Équipe de France

Rétro foot : Mai 2012 (2/2)

Premier titre pour la bande à Loulou qui fait la nique au Paris SG et à toute la Ligue 1. La récompense d’un club famille à l’état d’esprit bien pensé. En Angleterre, c’est City le champion, au terme d’un ultime après-midi de folie. Chapeau bas aussi à Didier Drogba qui inscrit son nom dans le marbre de Chelsea et aux filles de l’OL, de nouveau championnes d’Europe. C’est mai, c’est chaud !

Un top : Oh, les filles ! Oh, les filles !
Les filles de l’OL remportent leur seconde Ligue des champions consécutive en matant Francfort sans trembler (2-0) dans le vieux stade Olympique de Munich. Un an après Postdam, elles confirment leur hégémonie sur l’Europe du foot féminin. Eugénie Le Sommer, sur penalty, et Camille Abily mettent l’équipe de Jean-Michel Aulas à l’abri dès la première demi-heure. Comme des lionnes !

Un flop : Quand le sous-marin coule
Villarreal (Gonzalo Rodriguez en jaune face à Gaizka Toquero et l’Athletic Bilbao) avait réussi une excellente saison 2010-2011 et obtenu un ticket pour la Ligue des champions. Un an après, le Sous-marin jaune, grosse puissance du foot espagnol des années 2000, demi-finaliste de la C1 en 2006 avec des joueurs comme Juan Roman Riquelme ou Diego Forlan, chute en Seconde division. Fin de saison en eau de boudin pour une équipe qui n’a pas su faire sans ses deux attaquants blessés au long cours, Giuseppe Rossi l’Italien et Nilmar le Brésilien.

Un joueur : Radamel Magic Falcao
Il avait été décisif l’année précédente en finale avec le FC Porto. Il récidive avec l’Atletico Madrid, signant un doublé dans une finale de la Ligue Europa 100% espagnole contre l’Athletic Bilbao. Lui, c’est Radamel Falcao, buteur colombien que bien des mastodontes s’arrachaient mais qui a finalement choisi les Matelassiers et la capitale espagnole. Montant du chèque : 40 millions d’euros, un record pour Porto. Le Colombien, un temps pressenti à Chelsea, a confirmé en Liga toute l’étendue de sa classe. Il ne semble pas devoir s’arrêter en si bon chemin. Deux Ligues Europa en deux ans, donc, et un doublé d’orfèvre en finale qui lui permet de terminer pour la seconde saison d’affilée meilleur buteur de la compétition (12 pions). « Remporter deux fois cette Coupe, c’est un cadeau que peu de joueurs ont l’opportunité de connaître mais je l’avais dit en signant à l’Atletico. Je veux remercier tout le monde : Dieu, mes coéquipiers, le staff, mon épouse, ma famille. » Comme ça, pas de jaloux. Chapeau, cador.

Un sacre : Le 32e rugissant du Real
Après trois ans de règne sans partage du Barça, le Real Madrid décroche son 32e titre de champion d’Espagne en s’imposant sur la pelouse toujours hostile de San Mames, à Bilbao. Deux ans après son arrivée, José Mourinho gagne son pari : il devient le troisième entraîneur de l’histoire, après l’Autrichien Ernst Happel et l’Italien Giovanni Trapattoni, à remporter le titre dans quatre championnats différents. Le « Special One » avait déjà été sacré au Portugal (avec Porto), en Angleterre (avec Chelsea) et en Italie (avec l’Inter). « Il n’y a pas d’autre championnat qui me motive, affirme le Portugais. Il y a plus de mérite à gagner contre une équipe comme Barcelone. » La fontaine de Cybèle, lieu de rendez-vous des célébrations « merengue », affiche complet le lendemain soir.

Un chiffre : 50
C’était le dernier match de Pep Guardiola à la tête de son Barça au Camp Nou. C’était le derby catalan. C’était Barça-Espanyol et Lionel Messi en a mis quatre ! L’Argentin atteint par la même occasion la barre mythique des 50 buts en Liga sur une saison. Autre chose ? Bah oui, 20 passes décisives aussi ! Rideau.

Un destin : Drogba forever
Il avait disputé quatre finales internationales, dont une de Ligue des champions. Il les avait toutes perdues (avec Marseille contre Valence, UEFA 2004, avec Chelsea contre Manchester United, Ligue des champions 2008, avec la Côte d’Ivoire contre l’Egypte et la Zambie, CAN 2006 et 2012). Il avait été expulsé à Moscou lors de la finale perdue contre MU en 2008. Seul aux avant-postes à Munich, en finale de la Ligue des champions, face au Bayern de Franck Ribéry, Didier Drogna a d’abord égalisé d’une tête monstrueuse sur un corner de Juan Mata, permettant aux Blues de rester en vie à quelques secondes de la fin. Puis il a fait faute sur Ribéry alors que la prolongation venait de débuter. Petr Cech, son vieux complice, « meilleur gardien du monde », a alors repoussé le penalty d’Arjen Robben. Didier a pu frapper le sien lors de la séance des tirs au but. Et il a marqué. Le décisif, le dernier. Drogba a enfin remporté la Ligue des champions. C’est tout le peuple de Chelsea qui le vénère et le vénèrera encore longtemps. Ad vitam. God save Drogba !

Un come-back : Bastia retrouve les cimes
C’est en battant le FC Metz, autre « historique » du foot français, que le Sporting Club de Bastia retrouve l’élite. Vingtième victoire de la saison, titre de champion de Ligue 2 assuré. Frédéric Hantz, qui s’était assis sur le banc corse en 2010 en National, aurait-il pu imaginer pareille affaire à l’époque ? « Bien sûr que non. C’est magique ! Deux montées en deux ans, deux fois champion… Atteindre la Ligue 1 et finir champion en même temps, en gagnant 3-0, il s’agit forcément d’une soirée mémorable. C’est la récompense de tout un club, de tout un peuple. Les dirigeants se plient en quatre pour que l’équipe réussisse, notre staff est compétent et le groupe de joueurs est sain, sympa. Les gars se mettent au service du collectif. On a des gens de valeur ici. Et ça, ça n’a pas de prix. » Meilleure attaque (59 buts), meilleure défense (31 buts encaissés) et une montée validée à trois journées de la fin : n’en jetez plus, l’île est pleine. Après un septennat de purgatoire (les Corses étaient descendus en Ligue 2 en 2005 puis en National en 2010), le Sporting est de retour. La Ligue 1 se déplace à nouveau à Furiani et ce n’est pas plus mal.

Une première : La Juve championne et invaincue
En Italie, la Juventus remporte le 28e Scudetto de son histoire, le premier depuis le scandale du Calciopoli en 2006 (les deux titres de 2005 et 2006 lui avaient été enlevés suite aux révélations sur des matches arrangés ; la Juve, nouvellement entraînée par Didier Deschamps, avait été rétrogradée en Série B au moment où la Squadra devenait championne du monde face à la France). De l’histoire ancienne, donc. Un rideau noir définitivement déchiré par les hommes d’Antonio Conte (en photo, Andrea Pirlo et Fabio Quagliarella pour le V de la victoire). Pour fêter ça, ils n’ont pas fait dans la dentelle. En plus d’être champions, ils deviennent la troisième équipe réussissant l’exploit de rester invaincue tout au long de la saison. Pérouse (en 1978-79) et le Milan AC (en 1991-92) en avaient fait autant mais les Turinois sont les premiers à réaliser cette performance dans un championnat à vingt clubs. Chapeau donc à Gianluigi Buffon et Giorgio Chiellini, les deux dinosaures du groupe, et aussi à Andrea Pirlo, maître à jouer jugé hors d’âge au Milan AC qui n’avait pas voulu le prolonger. Et devenu éternel sous le maillot de la Vieille Dame. Normal.

Un cas : Le président candidat et le prisonnier ne font qu’un
Aziz Yildirim, richissime président de Fenerbahce (et de ses fans dans le stade Saraçoglu), lance sa candidature à sa propre succession… depuis sa cellule ! Le milliardaire stambouliote est incarcéré et en procès depuis février, avec 92 autres prévenus, dans le cadre d’une affaire sans précédent en Turquie. L’enquête porte sur des soupçons de matches truqués en première et deuxième divisions lors de la saison 2010-11. Ils ont notamment coûté son titre de champion 2011 et sa place en Ligue des champions à Fenerbahce (remplacé par Trabzonspor, qui s’est retrouvé dans la poule du LOSC). Aziz Yildirim se dit « victime d’une machination » et réaffirme sa volonté de « défendre les intérêts de Fenerbahce ». On a oublié de préciser : l’accusation réclame 147 années de prison contre lui ! Même pas peur, le gars.

Express
• Trente-trois ans après l’avoir quittée, le Stade de Reims retrouve l’élite. Les Champenois seront accompagnés par Troyes, un voisin.
• Eden Hazard, meilleur joueur du championnat de France, signe à Chelsea. Il portera le numéro 10.
• Claude Puel est intronisé entraîneur général de l’OGC Nice.
• A six semaines de l’Euro, Yann M’Vila, accusé de violences sur un jeune homme de 17 ans, passe 24 heures en garde à vue. Pas cool.
• Vingt ans après, une émouvante commémoration est organisée à Furiani, en hommage aux victimes de la catastrophe.
• Claudio Ranieri avait rencontré Didier Deschamps et l’OM en Ligue des champions en mars. En mai, il signe à Monaco, désigné nouvel ogre de Ligue 2.
• Ça y est, l’Angleterre a enfin trouvé un sélectionneur pour guider l’équipe nationale à l’Euro. Ce sera Roy Hodgson, le manager de West Bromwich, finalement préféré à Harry Redknapp.
• L’ancien attaquant international sénégalais Jules Bocandé, qui avait fait les beaux jours du FC Metz, décède à 53 ans seulement.
• L’intérim du directeur sportif brestois Corentin Martins au poste d’entraîneur n’aura duré que cinq matches. Pour la saison 2012-13, c’est Landry Chauvin qui prend les commandes du navire breton, en provenance de Nantes.

Populaires

To Top