Étranger

Pologne : Style Renaissance (2)

Avec Adam Nawalka aux commandes et Robert Lewandowski comme artificier en chef, la Pologne, revigorée par un dernier Euro plein de promesses, entend jouer les trouble-fêtes à l’occasion de la grand-messe mondiale. Pour marcher sur la trace des glorieux anciens.

L’homme à suivre : Robert Lewandowski
Il est tout et il fait tout au sein de la sélection. Robert Lewandowski en est, à la fois, le capitaine, l’âme et le buteur providentiel. C’est tout juste s’il n’assure pas aussi le service après-vente ou après qualification, si l’on préfère, dans le rôle d’ambassadeur de la nation. La goal-machine, qui déglingue tout ce qui se présente devant elle avec le Bayern Munich, en Bundesliga comme en Ligue des champions, a un rôle encore plus étendu en équipe nationale de Pologne, où l’idée première est de tâcher de lui délivrer le ballon dans de bonnes conditions, en sachant qu’elle en fera, ensuite, le meilleur usage. Avec ses 16 buts en éliminatoires, il a fait voler en éclats l’ancien record européen. Avec ses trois triplés – un contre la Roumanie, un face au Danemark et le dernier en Arménie -, il a abasourdi la planète foot. En fait, le pays n’a qu’une crainte à son sujet : la sale blessure au mauvais moment. Parce qu’un seul être vous manque (lui) et toute l’équipe de Pologne est dépeuplée.

Le chiffre : 57
Avec 57% des buts marqués pour la Pologne, Robert Lewandowski a été, et de loin, l’attaquant le plus déterminant pour son équipe, parmi tous les participants de la zone Europe, au cours de la phase qualificative. Soit 16 buts sur les 28 inscrits par les Polonais. Seize buts, c’est aussi un nouveau record dans l’histoire des éliminatoires de la Coupe du monde dans cette même zone Europe.

Leurs éliminatoires
Zone Europe
1er du groupe E
25 pts, 8 v, 1 n, 1 d, 28 bp-14 bc
4.09.2016 : Kazakhstan-Pologne 2-2 (Bartosz Kapustka, Robert Lewandowski s.p.)
8.10.2016 : Pologne-Danemark 3-2 (Robert Lewandowski 3)
11.10.2016 : Pologne-Arménie 2-1 (Hrayr Mkoyan c.s.c., Robert Lewandowski)
11.11.2016 : Roumanie-Pologne 0-3 (Kamil Grosicki, Robert Lewandowski 2 dont 1 s.p.)
26.03.2017 : Monténégro-Pologne 1-2 (Robert Lewandowski, Lukasz Piszczek)
10.06.2017 : Pologne-Roumanie 3-1 (Robert Lewandowski 3 dont 2 s.p.)
1.09.2017 : Danemark-Pologne 4-0
4.09.2017 : Pologne-Kazakhstan 3-0 (Arkadiusz Milik, Kamil Glik, Robert Lewandowski s.p.)
5.10.2017 : Arménie-Pologne 1-6 (Kamil Grosicki, Robert Lewandowski 3, Jakub Blaszczykowski, Rafal Wolski)
8.10.2017 : Pologne-Monténégro 4-2 (Krzysztof Maczynski, Kamil Grosicki, Robert Lewandowski, Vladimir Stojkovic c.s.c.)

Comment ils jouent
4-2-3-1, 4-4-1-1 : Adam Nawalka varie les plaisirs et les systèmes. Le 4-4-2 pourrait même redevenir une option en vogue, à condition qu’Arkadiusz Milik, l’attaquant napolitain qui s’est pété le genou gauche avant de retrouver l’infirmerie à cause du droit, revienne avec tous ses moyens, car il est le seul pendant vraiment crédible à Robert Lewandowski à la pointe de l’attaque dans cette organisation. Dans les buts, Lukasz Fabianski et Wojciech Szczesny se tirent la bourre, avec l’avantage, pour le premier, d’être titulaire à Swansea. Ce n’est pas le cas de Szczesny qui passe derrière… Gianluigi Buffon à la Juventus Turin. La défense menée par Kamil Glik est solide et expérimentée. Comme le milieu où Piotr Zielinski apporte son toucher de balle. Pour déborder et centrer, Jakub Blasczykowski et Kamil Grosicki partent avec un avantage certain sur les côtés. De toute façon, il y a toujours un certain Robert pour finir le job.

Le coach : Adam Nawalka
60 ans
Polonais
En poste depuis novembre 2013
« C’est un bon tirage, on pourrait même dire un tirage favorable. On pensait peut-être affronter des formations plus huppées. On doit maintenant être déterminés à bien se préparer dans le but d’aller le plus loin possible. »

Populaires

To Top