Équipe de France

Pays de Galles : Tous des enfants de Bale

Ce n’est pas l’aîné de la bande mais c’est celui qui entraîne tous les autres. Et ça n’a évidemment pas de prix. Bienvenue au royaume de Gareth Bale.

Franchement, on est triste pour le monument gallois Ryan Giggs qui aurait mérité, après avoir tout déchiré avec son club de toujours, Manchester United (dont deux Ligues des champions), de connaître également la consécration avec cette petite Galles qui aime bien jouer les vermines. Sauf que les standards de l’époque ne sont plus ceux d’aujourd’hui. Un 2e de groupe, dorénavant, se qualifie directement pour le tournoi final, ce qui n’était pas le cas avant. Tant mieux pour le successeur du génial Giggs, le non moins talentueux Gareth Bale, d’autant que le Madrilène a participé de tout son corps et de toute son âme à ce moment historique. Il y a tout mis, acteur essentiel de ce pur moment de bonheur.
Si les mecs au poireau ont défendu comme des fous chaque parcelle de terrain, avec une arrière-garde qui n’a encaissé que quatre buts, au cours de ces éliminatoires, comment, d’un autre côté, ne pas mentionner, surligner même le rôle majeur de cet enfant de la balle, le dénommé Bale, dans cette épopée ? Parce que oui, il s’est arraché comme un fêlé, celui que l’on considère parfois un brin individualiste mais qui a su s’accommoder des codes madrilènes.
Et avec sa très chère équipe nationale, Gareth a offert bien plus qu’on ne pouvait l’imaginer. « Bon, assure l’intéressé, on ne peut pas comparer la vie en club et celle en sélection. Il s’agit de choses tellement distinctes, mais si fortes. D’un côté comme de l’autre. J’apprécie tout ce qu’elles m’apportent. » On appelle ça du politiquement correct. Mais bon, lorsqu’on s’attarde sur les performances du lascar, personne ne pourra nier qu’il a été l’élément moteur du parcours d’une sélection qu’il a sortie des nimbes. Avec ses sept buts (sur les onze inscrits par les Gallois), évidemment qu’il a porté l’équipe nationale sur ses larges épaules. Le bonhomme a tout défriché, il a arraché les herbes rebelles sur son passage. Il a redessiné un nouvel horizon. Qu’elle était verte, sa vallée…
Sinon, pour en revenir à la compétition qui arrive, Chris Coleman, le sélectionneur gallois, a plutôt l’air de prendre du bon côté le programme à venir. « C’est un grand honneur de me retrouver aux côtés de Roy Hodgson, que je connais depuis de nombreuses années. L’Angleterre est une grande équipe mais nous avons aussi des qualités. Contre la Slovaquie et la Russie, nous tâcherons également de le démontrer. » Avec un certain Gareth Bale à la baguette, pourquoi les Gallois n’auraient-ils pas le droit de continuer à rêver ?

Classement FIFA : 24e

Bilan Euro : Aucune participation à l’Euro

La cote de Planète : 2

Comment ils jouent
On ne change pas une formule qui a plutôt réussi durant les qualifications, alors Chris Coleman va rester fidèle au 3-5-2 auxquels ses joueurs sont dorénavant parfaitement rompus. Dans cette formule, le « 3 » est le plus souvent composé du trio Williams (Ashley, précision utile puisqu’il pourrait y avoir quatre Williams à l’Euro)-James Chester-Ben Davies, tandis que Chris Gunter à droite, et Neil Taylor, à gauche, ont pour charge de coulisser dans les couloirs. Aaron Ramsey doit, lui, apporter sa vitesse alors que Joe Ledley tient plutôt le rôle de régulateur. Pour le reste ? Ne vous inquiétez pas, Gareth Bale s’occupe de tout. Toujours présent pour mettre le feu comme pour marquer des buts. C’est Monsieur Plus-Plus-Plus !

Le coach : Chris Coleman
Né le 10.06.1970 à Swansea
En poste depuis janvier 2012
28 matches, 11 v, 6 n, 11 d

La parole à… Gareth Bale
« D’abord, je dois dire que je suis très fier de cette qualification historique, qui a constitué un moment inoubliable pour moi comme pour tous mes coéquipiers. Nous sommes tellement heureux de représenter le pays de cette façon ! J’espère qu’on pourra avoir un véritable impact sur la compétition. On doit se rendre en France avec de l’ambition. Nous concédons peu de buts, nous sommes capables de marquer contre n’importe qui et d’en surprendre beaucoup. Quel que soit l’adversaire, on fera en sorte de le contrarier. Oui, on va débarquer avec une faim de loup. Les grandes nations ont la pression, pas nous ! Ils s’attendent à nous battre mais nous donnerons tout pour déjouer leurs plans. L’objectif principal va être de sortir du 1er tour. »
8 matches, 6 vd

Leurs éliminatoires
2e du groupe B
21 pts, 6 v, 3 n, 1 d, 11 bp-4 bc
09.09.2014 : Andorre-Pays de Galles 1-2 (Bale 2)
10.10.2014 : Pays de Galles-Bosnie-Herzégovine 0-0
16.11.2014 : Belgique-Pays de Galles 0-0
28.03.2015 : Israël-Pays de Galles 0-3 (Ramsey, Bale 2)
12.06.2015 : Pays de Galles-Belgique 1-0 (Bale)
03.09.2015 : Chypre-Pays de Galles 0-1 (Bale)
06.09.2015 : Pays de Galles-Israël 0-0
10.10.2015 : Bosnie-Herzégovine-Pays de Galles 2-0
13.10.2015 : Pays de Galles-Andorre 2-0 (Ramsey, Bale)

Populaires

To Top