Rugby

Simon Zebo, du sang frais pour les Verts

Redevenu titulaire après un Tournoi où il avait perdu sa place au profit de David Kearney, Simon Zebo compte bien briller dans la sélection irlandaise. L’ailier du Munster a contribué à la superbe année 2014 du XV du Trèfle et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Découverte d’un talent qui pourrait rejoindre le Top 14.

Si l’Irlande a terminé l’année 2014 au 3e rang mondial, elle le doit évidemment aux superbes performances de son ouvreur Jonathan Sexton. Elle le doit également à la qualité de son paquet d’avants. Elle le doit aussi à une ligne arrière orpheline de Brian O’Driscoll mais qui a su parfaitement finaliser le travail de l’équipe. Parmi les trois-quarts, un joueur s’affirme de plus en plus. A 25 ans, l’ailier Simon Zebo semble en effet avoir trouvé sa place au sein du XV du Trèfle.
Ecarté des terrains durant dix semaines fin 2013, le joueur du Munster avait impressionné pour son retour à la compétition, marquant quatre essais lors de ses trois premiers matches en janvier 2014. Insuffisant toutefois pour participer à la victoire de l’Irlande dans le Tournoi des VI Nations. Cette mise à l’écart avait suscité bien des interrogations chez les spécialistes de la Verte Erin. Certains évoquaient des divergences avec le sélectionneur Joe Schmidt, notamment sur ses célébrations d’essai. Une explication que Simon Zebo a balayée d’un revers de main, insistant sur les efforts défensifs qui lui étaient demandés. « Ce sont certainement des gens qui cherchent une explication à ma non-sélection, déclarait-il à « l’Irish Examiner ». Mais il n’y a pas d’explication à chercher. Dave Kearney et Andrew Trimble ont simplement fait un boulot incroyable pour conserver leur place. Ils m’ont rendu la tâche difficile. »
Depuis, plus personne ne se pose de questions. A l’image de l’Irlande, Simon Zebo a réalisé une superbe fin d’année 2014. Titulaire lors des deux tests victorieux de juin en Argentine, l’ailier avait marqué au cours du deuxième match, à Tucuman. Sa performance lors du premier test avait déjà convaincu Joe Schmidt.« Simon a fait de bonnes choses, soulignait ce dernier. En revoyant la vidéo, j’ai vu qu’il y avait aussi de la qualité dans ses interventions défensives. Ses plaquages étaient bons. Nous avons discuté de son travail après le plaquage, sur lequel il peut progresser. Mais quand il prend de la vitesse avec le ballon, il crée une telle menace ! C’est une grande force. » Le sélectionneur qualifiait aussi ce match de « pas en avant » pour le jeune joueur.
En novembre, le natif de Cork a débuté lors des trois victoires face à l’Afrique du Sud, la Géorgie et l’Australie, scorant contre ces deux dernières équipes. Le « Munsterman » totalisait 5 essais en 11 sélections depuis ses débuts contre la Nouvelle-Zélande en juin 2012 à Auckland. S’il n’a pas marqué dans la première victoire de l’Irlande contre les Springboks depuis 2009, Simon s’est illustré. Testé sous les ballons hauts en début de rencontre, il a su mettre l’équipe sud-africaine en danger par ses relances, la forçant à changer de stratégie. Ce succès a par ailleurs apporté un surplus de confiance au groupe.« L’an dernier, les garçons avaient tenu le plus longtemps possible face aux All Blacks. Ils avaient dû finalement s’incliner. L’opposition importe peu, nous avons confiance en notre capacité de faire du bon boulot si nous donnons notre maximum. »
L’enfant de Cork a fait souffler un vent de fraîcheur sur le rugby irlan­dais depuis son premier match pour le Munster en avril 2010. Son style exubérant et ses qualités athlétiques lui ont fait gagner de nombreux fans. Des qualités sans doute héritées de son père, Arthur. Originaire de Martinique, ce dernier aurait dû participer au 800 m aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976 sans une fracture de la jambe. Jessika, la sœur de Simon, a quant à elle représenté l’Irlande en sprint, notamment sur les haies.
S’il est aujourd’hui titulaire au Munster et en équipe d’Irlande, Zebo aurait pu ne jamais pratiquer le rugby au niveau professionnel. « Il était très rapide, très léger sur ses appuis et il avait un talent natu­rel pour le jeu. Ç’a été une grande perte pour le hurling de Cork », explique le père Patrick Fitzgibbon, président de l’équipe de hurling où Simon jouait enfant. Des atouts qu’il exploite aujourd’hui pour dérouter ses adversaires. Il n’avait pas tardé à se faire remarquer, inscrivant un triplé face à Northampton un mois après ses débuts en Heineken Cup.
Elu jeune joueur de l’année au Munster en 2012, Simon Zebo a vérita­blement crevé l’écran lors du Tournoi 2013. Son aile de pigeon qui a conduit à l’essai du pilier Cian Healy au cours d’un match au Millennium Stadium est encore dans tous les esprits. Un exemple des traits de génie dont est capable ce joueur d’instinct. Ces qualités n’ont évidemment pas échappé à plusieurs grosses écuries du Top 14. Le Stade Toulousain, notamment, semblait intéressé l’an dernier. Un pré-contrat avait été évoqué. De là à l’imaginer exercer ses talents de DJ dans certains bars de la Ville rose ou dans d’autres villes de l’Hexagone…

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top