Foot

Très chers flops (5) : Doria, joueur de salon en Provence

Il devait tout casser, dixit Vincent Labrune, le président de l’OM. Doria n’avait pas le niveau selon Marcelo Bielsa.

Débarqué à Marseille dans les dernières heures du mois d’août 2014, en provenance de Botafogo, contre un chèque de 8 millions d’euros et pour 5 ans, Matheus Doria Macedo, 19 piges, avait quelques références. Capitaine des Espoirs brésiliens, il bénéficiait d’une cote énorme au pays du football et il était présenté par Vincent Labrune comme le futur taulier de la Selaçao. Et accessoirement, « le futur de l’OM ». C’était la dernière soirée du mercato et à quelques minutes du clap de fin, la page d’accueil du site officiel du club annonçait, mot pour mot : « Doria, l’avenir du Brésil, débarque à l’OM ! » Le président Labrune, très fier de son coup, était persuadé d’avoir mis la main sur une pépite. Une pépite qu’il ne restait plus qu’à polir. Les plus grands clubs européens avaient coché son nom dans leur carnet secret. Le président en est toujours sûr, d’ailleurs.
Oui mais voilà, Doria est retourné au pays lors de la dernière ligne droite du mercato d’hiver. Parce que ce n’était plus possible à vivre pour lui. Le grand espoir jouait les fantômes. Marcelo Bielsa ne voulait pas de Doria et il l’avait bien fait savoir lors de sa conférence de presse au lance-flammes de début septembre. Il ne lui aura pas fait jouer une minute en Ligue 1. Sans erreur de traduction, ça donnait à peu près ça : « Je me suis opposé à l’arrivée de Doria. Je n’ai pas pu l’analyser, je n’ai pas pu donner mon opinion. Quand je donne ma position sur un joueur, je prends en compte de nombreux facteurs. »
Même au plus fort des tempêtes traversées par la défense marseillaise, même début janvier, quand Nicolas Nkoulou est parti disputer la CAN et qu’il est revenu blessé, opéré du genou, même quand Rod Fanni, en début de saison, était au placard, contraint de se trouver un nouveau club par la direction – et pas à disposition de Bielsa -, le coach argentin ne s’est jamais tourné vers le Brésilien. Excepté le dimanche, le long des mains courantes, lors des matches de la CFA.
L’homme invisible de la Ligue 1 s’est pourtant fait beaucoup d’amis à l’intérieur du groupe olympien, où on a toujours loué son état d’esprit et, surtout, ses qualités ! D’ailleurs, de l’autre côté de l’Atlantique, on n’a jamais compris cette mise à l’écart permanente. « Doria est un joueur spectaculaire qui donne toujours le meilleur de lui-même. Je suis persuadé qu’il sera bientôt en sélection A, disait par exemple de lui son ancien coach à Botafogo, Vagner Mancini. Il a de très grandes capacités. »
Rapatrié par le Sao Paulo FC, Doria a retrouvé une place de titulaire au Brésil, où il joue et le championnat et la Copa Libertadores. Loin de la Provence.

Populaires

To Top