Équipe de France

Top 50 : Les plus grands espoirs du foot mondial (1)

Déjà stars ou promesses. Internationaux accomplis ou en passe de le devenir. Ils ont tous 23 ans ou moins. C’était notre seul critère de sélection : être né après le 1er janvier 1994 et, bien sûr, avoir du talent pour figurer dans la liste. Un Top Jeunes mondial, en version panoramique. Peut-être que certains se brûleront les ailes, pendant que d’autres garniront chaque année leur vitrine à trophées. C’est la vie du sportif de haut niveau et c’est la loi du genre. Mais ils sont là. Sélectionnés par nos soins. Voici nos 50 meilleurs jeunes du monde !

Dele Alli
Il n’a que 21 ans et compte déjà plus de 100 matches avec Tottenham en à peine plus de deux saisons chez les Spurs, où il a débarqué à l’été 2015. Il a également déjà dépassé les vingt capes avec les Three Lions au sein d’une sélection où il s’est vite accaparé le costume du titulaire, comme si de rien n’était et sans aucun complexe. Milieu offensif axial ou côté gauche : c’est un faux pied, comme on dit, à la la patte droite légère et soyeuse. Sa technique haut de gamme lui permet de se montrer aussi à l’aise dans le rôle du buteur, où sa précision fait souvent mouche, que dans celui du passeur décisif. Un amour de joueur qui ne correspond pas forcément aux canons du football britannique mais dont le talent a fini par mettre d’accord les plus réticents.
• Anglais
• Tottenham
• N°20
• Milieu offensif
• 21 ans
• 1,88 m, 80 kg
• International A

Marco Asensio
Marco Asensio avait commencé à prendre la lumière, la saison dernière, au Real Madrid, où rien n’est jamais simple quand on a comme concurrence la fameuse « BBC » (Gareth Bale-Karim Benzema-Cristiano Ronaldo), en profitant, entre autres, des blessures récurrentes du Gallois. L’attaquant espagnol a encore un peu plus marqué les esprits durant la suspension longue durée de « CR7 » (5 matches en Liga). Le joueur au pied gauche foudroyant, rudement utile sur les coups francs ou les frappes lointaines, s’est transformé en goleador de service. Capable d’évoluer dans l’axe comme sur les côtés. Sa vitesse, comme sa conduite de balle, en fait un attaquant souvent déroutant. Au Real, on apprécie beaucoup. Le club vient de lui proposer une prolongation de son contrat (qui courait jusqu’en 2022) avec une revalorisation salariale et une clause libératoire fixée à 500 millions d’euros !
• Espagnol
• Real Madrid
• N°20
• Ailier gauche
• 21 ans
• 1,80 m, 80 kg
• International A

Eric Bailly
Si la première saison de l’international ivoirien chez les Red Devils, après trois années passées en Espagne (Espanyol Barcelone puis Villarreal), a été raturée par des passages longue durée à l’infirmerie, il a tout de même eu le temps de démontrer pourquoi MU avait investi 40 millions sur un jeune défenseur de 22 ans (à l’époque). Au sein d’une équipe d’United pas toujours rassurante, ni franchement équilibrée, le gamin de Bingerville a imposé sa stature, son envie et son sens du placement. Aujourd’hui, ce roc que rien ne semble pouvoir déstabiliser est devenu le patron – Chris Smalling ayant été relégué sur le banc des remplaçants – d’une défense mancunienne souvent hermétique depuis la reprise des hostilités cet été. Une valeur sûre, impeccable dans son rôle de tour de contrôle.
• Ivoirien
• Manchester United
• N°3
• Défenseur central
• 23 ans
• 1,87 m, 77 kg
• International A

Keita Baldé
Le môme formé au Barça, où il était arrivé à l’âge de 9 ans, a éclaté sous le maillot de la Lazio, avec qui il a nettement fait monter ses stats la saison passée, inscrivant 16 buts en 31 matches de Serie A. L’Espagnol de naissance, qui a choisi le Sénégal de ses parents pour porter le maillot de l’équipe nationale, est susceptible d’évoluer à tous les postes de l’attaque mais c’est bien sur les côtés et plutôt à gauche qu’il se montre le plus à l’aise. Là, ses déboulés causent des ravages souvent irrémédiables. Véloce, fin dribbleur, à l’aise techniquement : on attend beaucoup de lui à Monaco, où il a signé en toute fin de mercato contre un chèque de 30 millions. Comme d’une manière générale, les dirigeants monégasques ont l’art de valoriser les jeunes pépites, on ne s’inquiète pas pour lui.
• Sénégalais
• AS Monaco
• N°14
• Ailier
• 22 ans
• 1,81 m, 80 kg
• International A

Hector Bellerin
L’Espagnol, qu’Arsenal était allé chiper au Barça alors qu’il n’avait que 16 ans, a très vite et très jeune éteint la concurrence au poste de latéral droit – il peut aussi évoluer un cran plus haut – chez les Gunners. Et il a déjà marqué l’histoire du team d’Arsène Wenger en battant le record de vitesse du club sur 40 mètres. Plus rapide encore que Theo Walcott ou Thierry Henry, ce qui situe la perf ! Et comme en plus, il n’est pas maladroit avec ses pieds (ses centres sont souvent des bijoux de précision), le voilà lancé sur la voie royale. Un talent qui n’a pas échappé au staff du Barça qui a tenté de récupérer, cet été, l’oisillon trop tôt parti du nid. En vain. Arsène Wenger a fermement mis son veto à l’opération.
• Espagnol
• Arsenal
• N°24
• Latéral droit
• 22 ans
• 1,77 m, 74 kg
• International A

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top