Équipe de France

Mike Delany, un footeux chez les Jaunards

Le Néo-Zélandais Mike Delany a posé ses bagages plus tôt que prévu à Clermont. Découverte.

Jean-Marc Lhermet, le manager clermontois, a dû faire vite pour signer Mike Delany, l’ouvreur néo-zélandais : la date limite de recrutement d’un joker médical était fixée à la fin mars. Le directeur sportif auvergnat s’en expliquait sur le site Internet du club : « La venue de Mike nous a semblé une bonne opportunité de renforcer l’effectif pour la fin de saison. La date limite pour (engager) le joker médical se rapprochait (ndlr : 29 mars), nous avons souhaité nous prémunir d’une éventuelle blessure à des postes-clés qui pourrait compromettre notre fin de saison. »
Bien vu : dans le même temps, Morgan Parra était porté pâle du côté de Marcel-Michelin après une entorse survenue contre l’Ecosse lors du dernier match du Tournoi des VI Nations. Un vrai coup dur pour une équipe qui avait rechargé les accus pendant quelques semaines, avec du travail physique dans la perspective des playoffs.

Un seul match avec les All Blacks
L’arrivée du Néo-Zélandais Mike Delany en Auvergne a surpris. Il était attendu pour la prochaine saison. « Mike avait terminé son championnat au Japon. Nous étions certains qu’il saurait parfaitement s’intégrer à notre système de jeu. Aussi, il était préférable de le faire venir immédiatement », précisait Jean-Marc Lhermet. Le joueur est assez peu connu sur la scène internationale. Il ne compte qu’une seule sélection chez les All Blacks, un match contre l’Italie à Milan en novembre 2009. Delany brillait alors dans le Super XV avec les Chiefs. Il remporta le titre en 2010.
L’histoire de ce rugbyman est étonnante. Mike est arrivé dans le monde de l’ovalie par la petite porte et surtout sur le tard. Dans la famille Delany, on jouait plutôt au football. Le père et les enfants sont des dingues de soccer. Mike brille au foot jusqu’à l’adolescence. Il est sélectionné dans toutes les catégories de jeunes de l’équipe nationale. La famille Delany rêve de voir le gamin faire carrière dans cette discipline car il possède une bonne frappe et une technique appliquée au milieu du terrain.

Il change de ballon au lycée
Mais en Nouvelle-Zélande, les footeux sont aussi rares que les danseurs d’opéra. Lorsqu’il entre au lycée, à Rotorua, Mike change de ballon. Pour une histoire de potes : cela lui permet de retrouver plus facilement les copains. L’apprentissage de l’ovalie est long, car il doit revoir tous les fondamentaux, mais il excelle en toute logique dans le jeu au pied. Comme quoi, le soccer mène à tout… A condition de savoir en sortir !
Delany finit par retenir l’attention des scouts de la province de Bay of Plenty. Le club est entraîné par… Vern Cotter. Dix ans plus tard, il a retrouvé l’entraîneur néo-zélandais à Clermont. Chez les Chiefs, « Mullies » se retrouvait au milieu des stars. Stephen Rex Donald évoluait au même poste d’ouvreur. Les deux gaillards ont longtemps partagé le temps de jeu. Après quatre ans de Super XV, Delany alla voir du côté du Japon, avec un bon contrat à la clé. Il rejoignit les Wild Knights, champions 2010, et retrouva un autre Black, le centre Sonny Bill Williams. Mike s’éclata pendant deux saisons à Ota, une ville moyenne de l’archipel.
Il n’arrivait pas en terre inconnue à l’ASM avec Vern Cotter à ses côtés. Jean-Marc Lhermet a avancé sa signature car il savait que l’ouvreur néo-zélandais pouvait être un bonus pour le club dès maintenant. Se réarmer dans le Top 14, ce n’est jamais superflu !

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top