Étranger

Nigeria : Les Aigles sont redevenus des rapaces

Humiliés et éliminés deux fois de suite de la phase finale de la CAN, les « Super Eagles » ont retrouvé des couleurs sous la houlette de Gernot Rohr. Et maintenant ?

On ne prétendra pas que quand Gernot Rohr a pointé son nez et sa casquette à la tête de la sélection nigériane en août 2016, l’état des lieux était reluisant. Les « Super Eagles » restaient sur deux crashes monumentaux et intolérables pour une nation de cette envergure. Incapables de se qualifier pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2015 et bis repetita en 2017. Ouste ! Ejectés dès les éliminatoires. Allez, après ça, revendiquer un statut d’équipe majeure du continent qui leur collait pourtant depuis longtemps au maillot… Ça faisait franchement désordre.
C’est dans ce contexte pour le moins tendu que le technicien franco-allemand est entré dans la danse. Pour avoir dirigé les sélections du Gabon, du Niger et enfin du Burkina Faso, il ne débarquait pas en terre franchement inconnue mais il avait un véritable challenge à relever. « Quand j’ai pris l’équipe nationale, on m’a demandé deux choses : construire une équipe rajeunie et la qualifier pour le Mondial. Sachant qu’on tombait dans un groupe costaud et que j’avais très peu de temps pour mettre tout cela en place. » Le temps ? Même pas deux mois pour préparer le tour final. Les adversaires ? Du lourd, effectivement, avec le Cameroun, l’Algérie et la Zambie. Et un seul élu à l’arrivée.
Mission impossible ? Non, mission accomplie et en respectant le cahier des charges fixé par les instances. Les partenaires de John Obi Mikel se sont même offert le luxe de composter le fameux sésame avant la dernière journée de la phase qualificative. S’il fallait mentionner, dans leur parcours, un match, à la fois fédérateur et référence, ce serait certainement ce succès 4-0 face au Cameroun dans le Godswill Akpabio International Stadium d’Uyo, situé à la pointe sud du pays.
Il faut mentionner la révélation de jeunes comme Wilfred Ndidi, le milieu de Leicester, ou Moses Simon à l’aile gauche. Sans oublier Kelechi Iheanacho et Alex Iwobi, qui se sont montrés décisifs à chaque fois qu’ils sont sortis du banc. Ces quatre-là ont moins de 23 ans et représentent l’avenir en même temps que les forces vives actuelles, encadrés par les incontournables John Obi Mikel, Victor Moses mais aussi Ogenyi Onazi, qui n’a que 24 ans.
A quoi peuvent-ils rêver dorénavant ? « Le but sera de sortir de la phase de poules, même si cela s’annonce difficile avec de gros adversaires, conclut Rohr. Mais le groupe est jeune, plein d’envie et très ambitieux. » Les Aigles sont redevenus des rapaces et c’est déjà beaucoup.

L’homme à suivre : Victor Moses
Il vient tout juste de fêter ses 27 ans mais semble avoir déjà vécu plusieurs vies. Bringuebalé depuis son arrivée à Chelsea en 2012 (il a successivement été prêté à Liverpool, Stoke et enfin West Ham). Blessé trop souvent. Un coup une tendinite, un coup un claquage, une fois le mollet, l’autre fois la cuisse. Repositionné, aussi, depuis qu’Antonio Conte a débarqué chez les Blues. L’ailier droit de réputation et de formation est devenu un joueur de couloir à Londres. « Je demande à mes latéraux d’effectuer un travail aussi bien défensif qu’offensif et Victor est très intéressant dans ce registre, insiste le technicien italien. Il a un bon équilibre dans son jeu, une bonne accélération et une vraie capacité à faire la différence en contre-attaque. » Bon, c’est quand même pour animer le jeu des « Super Eagles », avec le compère John Obi Mikel, que Gernot Rohr compte sur Moses en Russie. Surtout si les pépins physiques cessent de lui pourrir la vie.

1er tour
Le 16 juin à 21h, Stade de Kaliningrad : Nigeria-Croatie
Le 22 juin à 17h, Stade de Volgograd : Nigeria-Islande
Le 26 juin à 20h, Stade de Saint-Pétersbourg : Nigeria-Argentine

Visa mondial
• Superficie : 923 770 km2
• 190 millions d’habitants
• Capitale : Abuja
• Fédération : Nigeria Football Federation
• Année de fondation : 1945
• Affiliation FIFA : 1960
• Couleurs : maillot, short et bas verts
• Equipementier : Nike

Le chiffre : 6
Si le Nigeria n’a participé à une phase finale de Coupe du monde, pour la première fois, qu’en 1994, il n’a, depuis, manqué que le rendez-vous en Allemagne de 2006. Les « Super Eagles » disputeront ainsi, cet été, leur sixième Mondial sur les sept dernières éditions. Mieux que n’importe quelle autre nation africaine dans ce laps de temps.

Comment ils jouent
S’il peut parfois se lancer dans des essais de système, surtout à l’occasion des rencontres amicales, le circuit préférentiel de Gernot Rohr passe incontestablement par un 4-2-3-1. Derrière, si l’on excepte le gardien Ikechukwu Ezenwa, régional de l’étape mais pas certain d’être titulaire en Russie, la ligne de quatre taillée pour la route fait ses classes à l’étranger, principalement en Turquie où l’on sait ce que veut dire « être dur sur l’homme ». Dans ce schéma, au milieu, Ogenyi Onazi et le jeune et très prometteur Wilfred Ndidi jouent le rôle d’essuie-glace, tandis que John Obi Mikel et Victor Moses sont en charge de l’animation. En pointe enfin, le grand espoir Iheanacho se contente le plus souvent, pour le moment, d’un statut de joker de luxe. Mais la situation pourrait évoluer d’ici à l’été.

Leurs éliminatoires
Zone Afrique
2e tour
13.11.2015 : Swaziland-Nigeria 0-0
17.11.2015 : Nigeria-Swaziland 2-0 (Moses Simon, Efe Ambrose)
Tour final, 1er du groupe B
14 pts, 4 v, 2 n, 12 bp-4 bc
9.10.2016 : Zambie-Nigeria 1-2 (Alex Iwobi, Kelechi Iheanacho)
12.11.2016 : Nigeria-Algérie 3-1 (Victor Moses 2, John Obi Mikel)
1.09.2017 : Nigeria-Cameroun 4-0 (Odion Ighalo, John Obi Mikel, Victor Moses, Kelechi Iheanacho)
4.09.2017 : Cameroun-Nigeria 1-1 (Moses Simon)
7.10.2017 : Nigeria-Zambie 1-0 (Alex Iwobi)
10.11.2017 : Algérie-Nigeria 1-1 (John Ogu)

Classement FIFA : 41

Le coach : Gernot Rohr
64 ans
Franco-Allemand
En poste depuis août 2016
« Cette poule est intéressante. A nous de bien préparer le premier match contre les Croates. L’Islande en impose physiquement. Ce sera plus difficile de surprendre l’Argentine qui nous connaît, on l’a battue récemment. »

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top