Équipe de France

Olivier Giroud, la chance de sa vie

Contesté par une partie des supporters d’Arsenal, le Gunner a une occasion en or de se relancer à l’Euro. Ou pas…

Il était, avant que Mathieu Valbuena ne laisse traîner l’un de ses téléphones portables sur un coin de table et que ledit téléphone n’arrive aux oreilles et aux yeux d’un pote d’enfance de Karim Benzema, le numéro dix-huit des Bleus. La doublure officielle du neuf. Pas vraiment contesté puisque son profil n’appartient qu’à lui et qu’il est le seul joueur français de ce niveau à le proposer.
Grand, athlétique, vrai point d’appui, Olivier Giroud est un avant-centre relais, celui qui vient à la tombée du ballon pour gagner son duel, soit aérien, soit grâce à son jeu de corps, très bon, pour dévier vers une flèche lancée à pleine vitesse. C’est l’avant-centre rêvé d’une équipe de contres, capable de gêner l’évolution du jeu adverse par sa mobilité et son sens du sacrifice et donc d’être le premier relais haut, sur un jeu long, à la récupération basse du ballon.
La non-sélection de Karim Benzema pour l’Euro modifie complètement la donne. Giroud passe, logiquement, de numéro deux à numéro un dans la hiérarchie des avant-centres de Didier Deschamps. Même si l’opinion publique n’est pas majoritairement de l’avis de « DD ». Même si Jean-Michel Aulas demandait avec un sens oratoire qui, à force d’être saoulant, devenait pitoyable, la présence d’Alexandre Lacazette parmi les 23, Deschamps n’est pas du genre à modifier ses plans, surtout à l’heure d’aborder une phase finale. « Il fallait un plan B, voire un plan C », avait prévenu « DD » pour évoquer l’absence de Benzema à l’Euro.
Et le plan B s’appelle Giroud. Problème : le plan B traverse, depuis janvier, une crise de confiance et d’efficacité comme il n’en a jamais connu dans sa carrière. A Arsenal, la grande gigue qui sert d’avant-centre est restée longtemps sans trouver le chemin des filets (depuis le 13 janvier et un doublé contre Liverpool). Arsène Wenger a laissé Giroud sur le banc des remplaçants pendant trois matches de suite en Premier League. Il n’a retrouvé une place de titulaire que le 21 avril, contre West Bromwich Albion.
Pire : à l’Emirates, il est devenu l’une des têtes de gondole de la contestation des supporters, qui l’ont pris en grippe et chantent régulièrement quelques refrains pas toujours très chics à son égard. Bref, la saison de Giroud n’est pas joyeuse. Comme un cruel retour des choses. Comme si le Gunner, champion de France en 2012 avec Montpellier, avait surfé autant qu’il avait pu sur ce titre avant de tomber le masque. A moins que ce ne soit qu’une crise de confiance comme tous les buteurs en connaissent. Même les plus grands.
A l’Euro, il a une occasion en or de se remettre la tête à l’endroit. Et là, on ne parle pas de ses mèches, de sa barbe ou de son look d’enfer. Son profil a beau être atypique, on n’a aucunement besoin d’Olivier Giroud sur les planches d’une fashion week, ni de son profil en quatre par trois sur des affiches promotionnelles. C’est le gabarit du joueur remiseur et point d’appui qui peut apporter une variété et enrichir le jeu des Bleus. De là à devenir le vrai neuf à l’Euro ? Reculer remplaçant à Arsenal pour devenir titulaire en équipe de France… Le plan B, c’est la chance de sa vie.

PROFIL
Avant-centre
Né le 30 septembre 1986 à Chambéry
29 ans
1,92 m, 92 kg
Club : Arsenal (Angleterre)

VISA
47 sélections, 14 buts
Première sélection : le 11 novembre 2011 à Saint-Denis, France-Etats-Unis 1-0 (amical)
Sélectionneur : Laurent Blanc
Expérience à l’Euro : 3 matches, 32 minutes jouées
SA SAISON INTERNATIONALE 2015-16 : 8 matches, 332 minutes jouées, 4 buts
SITUATION PERSONNELLE
Son contrat expire en 2018 et pour la première fois depuis son arrivée à Londres, son avenir se dessine peut-être loin de l’Emirates. D’abord parce qu’Arsène Wenger veut acheter un numéro 9 digne de ce nom. Surtout parce que les Allemands de Wolfsburg ont déjà montré leur intérêt en entrant en contact avec son entourage. Mais ce n’est qu’un début. A tous les niveaux, l’Euro peut être vraiment tout bon pour lui.

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top