Équipe de France

Top 50 : Les plus grands espoirs du foot mondial (2)

Déjà stars ou promesses. Internationaux accomplis ou en passe de le devenir. Ils ont tous 23 ans ou moins. C’était notre seul critère de sélection : être né après le 1er janvier 1994 et, bien sûr, avoir du talent pour figurer dans la liste. Un Top Jeunes mondial, en version panoramique. Peut-être que certains se brûleront les ailes, pendant que d’autres garniront chaque année leur vitrine à trophées. C’est la vie du sportif de haut niveau et c’est la loi du genre. Mais ils sont là. Sélectionnés par nos soins. Voici nos 50 meilleurs jeunes du monde !

Hakan Calhanoglu
Hakan Calhanoglu a franchi le pas et quitté, cet été, son Allemagne natale (Karlsruhe, Hambourg et le Bayer Leverkusen mais il a opté pour la sélection turque) pour rejoindre l’armada de l’AC Milan, au cours du mercato estival très haut de gamme de la formation transalpine. Vif, élégant : voilà un joueur au toucher de balle léger et à la frappe surpuissante. Son arme fatale ? Les coups francs, exercice dans lequel il s’inspire de son modèle, l’ancien Lyonnais Juninho. « Je me repasse souvent ses vidéos, je les stoppe et j’use du ralenti pour copier exactement sa course d’élan, sa frappe, presque tout en détail », a-t-il confié. Et ça lui réussit rudement bien. Suspendu quatre mois l’hiver dernier pour avoir signé à Karlsruhe, alors qu’il avait donné son accord à la formation turque de Trabzonspor, il entend vite rattraper le temps perdu sans compétition.
• Turc
• AC Milan
• N°10
• Milieu offensif
• 23 ans
• 1,77 m, 69 kg
• International A

Emre Can
Le poumon de Liverpool, qui ne s’use même pas quand on s’en sert beaucoup, a cette faculté de dépasser sa fonction. Le gardien du milieu de terrain est aussi le premier relanceur de son équipe. Inépuisable et pas maladroit devant le but, il a marqué cinq fois en 32 matches de championnat la saison passée (son but d’un incroyable retourné contre Watford, le 1er mai, a été élu Réalisation de l’année en Premier League) et il squatte l’équipe nationale d’Allemagne depuis deux ans maintenant, ce qui situe la valeur du bonhomme au sein d’une sélection où les places valent très cher. Au Bayern Munich, où il a très peu joué en pro (avant d’éclater à Leverkusen), on a de quoi se mordre les doigts.
• Allemand
• Liverpool
• N°23
• Milieu défensif
• 23 ans
• 1,85 m, 82 kg
• International A

Kingsley Coman
Celui qui est devenu le plus jeune Français à disputer une compétition majeure avec les Bleus (lors de l’Euro 2016, contre la Roumanie, trois jours avant de fêter ses 20 ans) fait tout très vite, sur le terrain comme dans la vie. Ailier droit, sa position préférentielle, ou gauche. Sa vélocité, sa palette technique et son art du dribble, court ou long, c’est selon, constituent un poison pour les défenses adverses. Il a quitté Paris parce qu’il craignait de ne pas avoir suffisamment de temps de jeu, il l’a obtenu à la Juventus Turin puis au Bayern, où il a été définitivement transféré au printemps dernier. Et pourtant, là aussi, la concurrence, qui a pour nom Arjen Robben ou Franck Ribéry, est plutôt rude. Même pas peur, le titi parisien né à Paname.
• Français
• Bayern Munich
• N°29
• Ailier
• 21 ans
• 1,78 m, 72 kg
• International A

Moussa Dembélé
Sa première saison au Celtic Glasgow a constitué bien plus qu’une promesse : on peut parler d’éclosion. En 51 rencontres, toutes compétitions confondues, sous le célèbre maillot vert et blanc, Moussa a inscrit 32 buts, dont 5 en Ligue des champions, notamment un hat-trick contre Manchester City (3-3). Soit la moyenne plutôt impressionnante de 0,63 but par match. Sa réussite a attisé les convoitises durant le mercato, où son nom a été mentionné avec insistance, notamment en Ligue 1, du côté de Marseille et Monaco. Sans suite. Blessé aux ischio-jambiers fin juillet, le natif de Pontoise, formé au Paris SG, a manqué le début de saison du Celtic et cela s’est vraiment remarqué. Un seul être vous manque…
• Français
• Celtic Glasgow
• N°10
• Avant-centre
• 21 ans
• 1,83 m, 74 kg
• International Espoirs

Ousmane Dembélé
Ousmane brûle les feux et fait voler en éclats tous les préjugés. Après seulement 26 matches en Ligue 1 avec Rennes (12 buts et 5 passes décisives), il prend la poudre d’escampette, direction le Borussia Dortmund. Là, il va enchanter la Bundesliga de ses déboulés dévastateurs. Cela ne l’a pas empêché d’entamer un bras de fer avec son club, cet été, quand il a eu vent de l’intérêt que lui portait le Barça. Forcing gagnant. Pour 105 millions plus 40 de bonus, il est devenu le deuxième transfert le plus cher de l’histoire pour un joueur français. « Je ne suis pas là pour remplacer Neymar, a-t-il prévenu à son arrivée en Catalogne. Il y a une classe d’écart entre lui et moi. C’est un très grand joueur. Moi, je suis tout jeune. J’essaie de grandir. Si j’ai signé ici, c’est pour grandir encore plus. » Aussi à l’aise pied droit que pied gauche. La Liga s’était déjà entichée du jeune prodige avant qu’il ne soit coupé dans son élan par une grosse blessure à la cuisse. Elle devrait le priver de terrain au moins jusqu’à la trêve hivernale.
• Français
• FC Barcelone
• N°11
• Ailier
• 20 ans
• 1,78 m, 67 kg
• International A

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top