Foot

Wylan Cyprien, retour gagnant

Eloigné des terrains pendant près de neuf mois, le milieu de terrain de l’OGCN Wylan Cyprien revient par la grande porte depuis le début d’année. Le Gym tient peut-être là sa meilleure recrue du mercato.

C’était à Caen, le 10 mars 2017. Peu avant l’heure de jeu, les Aiglons étaient à la lutte avec Malherbe. Le tableau d’affichage indiquait 2-2 quand Wylan Cyprien, à la réception d’une extension, a senti comme un manque. Le genou qui se dérobe, l’appui qui fout le camp, le monde qui s’écroule. La civière entre sur la pelouse pour qu’il puisse en sortir. L’image est inquiétante et le verdict, implacable, ne tarde pas à tomber sur sa tête : rupture du ligament croisé antérieur du genou droit. La grande révélation de la saison de Ligue 1 fait une croix dessus.
Le natif des Abymes, en Guadeloupe, avait pourtant tout pour lui. Un club en pleine ascension, une équipe et un coach à la philosophie de jeu conquérante. Et puis surtout, des performances haut perchées. Huit buts, dont certains qui comptent plus que d’autres quand d’autres marquent les esprits, à moins que ce ne soit les deux, comme ce coup franc magique au Parc des Princes en décembre 2016, juste avant la trêve. Un coup de patte « juninhesque » pour un milieu catégorisé défensif, catalogué explosif. Aux côtés de Jean-Michaël Seri, il cisaillait les pelouses. Il découpait les lignes adverses avec ses redoublements de passes courtes ou ses longues chevauchées balle au pied. Avec lui, l’agriculture était intensive. Incorporé chez les Espoirs, il ne nous laissait pas le choix : on commençait à connaître parfaitement l’orthographe de son prénom. Wylan était aux portes de l’équipe de France et boum, le voilà en urgence au bloc opératoire !
C’était il y a plus de dix mois. L’absence fut longue mais toujours bien gérée, même s’il concède avoir vécu « de longues semaines de galère. Des mois, même ». Sérieux et appliqué en rééducation, il n’a jamais rien lâché auprès du staff de l’OGC Nice. C’est une période qui l’a tenu éloigné des pelouses mais qu’il faut maintenant conjuguer au passé. Ça y est, Cyprien est de retour et au-delà du côté fort sympathique du come-back, il faut bien avouer que c’est fort tout court.
Voilà Nice qui montre le bout du museau en haut du classement et comme par hasard, Wylan est dans la place. Lucien Favre, qui a veillé à ne pas aller trop vite avec lui, conscient de l’importance de son impact et de sa patte, ose quand même l’incorporer dans l’enchaînement des matches. « Il se sentait bien depuis le mois de novembre mais il faut toujours un temps d’adaptation, expliquait le coach suisse à la trêve. Voir Cyprien revenir, c’est un grand plaisir parce que c’est un bon gars. Et c’est une bonne nouvelle parce que c’est un super footballeur ! Il a joué beaucoup plus vite que prévu. On le devinait sur la bonne voie, vraiment bien. C’est confirmé. Il se sent libre, il prend le ballon pied droit, pied gauche, il fait tout sans appréhension. »
Contre Saint-Etienne, c’est pied droit qu’il s’est rappelé au bon souvenir de ses coups francs. A droite du but. Une position parfaite pour un… gaucher. Une balle qu’il enroule superbement dans le petit filet de Stéphane Ruffier. « Avant, ça faisait moins drôle de marquer un but. Mais là, c’était beaucoup d’émotions », dira le « Juni » azuréen, pas peu fier d’avoir pris l’initiative de la frappe à la place de Mario Balotelli. « D’habitude, il prend tout ! Mais il voit bien que je les réussis pas mal à l’entraînement. Il m’a demandé si je le sentais bien. Je lui ai dit oui. » Au-delà de l’émotion suscitée par son but, Wylan a enchaîné deux fois 90 minutes en cinq jours. Comme une autre victoire. Que Lucien Favre veut capitaliser. « Il faut veiller, faire très attention. Il revient très, très bien mais c’était la première fois, depuis son retour, qu’il disputait deux matches pleins en cinq jours. Après dix mois d’absence, il faut être très vigilant dans la gestion. Mais c’est magnifique de le revoir ! » Wylan el Magnifico ? Le surnom ne lui irait pas trop mal. Surtout quand l’arbitre siffle coup franc pour Nice, quelque part aux abords de la surface.

Profil
• Né le 28 janvier 1995 aux Abymes
• 1,80 m, 64 kg
• Milieu de terrain
• Roadbook : RC Lens (2012-16), OGC Nice (depuis 2016)

Quand Dante n’en croit pas ses yeux
Le 11 septembre 2016, après la victoire de Nice face à l’OM à l’Allianz Riviera (3-2, doublé de Balotelli pour son premier match de L1 et but décisif de Wylan en toute fin de partie), c’est la fête dans le vestiaire du Gym. Les bouteilles d’eau volent en l’air quand Dante, qui vient de disputer lui aussi son tout premier match de L1 avec le Gym, s’approche du petit Cyprien. « En fait, il était sous le choc parce qu’il ne croyait pas un mot de tout ce que lui racontaient mes coéquipiers. Il voulait être sûr de mon âge… »

Populaires

To Top