Équipe de France

Pologne : Tous ensemble, Lewandowski devant

Emmenés par le serial buteur du Bayern Munich Robert Lewandowski, les Polonais s’avancent vers l’Euro avec de sérieux arguments. Et une bonne tête d’outsider.

Quatre ans. Quatre ans seulement séparent les deux dates et on a l’impression qu’il s’est passé une éternité. Au jeu des sept erreurs, on en trouverait facilement beaucoup plus entre l’équipe de Pologne qui co-organisait l’Euro 2012, dont elle fut impitoyablement éjectée, avec pertes et fracas, dès le 1er tour et dans la douleur, et celle qui vient d’obtenir avec une certaine flamboyance son ticket pour la France.
Vous avez dit « flamboyance » ? Eh bien, parlons chiffres. Avec 33 buts inscrits, la troupe d’Adam Nawalka a terminé avec la meilleure attaque des éliminatoires, tous groupes confondus et largement. Le meilleur buteur ? Robert Lewandowski, bien sûr, qui, en plantant 13 buts, a égalé le record de 2008 du Nord-Irlandais David Healy. Robert le Grand est aussi celui qui a cadré le plus de tirs (25) au cours de ces éliminatoires. Si l’attaquant du Bayern est évidemment un élément essentiel et incontournable du groupe, il n’est pas tout seul. La preuve : avec 6 passes décisives (plus 6 buts), Arkadiusz Milik a pour sa part terminé co-meilleur passeur des qualifs. Tandis que l’inépuisable Grzegaorz Krychowiak, qui s’impose définitivement comme le boss du milieu, n’a pas manqué une seconde de jeu sur les dix matches qui étaient au programme.
Cette équipe a du coffre, ne lâche jamais rien et se bat jusqu’au bout du temps additionnel. Un chiffre encore : la bande à Nawalka a planté 8 buts durant les cinq dernières minutes de jeu. Des chiffres toujours, et ceux-là ont fait du bruit au pays : pour la première fois de son histoire, en 19 confrontations, la Pologne a battu l’Allemagne (2-0), mettant fin à une série de 33 rencontres sans défaite pour la Mannschaft en qualifications.
Et comme ces deux-là ne se quittent plus, ils se retrouveront en France, en compagnie de l’Ukraine et de l’Irlande du Nord. « Il s’agit d’un groupe relevé, note le sélectionneur, avec le champion du monde en titre, l’Ukraine et l’Irlande du Nord qui sont en phase de progression. Des matches difficiles nous attendent mais nous avons l’ambition de nous qualifier. »
Les Polonais ont surtout les moyens de leurs ambitions, sous la bannière blanche et rouge fièrement brandie par le chevalier Lewandowski. « C’est clair que Robert apporte une autre dimension à l’équipe. Il s’agit d’une évidence, poursuit Adam Nawalka. Il est la lueur du groupe mais attention, les autres joueurs ont tous évolué à un niveau de premier plan. Chaque secteur a fonctionné grâce à un collectif fantastique. »
Alors, il veut voir plus loin, bien plus loin. « Nous faisons des progrès et je dirais sans pudeur ni fausse modestie que nous ne sommes pas encore au bouquet final. » Ce que Robert Lewandowski traduit ainsi : « J’espère que nous serons le poil à gratter de la compétition. » Il y a quatre ans, la Pologne sortait piteusement de son Euro dès le 1er tour. Il y a quatre ans… Il y a une éternité.

Classement FIFA : 27e

Bilan Euro :
• 2 participations (2008 et 2012)
6 matches, 3 n, 3 d, 3 bp-7 bc
• Meilleure performance :
1er tour en 2008 et 2012
• Meilleurs buteurs : Roger Guerreiro (1 but en 2008), Robert Lewandowski et Jakub Blaszczykowski (1 but en 2012)

Comment ils jouent
Après quelques hésitations, Adam Nawalka a opté pour un 4-2-3-1 qui lui a plutôt bien réussi. Avec des joueurs qui ont su élever leur niveau de jeu. Si, dans les buts, la lutte entre Lukasz Fabianski et Wojciech Szczesny reste intense, il semble que le premier ait pris un avantage indéniable. La charnière Lukasz Szukala-Kamil Glik, elle, s’est imposée au fil du temps, tandis que l’énorme Grzegorz Krychowiak est définitivement devenu incontournable à la récupération, le plus souvent associé à Krzystof Maczynski. Pour l’animation offensive, ça bouge beaucoup entre Jakub Blaszczykowski, Arkadiusz Milik et Kamil Grosicki. Et quand on sait que le roi Robert Lewandowski est à la finition, on se dit que cette sélection ne manque pas d’arguments. A prendre très au sérieux.

Le coach : Adam Nawalka
Né le 3.10.1957 à Cracovie
En poste depuis novembre 2013
22 matches, 13 v, 6 n, 3 d

Leurs éliminatoires
2e du groupe D
21 pts, 6 v, 3 n, 1 d, 33 bp-10 bc
07.09.2014 : Gibraltar-Pologne 0-7 (Grosicki 2, Lewandowski 4, Szukala)
11.10.2014 : Pologne-Allemagne 2-0 (Milik, Mila)
14.10.2014 : Pologne-Écosse 2-2 (Maczynski, Milik)
14.11.2014 : Géorgie-Pologne 0-4 (Glik, Krychowiak, Mila, Milik)
29.03.2015 : Irlande-Pologne 1-1 (Peszko)
13.06.2015 : Pologne-Géorgie 4-0 (Milik, Lewandowski 3)
04.09.2015 : Allemagne-Pologne 3-1 (Lewandowski)
07.09.2015 : Pologne-Gibraltar 8-1 (Grosicki 2, Lewandowski 2, Milik 2, Blaszczykoswki s.p., Kapustka)
08.10.2015 : Ecosse-Pologne 2-2 (Lewandowski 2)
11/10/2015 : Pologne-Irlande 2-1 (Krychowiak, Lewandowski)

La parole à… Robert Lewandowski
Même s’il ne veut pas rêver trop haut, Robert Lewandowski, le killer de la sélection polonaise, a de vraies ambitions à l’aube d’aborder la compétition. « Gagner l’Euro, c’est peut-être un peu trop tôt pour y penser franchement. On ne va pas dire ça mais notre équipe n’a peur de personne. Ça, je l’assure. Il va s’agir d’un grand événement en France et j’espère, je souhaite que la Pologne soit le poil à gratter du tournoi. Nous y allons tous avec une envie indescriptible. Vous pouvez être sûr que chacun de nous donnera le meilleur de lui-même. Nous voulons tous prouver nos qualités. Et je vous certifie qu’on n’en manque pas. »

La cote de Planète : 3

Populaires

To Top