Étranger

Stades mythiques : Old Trafford, le théâtre des rêves

Dans ce stade, plein de joie mais aussi de larmes et de sang, s’est écrit la légende des Red Devils. Sous la houlette d’entraîneurs mythiques tels que Matt Busby ou Alex Ferguson, MU y a tracé un sillon indélébile. De Bobby Charlton à Wayne Rooney, de George Best jusqu’à l’inusable Ryan Giggs en passant par David Beckham, Eric Cantona et tant d’autres, les acteurs majeurs du foot ont joué dans le Théâtre des Rêves. Un monument.

■ LA PETITE HISTOIRE

Les légendes se construisent à travers des résultats, des émotions fortes, des larmes aussi. Et même dans le sang pour Manchester United qui, au retour d’un quart de finale de Coupe d’Europe victorieux à Belgrade, vit son équipe périr dans un accident d’avion, le 6 février 1958. Ce jour-là, après une escale à Munich, les pilotes du bimoteur « Elisabethan » de la British European Airways tentent, à deux reprises, de s’envoler malgré une violente tempête de neige. En vain.
Le temps de s’affairer autour de l’appareil et de dégager la piste et l’avion parvient finalement à décoller, à la troisième tentative. Pour quelques secondes seulement, avant l’effroyable crash en bout de piste, faute d’avoir pu prendre suffisamment d’altitude. Le terrible bilan est dans un premier temps de 21 morts, dont 7 joueurs, parmi les 38 passagers. Ont disparu au champ d’horreur le capitaine Roger Byrne et ses coéquipiers Tommy Taylor, Eddie Colman, David Pegg, Geoff Bent, Liam Whelan et Mark Jones. Quelques jours plus tard, Duncan Edwards, immense espoir du football britannique qui avait débuté en pro à 16 ans, décédera à son tour des suites de ses blessures, à tout juste 21 ans. L’Angleterre et Manchester n’ont jamais oublié. Devoir de mémoire oblige, l’horloge qui surplombe l’entrée d’Old Trafford est, depuis lors, restée figée à l’heure du drame : 16h04. Pour l’éternité…
Notez que 10 ans plus tard, MU remporta la Coupe d’Europe des clubs champions (4-1 après prolongation face au Benfica Lisbonne) avec, en têtes de gondole, l’entraîneur Matt Busby et son capitaine Bobby Charlton. Deux des rescapés de la catastrophe de Munich… Le plus beau des symboles. Et le plus bel hommage qui pouvait être rendu aux victimes.

■ LE MATCH DE LEGENDE : Manchester United 2-1 Milan AC, le 8 mai 1958

Le drame de Munich est forcément dans les cœurs et les têtes de la communauté « mancunienne » lorsque l’équipe décapitée des Red Devils accueille, quelques semaines plus tard, le Milan AC en demi-finale aller de la Coupe des champions. Le premier match européen de MU depuis la catastrophe. La ville et le club pleurent encore leurs joueurs morts ou blessés. Pour affronter les Italiens, l’équipe est essentiellement composée de gamins du team junior, comme Kenny Morgans ou Mark Pearson, et de quelques recrues de dernière minute (Ernie Taylor, Stanley Crowther). Qu’importe, tous sont habités par cette foi qui permet de mener à bien les projets les plus fous et d’atteindre les sommets les plus inaccessibles. Ils retroussent leurs manches, sèchent leurs larmes et, au cœur de la cathédrale d’Old Trafford, investie par plus de 45 000 fidèles, vont réaliser le plus improbable des miracles.
C’est l’inévitable Juan Alberto Schiaffino – plus gros transfert de l’histoire à l’époque, passé du Penarol Montevideo au Milan AC – qui ouvre le score. Mené, Manchester ne lâche rien et obtient l’égalisation avant la mi-temps grâce au coup de patte, tout un symbole, de l’un des survivants de Munich, l’attaquant Dennis Viollet, enfant du pays né à Manchester. Le meilleur reste à venir. Dans un stade en complète communion, Ernie Taylor transforme à 10 minutes de la fin un penalty qui offre la victoire aux Red Devils. Un moment d’émotion indescriptible.
« C’était le plus beau des cadeaux que nous pouvions offrir à nos disparus », dira, plein de dignité mais les poings serrés, Bill Foulkes, autre rescapé du crash. Et il n’y avait vraiment rien d’autre à ajouter. Quelques jours plus tard, en Lombardie, les Anglais s’inclineront assez lourdement (4-0) et laisseront filer le Milan en finale. Mais l’essentiel n’était certainement pas là, n’est-ce pas ?

■ Les grands hommes
Entraîneurs : Ernest Mangnall, Matt Busby, Ron Atkinson, Alex Ferguson.
Joueurs : Charlie Roberts, Joe Spencer, Jack Rowley, Johnny Carey, Dennis Viollet, Roger Byrne, Duncan Edwards, Tommy Taylor, Bill Foulkes, Bobby Charlton, Alex Stepney, Tony Dunne, George Best, Denis Law, Bryan Robson, Mark Hugues, Eric Cantona, Peter Schmeichel, Gary Neville, David Beckham, Ryan Giggs, Paul Scholes, Andy Cole, Dwight Yorke, Teddy Sheringham, Fabien Barthez, Roy Keane, Ruud Van Nistelrooy, Cristiano Ronaldo, Wayne Rooney, Edwin Van der Sar, Rio Ferdinand, Michael Carrick, Nemanja Vidic, Dimitar Berbatov, Nani.

■ CV
Site : Manchester
Origine : Tout simplement issu du nom du quartier industriel où le stade a été construit, à Trafford Park, dans le Grand Manchester.
Inauguration : Le 19 février 1910, Manchester United-Liverpool 3-4 (championnat)
Club résident : Manchester United
Dimensions du terrain : 105 m x 68 m
Capacité actuelle : 76 212 places
Record d’affluence : 76 962 spectateurs le 25 mars 1939, Wolverhampton-Grimsby 3-1 (demi-finale de Cup)

Populaires

To Top