Étranger

Neymar do Paris (2)

Paris avec Neymar, ça change tout mais ça change quoi ?

Le Barça voulait réunir Neymar et Marco Verratti dans la même équipe. L’idée a pris forme sous un autre maillot. Si les deux joueurs ont tout pour être complémentaires, c’est vrai, on se focalise ici sur l’impact de Neymar sur le jeu parisien à travers sa première au Parc des Princes, contre Toulouse.
L’infographie ci-dessous, qui détermine la zone géographique de chacune de ses touches de balle contre le TFC, révèle bien la préférence pour le côté gauche, OK. Mais aussi le déséquilibre saisissant entre l’avant et l’arrière. Le Brésilien a touché plus de ballons dans la surface adverse que dans son propre camp. C’est une illustration en forme de symbole.
Car c’est surtout dans la prise de balle qu’il change tout. A chaque fois, c’est vers l’avant. Les contrôles sont en mouvement et vers l’avant. Les passes sont vers l’avant. C’est aussi et surtout en cela que les chiffres sont impressionnants. Car chaque prise d’initiative est une prise de risques. C’est aussi pour cela qu’il crée tant de différences. Balle au pied comme sans, d’ailleurs.
Comme sur son premier but contre Toulouse, sur la frappe repoussée par Alban Lafont. Tout le monde regarde, lui joue. Il est le seul en mouvement. Et vers l’avant, bien entendu.

ITW Neymar
« Gagner la Ligue des champions ? On ne sait pas quand mais on y arrivera ! »

Entre présentation officielle et communication parfaite,
le Brésilien a enchaîné avec une maîtrise totale ses différentes obligations médiatiques. VRP de luxe.

PLANETE FOOT : Devenir le joueur le plus cher du monde confère toujours un statut particulier. Le devenir avec ce prix hallucinant et ce transfert énorme met-il encore plus de pression sur tes épaules ?
NEYMAR :
Non, je ne me sens absolument pas sous pression. Je ne changerai rien à ma façon de jouer et rien ne changera mon jeu, parce que je continue de faire ce que j’aime le plus. En fait, ces chiffres, les sommes, tout cela m’échappe un peu. Chacun pense ce qu’il veut et tout le monde ne pense pas la même chose. Moi, ma pensée est ailleurs. Je sais que je rejoins un nouveau projet. J’en avais besoin et je suis très content. Le plus important, c’est de m’adapter à mes coéquipiers, de rendre heureux les fans et de faire gagner l’équipe.

PF : Neymar à Paris, c’est aussi pour remporter la Ligue des champions…
N. :
Oui, je suis très engagé et très concerné là-dessus. C’est notre objectif principal. On ne sait pas quand mais on y arrivera. C’est ça, le projet.

PF : Tu as dit que pour la première fois, tu n’as pas écouté ton père. Pourquoi ?
N. :
Parce qu’au début, il me déconseillait de quitter Barcelone. Il est plus qu’un père pour moi. Je peux parler de tout avec lui, très librement, et je peux lui demander bien plus encore. C’est comme un ami, en plus d’être la personne que j’aime le plus au monde. Non, il n’était pas d’accord à l’origine. Mais il a finalement dit oui et aujourd’hui, il est à fond avec moi. Mon père, c’est mon idole.

PF : Après quatre ans à Barcelone, dans quel état d’esprit arrives-tu à Paris ? Tu connaissais déjà un peu la capitale ?
N. :
Oui, un peu la Tour Eiffel, un peu l’Arc de Triomphe… Je suis allé à Disneyland aussi avec la famille. Mais là, c’est différent. J’ai beaucoup souffert lors de mon arrivée à Barcelone parce que j’étais loin de la famille, loin du pays. Le Brésil me manque toujours mais maintenant, je peux dire que je me suis bien acclimaté à la vie en Europe et que je suis heureux ici. En tout cas, je suis très content de m’installer à Paris.

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top