Équipe de France

Rétro foot : Janvier 2012 (2/2)

En ce début d’année, le Paris SG accapare toute l’attention avec l’intronisation de Carlo Ancelotti à la tête du staff technique et les vraies-fausses annonces de son mercato hivernal. Pendant ce temps-là, Lionel Messi cueille son troisième Ballon d’Or consécutif et la Coupe de France, comme celle la Coupe de la Ligue, nous offre de jolis moments d’émotion.

Le coin des Bleus : Le Graët-Blanc, de la friture sur la ligne
C’est Laurent Blanc qui a lancé le débat après la qualification de l’équipe de France pour l’Euro en Ukraine et en Pologne. « Si je dois rester, il faudra que mon contrat soit prolongé avant le début de la compétition. » Début janvier, à la période des bons vœux, le président de la FFF Noël Le Graët ne semble pas du tout décidé à exaucer ceux de son sélectionneur. « Je pense qu’il est sain et préférable que cette prolongation soit effectuée après l’Euro. La compétition est importante. Gérer un groupe, c’est l’heure de vérité. Bien sûr, se qualifier, c’est très bien mais il faut convenir que les poules sont de moins en moins dures. » Et Noël Le Graët de fixer, dans la foulée, les objectifs à atteindre : « Aller le plus loin possible. Déjà, il est indispensable de sortir de la phase de groupe. » Comme une feuille de route pour l’obtention d’un nouveau contrat. Visiblement, ces deux-là ne sont pas sur la même longueur d’ondes. Y’aurait même comme de la friture sur la ligne…

Une phrase
« Je suis né au football comme Beethoven à la musique ou Michel-Ange à la peinture. » Du roi Pelé, en toute modestie…

Un match : Ce Lyon a du cœur
On ne peut pas dire que le quart de finale de Coupe de la Ligue hivernal entre Lyon et Lille, au stade Gerland, se présente sous les meilleurs auspices pour l’OL. Le premier coup dur intervient dès l’échauffement lorsque Dejan Lovren se blesse, obligeant Rémi Garde à bricoler une charnière centrale – Maxime Gonalons associé à Samuel Umtiti (deuxième match chez les pros) – très expérimentale. La deuxième tuile ne va pas tarder. Onzième minute de jeu, l’arbitre Laurent Duhamel voit rouge et expulse Mouhamadou Dabo pour une faute sur Laurent Bonnart. Nouveau tour de passe-passe du coach des Gones qui opte pour le replacement de Michel Bastos au poste… d’arrière droit ! L’état d’urgence est décrété et il faut vraiment avoir la foi pour imaginer que Hugo Lloris et les siens vont parvenir, dans de telles conditions, à se tirer d’affaire. D’ailleurs, Joe Cole, en ouvrant le score un peu avant la demi-heure de jeu, semble sceller le sort de la rencontre et assurer la qualification des Nordistes. Plié, le match ? Tout doux ! Ce Lyon a du cœur, fait bloc dans les vents contraires, ne lâche rien, donne tout. Et bing, un coup franc de Bastos repoussé par Vincent Enyeama sur Kim Källström permet au Suédois d’arracher l’improbable égalisation. « Cette équipe a beaucoup de caractère, commentera après coup Garde, et montre que même dans la difficulté, avec de l’envie et de la fierté, on peut réaliser de belles choses. » Ce n’est pas fini. 65e minute : l’impossible arrière droit de l’OL, le héros du match, Michel Bastos, dépose Bonnart sur l’une de ses accélérations, tout en hargne et en puissance, avant d’offrir le but de la victoire à Lisandro dans un stade de Gerland totalement électrisé par l’incroyable scénario. « Jouer à 10 nous a donné plus de force face à la meilleure équipe du championnat, affirme le Brésilien. Il ne fallait pas bouder. On me fait parfois des reproches sur l’envie et l’engagement. J’ai voulu montrer que je pouvais aider l’équipe. » Oui, en ce soir frisquet de janvier, Bastos et ses partenaires ont joué avec ce petit supplément d’âme qui réchauffe les cœurs et fait remonter le thermomètre.

Un top : Ça gaze pour les Gaziers
Deux semaines après Noël, les joueurs du Gazélec d’Ajaccio (National) s’offrent le plus beau des cadeaux en éliminant une Ligue 1, Toulouse, en 32es de finale de la Coupe de France. Le héros du jour s’appelle Mickaël Colloredo. Juste après la mi-temps, il a repris victorieusement un centre en retrait du milieu Anthony Colinet. « Nous avons réalisé le match parfait, commente l’entraîneur Dominique Veilex. On n’a pas reculé, on n’a pas fermé le jeu, on a joué. » Quinze jours plus tard, les Corses, pas repus, remettent le couvert en 16es de finale. Cette fois, leur victime, Troyes évolue en L2. Une nouvelle fois, 1-0 grâce à une réalisation de l’inévitable Colloredo. Oh le beau mois de janvier !

Un flop : Le Sénégal ne s’éclate plus
Le Sénégal, qui figurait parmi les grands favoris de la CAN 2012 avec sa flopée de stars, les Souleymane Diawara, Kader Mangane, Moussa Sow, Mamadou Niang, Demba Ba et autres Papiss Cissé, est complètement passé à côté de son sujet. Eliminé dès la phase de groupe, avec un zéro pointé et trois défaites face à la Zambie, la Guinée Equatoriale et la Libye (battu à chaque fois 2-1). Impuissants, les Lions connaissent là l’un des plus retentissants couacs de leur histoire. Et dire qu’il y a dix ans, ils se révélaient aux yeux de la planète foot en dominant les champions du monde et champions d’Europe français lors de la Coupe du monde 2002 ! Plus dure est cette chute vertigineuse.

Un objet : La Ligue 1 voit la vie en rose
Pour la deuxième partie de saison du championnat, Puma apporte encore plus de couleurs au nouveau ballon unique de la Ligue 1. Passant d’un coloris blanc et rose à un design encore plus innovant rose et blanc, ce ballon veut surprendre et faire voir la vie en rose à tous les clubs de L1. Ce sera surtout vrai pour ceux qui auront réussi leur saison. Moins pour les trois relégués…

Un clash : Bernard Casoni, c’est fini
Malgré un parcours plus que parfait avec Evian – champion de National en 2010, champion de Ligue 2 en 2011, 11e à la trêve pour cette première saison en L1 -, Bernard Casoni commence l’année en apprenant son éviction. La raison ? La détérioration de ses relations avec les dirigeants qui lui reprochent son manque d’implication dans la vie quotidienne du club. Réunions houleuses avec son président, Patrick Trotignon, perte d’un de ses derniers soutiens, le directeur sportif Pascal Dupraz, à l’origine de sa venue : le Corse était de plus en plus isolé au sein de l’ETG. Le fil ténu qui reliait encore les deux parties a fini par céder. C’est l’ancien Nancéien Pablo Correa qui est choisi pour lui succéder.

Un chiffre : 800 000
En dollars, soit un peu plus de 600 000 euros (qui vont dans la poche du joueur) : c’est le prix payé par le club d’Howrah, dans la banlieue de Calcutta, pour s’offrir Robert Pires dans la toute nouvelle Premier League Soccer, le championnat indien du Bengale occidental, selon le principe d’une vente aux enchères. La mise à prix initiale du Français était de 750 000 $. Le championnat doit, en principe, débuter fin février-début mars. En principe… Mais chut, on en reparle.

Un objectif : Domenech ne veut plus être au ban du banc
Raymond Domenech, sans club ni sélection à diriger depuis une excursion en Afrique du Sud qui s’est terminée dans la confusion, n’a pas tiré un trait sur le métier de coach. Non seulement il a envie de replonger mais avec une idée précise en tête. « Mon rêve, explique-t-il, est d’entraîner le deuxième club parisien. A Londres, il y en a dix. A Paris, un seul. Dans toutes les grandes villes, c’est minimum deux. Je trouve bonne et saine cette rivalité. Rien ne me fait peur. Je pourrais me mettre à la tâche avec une équipe de CFA ou de Division d’Honneur. » Vaste ambition…

Express
• Nicolas Anelka quitte Chelsea pour rejoindre le club chinois Shanghai Shenhua.
• La joueuse japonaise Homare Sawa a remporté le Ballon d’Or féminin 2011. Et reçu son trophée en kimono !
• A la suite des graves incidents ayant émaillé la fin de la rencontre Bastia-Lens du 15 octobre 2011, le défenseur nordiste Gabriel Cichero est condamné, par le tribunal correctionnel de Bastia, à cinq mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et cinq mois d’interdiction de stade. Cette sanction s’ajoute aux cinq mois de suspension que lui a infligés la commission de discipline de la Ligue.
• Dans les dernières heures du mercato, Djibril Cissé (Lazio Rome) signe chez les Londoniens de Queens Park Rangers.
• Deux Clasicos pour le prix d’un. Le Barça élimine le Real Madrid en quarts de finale de la Coupe du Roi. Victoire 2-1 à Madrid, nul 2-2 au retour au Camp Nou.
• En dehors du Paris SG, Lille a été l’acteur français le plus actif du mercato d’hiver. Moussa Sow (Fenerbahce) et Ludovic Obraniak (Bordeaux) sont partis. Nolan Roux, transféré de Brest pour 8 M€, et Mauro Cetto, prêté par Palerme, débarquent dans le Nord.

Populaires

To Top