Étranger

Serge Aurier, la tête et les jambes

Le Parisien Serge Aurier a été l’une des révélations incontestables de la saison 2013-14 sous le maillot de Toulouse (qui le prête au PSG), au poste d’arrière droit. A 21 ans, le Franco-Ivoirien a pris une nouvelle dimension. Et il rêve d’aller encore plus haut…

Rien ne prédestinait Serge Aurier au football, lui l’enfant d’Abidjan. Il a d’ailleurs commencé sa carrière sur le tard, à 14 ans, à Villepinte, en région parisienne (il y avait débarqué tout môme). Dans la foulée, Serge rejoint le RC Lens avec son frère Christopher. Les trophées ne tardent pas à tomber. Il devient notamment champion de France des U18 et hérite du brassard de capitaine de l’équipe réserve. Les portes du football professionnel s’ouvrent avec la signature d’un premier contrat à l’été 2009, alors qu’il n’a pas 17 ans ! Absolument pas intimidé, Aurier signe quelques apparitions en équipe une au cours de cette première année professionnelle. Dès la saison suivante, il change de statut et s’impose aux dépens d’éléments plus expérimentés comme Marco Ramos.
Tout bascule pendant le mercato hivernal 2012. Lens a été relégué en Ligue 2 quelques mois plus tôt. Serge retrouve l’élite en signant au Toulouse FC. Il ne tarde pas à gagner sa place au Téfécé, devenant un élément indispensable du groupe. Mais c’est au cours de la saison 2013-14 que le latéral droit explose véritablement. A son crédit, 47 matches joués, toutes compétitions confondues (alors que Toulouse ne dispute pas la Coupe d’Europe). A seulement 21 ans, le natif d’Ouaragahio (Côte d’Ivoire) compte parmi les jeunes talents les plus prometteurs de Ligue 1.

Le joueur moderne par excellence
Polyvalent, dur sur l’homme, jamais en retard dans ses placements et très actif sur le plan offensif, Serge convainc définitivement son coach, Alain Casanova. Qui lui fait totalement confiance : « C’est un travailleur. Il fait partie de ces joueurs bons à tous les postes et qui excelleraient dans tous les sports. Il sait tout faire ! Il défend très bien, il possède une puissance énorme, au sol comme dans les airs, il est capable de répéter les efforts et on peut lui demander de terminer les actions. » Portrait du joueur moderne modèle.
Aurier avait conscience de devoir confirmer à un moment-clé de sa jeune carrière. « Je sens, confiait-il, que j’ai franchi un palier depuis que je suis ici mais je sais aussi que j’ai une grosse marge de progression. » Ancien coéquipier d’Aurier au Téfécé, Franck Tabanou n’était guère étonné par le niveau atteint par ce dernier. « C’est un compétiteur hors pair, un vrai guerrier. Même à l’entraînement, on préférait tous être dans son équipe ! » Les atouts de Serge ? Un mental à toute épreuve et un physique bâti pour le niveau professionnel. Son talent et ses prestations lui ont valu d’être récompensé du titre de meilleur arrière droit de Ligue 1.

Une fin de Mondial cruelle
Le voilà sous le maillot parisien puisqu’il a fait l’objet d’un prêt avec option d’achat. Les plus grands clubs européens s’intéressaient à lui la saison passée. Des contacts auraient été noués avec des équipes anglaises et notamment Arsenal. Serge quittera peut-être la France un jour pour poursuivre son ascension. On n’en est pas encore là.
Il faudra aussi effacer le souvenir de la Coupe du monde au Brésil. Sa sélection dans le onze type de L1 avait convaincu Sabri Lamouchi, le coach de la Côte d’Ivoire, qu’il avait sa place chez les Eléphants. Son Mondial sud-américain ? Deux passes décisives contre le Japon (2-1), une grosse sortie contre la Colombie (1-2) puis un oubli fatal (absence de replacement) contre la Grèce (1-2). Les Grecs obtiennent un penalty à la fin du temps réglementaire et se qualifient pour les 8es de finale…
Serge avait longtemps hésité entre la France et la Côte d’Ivoire. Il a tranché en faveur des Eléphants, pour la plus grande joie de leur sélectionneur. « Dans le projet qui est le mien, avec les choix qui sont les miens, c’est un garçon incontournable, expliquait Lamouchi. Serge a toute ma confiance. Je suis persuadé qu’il fera non seulement de bons matches mais aussi qu’il sera l’un des meilleurs latéraux de cette Coupe du monde », annonçait-il avant la compétition. Aurier aura forcément l’occasion de se racheter. L’avenir lui appartient.

Camille LEDUN

Et en plus, il marque !
Serge Aurier, on le sait, est un latéral qui aime se projeter vers l’avant. Filer dans son couloir. Il a réussi six passes décisives lors du dernier championnat. Le n°19 du PSG est un sacré centreur. C’est aussi un joueur particulièrement efficace puisqu’il avait inscrit 6 buts l’an passé (latéral le plus prolifique de Ligue 1 pour cette saison 2013-14).

Profil
■ Né le 24 décembre 1992 à Ouaragahio (Côte-d’Ivoire)
■ 1,74 m, 75 kg
■ Défenseur
■ Roadbook : RC Lens (2009-janvier 2012), Toulouse FC (janvier 2012-13), Paris SG (2013-14)
■ International A (Côte-d’Ivoire). Première sélection : le 7.06.2013, Gambie-Côte d’Ivoire 0-3 (éliminatoires de la Coupe du monde)

Populaires

To Top