Étranger

Tous les chemins mènent à Hernanes

Il est le principal artisan du retour de la Lazio au plus haut niveau dans le Calcio. Hernanes n’est pas du genre à traîner en route. Itinéraire.

« Pour lui, les négociations ont été longues, serrées. Mais il représente un tel plus… » Les saisons passent et le président de la Lazio, Claudio Lolito, a toujours le béguin pour son bijou brésilien Hernanes. Pourtant, tous les chemins devaient mener à Milan. Hernanes allait prendre la succession de Kakà. C’était cousu de fil rossonero. Mais Silvio Berlusconi a eu tout faux. En manque de liquidités, le Milan AC a vu Hernanes lui passer sous le nez. L’avion en provenance de Sao Paulo a prolongé son vol jusqu’à Fiumicino, l’aéroport international de Rome. Hernanes n’était pas attendu à la Roma, louve éternelle rouge grenat, mais à la Lazio et son bleu clair et limpide, estampillé fontaine de Trevi. « Nous le voulions absolument. Nous le suivions depuis longtemps », se souvient le président laziale.
Il faut dire que le dénommé Anderson Hernanes de Carvalho Andrade Lima avait des arguments à faire valoir. A 20 ans, en 2005, il débute chez les pros, à Sao Paulo (3 buts lors de sa première saison). Hernanes explose littéralement en 2007, contribuant un peu plus que les autres à la quête du titre de champion du Brésil. En 216 matches sous le maillot de Sao Paulo (35 buts), il a été élu deux fois meilleur milieu de terrain du championnat sud-américain (2007 et 2008). En 2009, il fut aussi nommé « Meilleur espoir du monde » par le « Times », devant Karim Benzema et David Silva.

Avec son profil « juninhesque », Hernanes aurait plu à l’OL
Surnommé « O Profeta » (Le Prophète) au Brésil, Hernanes était courtisé par le Milan AC mais aussi par le Barça, Lyon, Villarreal et Palerme. Sacré coup, donc, pour la Lazio. Ce fut le deuxième plus gros transfert du président Lolito après l’Argentin Zarate : 13,5 millions d’euros. L’intéressé a paraphé un contrat de 5 ans en 2010. Salaire : 1,6 million d’euros par saison. Le Sao Paulo FC a perdu son maître à jouer, la Lazio a trouvé le sien. Avec son profil « juninhesque », Hernanes aurait forcément plu à l’OL qui avait préparé une offre de 15 millions d’euros. Mais c’est le jeu de la Lazio que Hernanes a éclairé. Relayeur, organisateur, visionnaire, il fait à peu près tout bien. Et même un peu mieux puisqu’il est ambidextre, ce qui compte un peu au football (la faculté de se servir aussi bien de sa main gauche que de sa main droite se propage à la totalité du corps et descend donc jusqu’aux pieds). Un sauteur en longueur ambidextre n’a, par exemple, pas de choix préférentiel pour son pied d’appui. Hernanes, lui, joue aussi bien du pied gauche que du droit. Ce qui change un tantinet les codes et la donne.
A peine arrivé, il était immédiatement adopté. Hernanes n’a pas tardé à poser sa patte sur l’Olimpico et le jeu des Biancocelesti. Altruiste et efficace à la fois. Ses premiers matches suffirent à mettre tout le monde d’accord. « Le Prophète » devint « L’Amulette », avec sa coiffure d’enfant de chœur (c’est un évangéliste très pratiquant). C’est ainsi en effet que le surnomma très vite Guido de Angelis, le commentateur officiel du club, marqué par son adaptation ultra-rapide aux us et coutumes de la Botte. Le Brésilien a claqué 11 buts en 36 matches de Série A pour sa première année en Italie, en 2010-11. Toujours mesuré, il expliquait : « C’est plus facile de marquer des buts quand on joue milieu de terrain. Je suis assez offensif, je crée des espaces pour les autres et mes coéquipiers en créent aussi pour moi. Je profite du bon jeu de l’équipe. »

« J’avais deux grosses inquiétudes : la météo et la nourriture »
Hernanes oublie de préciser que c’est un peu grâce à lui que la Lazio a élevé son niveau. L’étiquette de joueur le plus cher, de plus gros transfert du président et tutti quanti ? Il répond comme il joue. C’est simple et limpide. « Cela me donne davantage de responsabilités, parce que je dois montrer encore plus de choses sur le terrain. Mais ce n’est pas parce qu’un joueur est acheté plus cher qu’il va être automatiquement meilleur. Les buteurs et les milieux offensifs sont ceux qui doivent faire gagner l’équipe et j’évolue à l’un de ces postes. Dès que je suis arrivé, j’ai appris la langue aussi vite que possible. Tout le monde m’a placé dans les meilleures conditions. C’est à ça que je dois, en grande partie, mon intégration rapide. En fait, j’avais deux grosses inquiétudes avant de venir : la météo et la nourriture. Mais je dois dire que la cuisine italienne est vraiment excellentissime et le temps à Rome très agréable. »
Le nouveau chouchou de l’Olimpico est aujourd’hui comparé à Juan Sebastian Veron et Andrea Pirlo, deux icônes en Italie, et à Deco, une autre au Brésil. Hernanes porte tous les espoirs des tifosi qui veulent voir leur Lazio de retour en Ligue des champions. Ils ont longtemps lutté la saison dernière mais sont restés à la porte. Ce coup-ci, avec Vladimir Petkovic comme coach (révélation du début de saison dans le Calcio), ils n’entendent pas laisser passer l’occasion. Même s’il faut passer par le tour préliminaire, étape réservée au 3e du championnat. « Ce fut une grosse frustration sur le moment, confie Hernanes, mais je ne me plains pas. Nous avons réalisé deux saisons meilleures que les précédentes. Il faut poursuivre notre progression. La Ligue des champions constitue la suite logique. » Avec Miroslav Klose (10 buts), le Brésilien (8) forme l’un des duos les plus efficaces de la Botte. Du Nord au Sud, toute l’Italie loue le jeu de la Lazio. « Ça fait plaisir, reprend le second qui totalise 34 réalisations sous le maillot romain, toutes compétitions confondues (112 matches). L’équipe joue bien et tout le monde le voit. Maintenant, il faut garder les pieds sur terre. Nous sommes capables d’imposer notre jeu mais on peut aussi souffrir et subir. »
En août dernier, le Barça était revenu à la charge. Puis Tottenham s’était présenté avec une offre ferme aux dernières heures du mercato, André Villas-Boas voulant en faire le successeur de Luka Modric. Peine perdue comme l’explique Joseph Lee, son agent. « Quand j’ai rencontré le président Lolito l’été dernier, nous avons parlé du présent mais aussi de l’avenir et il m’a confirmé qu’Hernanes était un joueur très important pour le club. » De toute façon, « Le Prophète » avait prévenu : « Je ne bougerai pas d’ici. Je me sens très bien à la Lazio et je sais que je peux encore progresser avec elle. »

Hernanes en short
Anderson Hernanes de Carvalho Andrade Lima
■ Brésilien
■ Né le 29 mai 1985 à Recife
■ 1,80 m, 76 kg
■ Milieu
■ Roadbook : Sao Paulo (BRE, 2005), Santo André (BRE, 2006), Sao Paulo (BRE, 2007-10), Lazio Rome (ITA, depuis 2010)
■ Palmarès : Champion du Brésil en 2007 et 2008 avec Sao Paulo • Médaille de bronze aux J.O. de Pékin en 2008 avec le Brésil • Médaille d’argent aux J.O. de Londres en 2012 avec le Brésil

Jaune et rouge au SDF
« Le Prophète » n’est pas près d’oublier sa première titularisation avec l’équipe de Brésil. C’était le 11 février 2011 au Stade de France face aux Bleus (1-0, but de Karim Benzema). A peine une moitié de mi-temps et il prenait un rouge ! « J’avais attendu tellement longtemps pour débuter avec la Seleçao… Cela m’a beaucoup marqué. Mon geste sur Benzema ? Une erreur de calcul, je ne voulais aucunement intervenir de cette manière. C’était ma première faute du match. Cela a gâché la fête… »

Klose-Hernanes, duo gagnant
Il se dit que Tottenham rêvait de s’offrir le duo de feu de la Lazio avec les sous du transfert de Luka Modric au Real Madrid (plus de 30 millions d’euros). Il se dit aussi que les deux ont refusé, bien décidés à aller au bout de leur contrat dans la Botte (2014 pour l’Allemand, 2015 pour Hernanes). Klose et Hernanes forment l’un des duos les plus prolifiques de Série A. De quoi accrocher une place en Ligue des champions ?

La carrière d’Hernanes en accéléré
■ 18.06.2010. L’un de ses derniers entraînements à Sao Paulo, avant un échec en demi-finales de la Copa Libertadores. Le regard tourné vers l’Europe.
■ 29.08/2010. Gênes, stade Luigi-Ferraris, la Sampdoria bat la Lazio 2-0. Hernanes débute dans le Calcio par une défaite.
■ 4.03.2012. Hernanes ouvre le score dans le derby romain (devant Gabriel Heinze) en tirant un penalty du pied droit. La Lazio remportera le match 2-1.
■ Mano Menezes, le sélectionneur du Brésil, veut en faire un homme de base de la Seleçao en vue de la Coupe du monde 2014.

Populaires

To Top