Équipe de France

Rétro foot : Juillet 2012 (2/2)

L’arrivée du géant suédois Zlatan Ibrahimovic au Paris SG bouleverse le paysage du foot français. Timing millimétré, mots choisis et bain de foule, la « Zlatanmania » décoiffe dès le premier jour. Sinon ? Didier Deschamps a pris les destinées de l’équipe de France, ce qui n’est pas rien. Elie Baup lui succède à Marseille et Lyon remporte son premier trophée de la saison, celui des champions, malgré un coup de gueule mémorable de « JMA ».

Un exil : Drogba le Chinois
C’est la première fois de sa vie qu’il pose le pied sur le sol chinois. Il le fait avec toute sa famille. Un mois et demi après avoir remporté la Ligue des champions avec Chelsea (1-1, 4-3 aux tirs au but contre le Bayern Munich), Didier Drogba enfile le maillot bleu chiné du Shanghai Shenhua. Premier jour et premières impressions déjà bien décalées. S’attendait-il à voir plusieurs centaines de supporters à l’aéroport de Shanghai au moment de descendre de l’avion ? « Ce que j’ai ressenti à ce moment, c’était vraiment incroyable. Je n’avais jamais rien vécu de pareil, même à Chelsea. » Plutôt bonnes, les premières impressions de ce nouveau défi, taillé pour lui peut-être. Démesuré, quoi. « Il aurait été facile d’aller jouer ailleurs en Europe. Si j’ai choisi la Chine, c’est pour le défi. Ce n’est pas pour l’argent, tout le monde sait que je donne beaucoup d’argent à ma fondation. » A 250 000 euros la semaine pendant deux ans et demi, le défi est de taille, c’est sûr.

Une phrase
« Il ne faut pas avoir peur de faire quelque chose de différent et d’axer notre recrutement sur la Bretagne. L’objectif, c’est de séduire les meilleurs jeunes Bretons et de bien les éduquer. L’exemple, c’est le Barça. »
Signé Christian Gourcuff qui dévoile les ambitions du nouveau centre de formation du FC Lorient.

Un adieu : Giuly nostalgie
Dès son arrivée à Monaco, Claudio Ranieri a expliqué à Ludovic Giuly qu’il n’entrait pas dans ses plans et qu’il pouvait aller voir ailleurs. Une nouvelle que l’ancien international, champion de France avec le maillot rouge et blanc en 2000, a eu du mal à encaisser. Mais Ludo, lucide, a finalement résilié ce qu’il pensait bien être son dernier contrat. A l’ASM, on a décidé de soigner les adieux. Avant la réception de Tours pour l’ouverture du championnat de Ligue 2, l’ancien capitaine monégasque a reçu un vibrant hommage de Louis-II. Il n’est pas parti les mains vides. Pour lui, une réplique du premier maillot de l’histoire de l’A.S. Monaco et son maillot de la finale de la Ligue des champions 2004, qu’il avait laissé là. Il y a des détails comme ça qui font qu’un club est un peu plus grand qu’un autre…

Un stop : Sheva change de bord
Andreï Shevtchenko raccroche. A 35 ans, le Ballon d’or 2004 a fait son choix. L’Euro sur son sol aura été son dernier round. Après 111 sélections (48 buts) et surtout 175 buts marqués sous le maillot du Milan AC, sa seconde maison, Sheva se lance d’autres défis. « Je veux me réaliser en politique. Je veux faire quelque chose pour mon pays. Partager l’expérience que j’ai acquise en Europe. » Un but comme un autre.

Un come-back : Le Cosmos redémarre
Le New York Cosmos, the place to be dans les années 70 et 80 quand il s’agissait de soccer aux States, est admis dans la North American Soccer League (NASL), championnat professionnel équivalent à la Deuxième division en Amérique du Nord. Une renaissance pour le Cosmos où avaient notamment évolué Giorgio Chinaglia, Pelé et Franz Beckenbauer. Fondé en 1971, le Cosmos n’a plus joué un seul match professionnel depuis 30 ans. Le début d’une nouvelle histoire pour le mythique maillot blanc au col vert et son non moins mythique directeur du football : Eric Cantona.

Le coin des Bleus : Deschamps remplace Blanc
Dès le départ de Laurent Blanc de son poste de sélectionneur, Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football, avait un choix prioritaire et il s’appelait Didier Deschamps. Problème : son divorce avec l’OM lui bouffe la vie et son énergie. Didier refuse, dans un premier temps, la place. Pas grave, Le Graët lui donne le temps de la réflexion. Un choix stratégique et payant puisqu’une semaine plus tard, « DD » donne son accord. Il devient le sélectionneur de l’équipe de France. Le président se souvient. « Son premier refus m’a embêté un peu car j’espérais que l’affaire puisse se conclure rapidement. Mais je sais son attachement aux Bleus, réel depuis longtemps. Dans son plan de carrière, il visait l’équipe de France. Et puis son nom faisait l’unanimité, il n’y avait pas photo. C’est un homme rigoureux, qui ne se cache pas derrière son petit doigt. Il veut des joueurs qui respectent le maillot et se conduisent bien. Cela me convient parfaitement. » Apparemment, ça convient aussi à l’intéressé. « C’est une grande fierté pour moi et un honneur. Je suis très attaché à ce maillot. C’est la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma carrière professionnelle. »

Le coin des Bleus : Un staff resserré
Conformément aux souhaits de Noël Le Graët, le staff de Didier Deschamps est beaucoup moins étoffé que ne l’était celui de Laurent Blanc. Le « Président » avait deux entraîneurs adjoints (Alain Boghossian et Jean-Louis Gasset), « DD » n’en aura qu’un (Guy Stéphan, comme à l’OM). Franck Raviot (entraîneur des gardiens) et Philippe Tournon (chef de presse) restent en poste. Plus de préparateur physique en revanche : Philippe Lambert, salarié de la FFF, retourne à la Direction Technique Nationale. Au niveau médical, Fabrice Bryand laisse la place à Franck Le Gall.

Le coin des Bleus : Des joueurs convoqués
Les quatre vilains canards convoqués par la commission de discipline de la Fédération pour leur comportement en Ukraine s’en tirent bien. Yann M’Vila et Hatem Ben Arfa (en photo) prennent un simple rappel à l’ordre, Jérémy Ménez écope d’un match de suspension tandis que Samir Nasri, logiquement, est le plus lourdement sanctionné : trois matches de suspension en équipe de France.

Un coup de gueule : Quand Aulas se lasse
D’abord, il s’est adressé à ses joueurs, le matin, avant que ceux-ci ne prennent la direction de Tignes pour le stage d’oxygénation d’avant-saison. Il a poursuivi sa journée avec quelques journalistes du « Progrès ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est que des oreilles ont dû siffler dans le car, sur la route de la montagne. Jean-Michel Aulas, en pleine crise budgétaire puisque son OL n’est pas qualifié pour la Ligue des champions, parle fort. Et on l’a entendu. Extraits : « Il y a dans le groupe deux ou trois pingouins qui ne veulent jouer que pour leur portefeuille. Il y a une pression néfaste des pharaons et des dinosaures de vestiaire. Cris ne peut plus jouer avec nous. Après le PSG, les meilleurs contrats du football français sont à Lyon. Ils sont faits pour être respectés. Alors je dis aux joueurs, attention, ne faites pas trop les malins. Je ne veux plus faire de cadeaux. » Drôle d’ambiance pour une reprise.

Un stade : Le doyen rajeunit
C’est en accueillant le LOSC, pour un match amical de préparation, que le doyen du foot français, Le Havre, inaugure son nouvel écrin. Le Stade Océane voit le jour après deux années de travaux et une douloureuse à 80 millions d’euros. Un chausson bleu, tout près de l’illustre Jules-Deschaseaux, doté de 25 000 places et à la forte connotation Premier League avec des tribunes très proches de la pelouse, les premiers rangs ainsi que les bancs de touche à découvert. L’équipe de France y affronte l’Uruguay le 15 août.

Express
• Sans club depuis son départ du Bayern Munich au printemps 2011, Louis Van Gaal est nommé sélectionneur des Pays-Bas. Il remplace Bert Van Maarwijk, démissionnaire après l’élimination au 1er tour de l’Euro. Dans la foulée, la KNVB (la Fédé hollandaise) nomme Patrick Kluivert au poste d’adjoint. Ça sent bon l’Ajax, tout ça.
• Seydou Keita en Chine. Libre de tout contrat, le Malien (32 ans) s’engage avec le Dalian Aerbin. Deux ans et demi de contrat et 5 millions brut par an, joli reclassement.
• Les Bleues démarrent leur tournoi olympique avant la cérémonie d’ouverture, à Glasgow, par une défaite contre les Etats-Unis. Le revers n’est pas éliminatoire, la médaille est donc toujours en vue… pour le moment.
• Diego Maradona, qui avait signé un contrat de 2 ans en mai 2011, est remercié par Al-Wasl. Le club des Emirats Arabes Unis a terminé la saison à une terne 8e place sur douze équipes engagées.
• Puisqu’on ne change pas une équipe qui gagne, l’Espagne remporte à nouveau le championnat d’Europe, celui des U19 ans. Après avoir éliminé la France en demi-finales notamment.
• Patrice Carteron, qui a quitté Dijon, met le cap au Sud. Il devient le sélectionneur du Mali.

Populaires

To Top