Équipe de France

Stades mythiques : Stade Azteca, sous le soleil de Mexico

Perché à plus de 2 000 m d’altitude, plombé par la chaleur et la pollution, le premier stade ayant accueilli deux finales de Coupe du monde a été le théâtre de rencontres entrées dans la légende. Viva Azteca !

■ LA PETITE HISTOIRE

L’Estadio Azteca est le premier et le seul stade de la planète foot à avoir accueilli deux finales de Coupe du monde (avant d’être rejoint par le Maracana en 2014). Explication : le Mondial 70 fut programmé au Mexique. Seize ans plus tard, c’est la Colombie qui se vit choisie pour organiser l’épreuve. Mais le gouvernement de Bogota finit par jeter l’éponge, confronté à d’insurmontables problèmes financiers. Pour permettre à l’épreuve de rester sur le continent, le Mexique apparut comme une bonne solution de repli. Il bénéficiait des infrastructures nécessaires et fut, avec son assentiment évidemment, chargé de prendre le relais. Un tremblement de terre coûta la vie à 20 000 personnes quelques mois avant le début de la compétition mais le pays accueillit comme prévu ce deuxième grand rendez-vous planétaire. Quelques rencontres haut de gamme nous furent encore proposées sous le soleil de Mexico. Sans doute le lieu rêvé pour offrir des chefs-d’œuvre de football, malgré l’altitude, la chaleur et la pollution. Magie aztèque…

■ LE MATCH DE LÉGENDE : Brésil-Italie 4-1, Coupe du monde, 20 juin 1970

L’Azteca a été le théâtre de tant de grands moments de ballon qu’il est difficile de désigner un match référence. La finale de la Coupe du monde 1970 ? La demi-finale, toujours en 70, entre l’Allemagne et l’Italie avec cette incroyable prolongation et la douleur de Franz Beckenbauer, bras cassé, transformé en momie sur le terrain ? Ou alors le triomphe de l’Argentine en 1986 aux dépens de l’Allemagne, après un improbable quart de finale contre l’Angleterre marqué par l’empreinte éternelle d’un Diego Maradona mi-dieu, mi-diable, buteur maléfique de la main puis génial réalisateur sur un numéro de voltige étourdissant ? On a finalement opté pour la finale Brésil-Italie de 1970. Pour saluer l’ultime sacre mondial et peut-être le plus beau du roi Pelé. C’est d’ailleurs lui qui s’élève, majestueux, dans le ciel de Mexico pour reprendre victorieusement un centre de Rivelino et ouvrir le score ce 20 juin 1970. Son 100e but sous le maillot auriverde ! L’Italien Roberto Boninsegna entretiendra un brin de suspense en égalisant avant la mi-temps. La suite ? Elle ressemblera à une sorte d’attaque-défense avec la morale qui triomphe au final. Des buts de Gerson, Jairzinho et Carlos Alberto – avec deux passes décisives de Pelé – assurent l’indiscutable succès sud-américain. Vainqueur pour la troisième fois de la Coupe du monde, le Brésil gagne le droit de conserver définitivement la Coupe Jules Rimet (qu’il ne va pas tarder à se faire voler). Pelé est l’indiscutable héros de la fête. Quant à Mario Zagallo, il devient le premier homme à remporter l’épreuve en tant que joueur puis en tant que sélectionneur.

■ Les grands hommes
Pelé, Jairzinho, Gerson, Carlos Alberto et tous les champions du monde brésiliens 1970. Diego Maradona, Jorge Valdano, Jorge Burruchaga et tous les champions du monde argentins 1986. Et aussi quelques figures emblématiques du Club América : Enrique Borja, Luis Roberto Alves, Cuauhtémoc Blanco…

■ CV
Site : Mexico
Origine : Le nom du stade, aussi surnommé « el Coloso » (le Colosse) de Santa Ursula, est un hommage aux Aztèques qui fondèrent la ville au début du XIVe siècle, laissant un important héritage culturel. Les Mexicains y tiennent. En 1997, lorsque les propriétaires de l’enceinte voulurent la rebaptiser Guillermo Canedo, du nom du président du Club América tout juste décédé, l’affaire fit un tel tollé que le projet fut abandonné. On ne touche pas à l’Estadio Azteca !
Inauguration : Le 29 mai 1966, Club América-Torino 2-2 (amical)
Club résident : Club América
Dimension terrain : 105 m x 68 m
Capacité actuelle : 105 064 places
Record d’affluence : Le 22 juin 1986, 114 580 spectateurs, Argentine-Angleterre 3-2 (Coupe du monde)

Populaires

To Top