Étranger

Pologne : Dans les pas de Robert (1)

La Pologne s’apprête à disputer sa troisième phase finale consécutive à l’Euro. Avec Robert Lewandowski, le meilleur buteur des éliminatoires, elle n’a jamais paru aussi bien armée pour enfin passer le 1er tour.

« Pour gagner une compétition, il faut un grand gardien et un grand buteur. » S’il fallait simplement répondre à l’adage, alors la Pologne figurerait au rang des plus gros favoris du prochain Euro. Dans les buts ? Deux gaillards qui dépassent le mètre quatre-vingt-dix. Wojciech Szczesny (1,95 m) et Lukasz Fabianski (1,91 m) se sont partagé le temps de jeu lors de la phase éliminatoire. Devant ? Pas forcément le plus grand par la taille mais juste le meilleur buteur toutes poules confondues. C’est bien avec Robert Lewandowski que la Pologne a changé de catégorie. Car le buteur du Bayern Munich n’est plus seulement le buteur du Bayern, justement.
Devenu l’une des références mondiales au poste 9, Robert est dorénavant, avec ses 13 buts inscrits, le co-meilleur buteur de l’histoire des qualifications pour l’Euro. Seul le Nord-Irlandais David Healy avait réussi pareille performance, avant l’Euro 2008. Et malgré tout le respect qu’on l’on peut avoir pour le canonnier éphémère de Belfast, la trace n’est pas du tout la même ce coup-ci. Lewandowski, qui a marqué ses 13 buts en jouant deux matches de moins que le Nord-Irlandais, modifie sacrément le paysage de la sélection d’Adam Nawalka.
Deuxièmes de leur groupe derrière l’Allemagne, qu’ils ont battue pour la première fois de leur histoire dès le début des éliminatoires, autrement dit tout juste après le titre de champion du monde de la Mannschaft, les Polonais profitent à donf de l’effet Euro (le stade Narodowy de Varsovie est plein à chaque rencontre) et de l’effet Robert.
La Pologne, c’est aussi la meilleure attaque de ces éliminatoires avec 33 buts. La jeune promesse de l’Ajax Amsterdam, un temps courtisé par l’OM l’été dernier, Arkadiusz Milik a marqué six fois et terminé co-meilleur passeur des neuf groupes de qualification, avec six offrandes décisives. Toutes ont débouché sur un but de Lewandowski ! Bénéficiant à la fois de l’épanouissement individuel de ses cadres (Grzegorz Krychowiak, Lukasz Piszczek, Jakub Blaszczykowski) et de l’expérience commune du groupe, Nawalka peut lucidement envisager les quarts de finale. Ce serait une première. Pas forcément une surprise.

Populaires

To Top