venu chercher pour s’offrir une seconde aventure à l’Euro. Il y a quatre ans, il avait été l’un des meilleurs Bleus sur l’ensemble de la compétition et avait ouvert son compteur buts en sélection contre l’Ukraine, à Kiev. Sa qualité de tir et sa faculté à frapper au but lorsqu’il se trouve aux abords de la surface sont, en outre, des atouts non négligeables dans un groupe où ils ne sont pas légion à pouvoir proposer ça.

PROFIL
Milieu relayeur
Né le 14 janvier 1986 à Tourcoing
30 ans
1,75 m, 72 kg
Club : Crystal Palace (Angleterre)

VISA
44 sélections, 4 buts
Première sélection : le 11 août 2010 à Oslo, Norvège-France 2-1 (amical)
Sélectionneur : Laurent Blanc
Expérience à l’Euro : 3 matches, 242 minutes jouées, 1 but
SA SAISON INTERNATIONALE 2015-16 : 5 matches, 184 minutes jouées, 1 but
SITUATION PERSONNELLE
Encore deux ans de contrat pour Yohan à Crystal Palace, lui qui avait signé un contrat de 3 ans l’été dernier. Parti du Paris SG pour jouer, il est la plaque tournante des Eagles londoniens, perdus dans le bas du classement mais bon, il joue. Alan Pardew, son coach, ne voit que par lui et lui s’y plaît.

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top