Étranger

Mateo Kovacic, la surprise du chef

Le jeune prodige croate Mateo Kovacic est la recrue surprise du Real, qui a mis plus de trente patates sur la table pour gonfler encore son milieu de terrain. Si on souhaite bon courage à Rafael Benitez pour faire le tri, on a hâte aussi de voir Mateo la pépite sur la pelouse de Bernabeu.

Il y a eu des Galactiques, des Ballons d’or, des hors de prix et même des prix « inqualifiables » au Real Madrid. Ce coup-ci, Florentino Perez nous a fait le coup de la recrue surprise. Comme à chaque fois qu’il présente un nouveau joueur, le boss de la Maison Blanche a mis les petits plats dans les grands, avec tout ce qu’il faut autour, pour vendre son nouveau produit. « Mateo Kovacic est très jeune mais il possède déjà une belle expérience et son talent va nous aider à renforcer notre effectif. Sois le bienvenue chez toi, Mateo. »
Diplomatiquement très correct, toujours très propre et le petit passage obligé, le rappel rituel de la « responsabilité qui incombe à ceux qui portent la tunique du plus grand club du monde ». Diplomate mais pas que, le Perez. A la surprise générale, le Real a donc déboursé 35 millions d’euros pour signer… une promesse. Kovacic s’est engagé jusqu’en 2021. Un contrat longue durée pour un changement radical.
Plutôt bon à l’Inter la saison dernière (35 matches, 5 buts, 5 passes en championnat), après avoir été formé au Dinamo Zagreb (c’est Vahid Halilhodzic qui l’avait lancé en pro en 2010), Mateo le petit nouveau s’était imposé chez les Nerazzurri sous les ordres d’Andrea Stramaccioni, après son arrivée en janvier 2013. Moins en vue en 2013-14, il n’est pas resté copain avec Walter Mazzarri (16 titularisations seulement, toutes compétitions confondues) mais il a retrouvé des couleurs, donc, avec Roberto Mancini.
Le voilà qui débarque dans un tout autre univers, avec une concurrence nouvelle. Lui aussi, bien sûr, a pris le micro. Un peu moins à l’aise que Perez, un peu moins beau parleur mais un peu plus sincère sans doute : « Je remercie tout le monde, le président pour ses mots, le club… Le Real Madrid est le plus grand club du monde et c’est vraiment quelque chose de très spécial pour moi de signer ici. » D’après certaines indiscrétions, il se murmure, à Madrid, que c’est Luka Modric qui aurait convaincu le patron madrilène de mettre le paquet sur son compatriote. « Dans deux ans, il sera Ballon d’Or. » Le genre d’argument qui aurait tendance à vite faire tourner la tête du boss, c’est vrai.
Et maintenant ? Kovacic débarque pour remplacer numériquement Sami Khedira, parti à la Juve. Mais numériquement toujours, c’est un milieu relayeur de plus au sein d’un effectif qui en comptait déjà pléthore (Modric, Toni Kroos, Casemiro, James Rodriguez, Asier Illarramendi, Isco, Lucas Silva au moment de son arrivée…). Un milieu toujours dépourvu de véritable sentinelle. Or, c’est bien un vrai 6 que Rafael Benitez réclamait pour son Real, qui aura quand même perdu Xabi Alonso et Khedira en l’espace de deux étés. « Pas grave » : au Real, le coach est payé pour faire jouer des attaquants ensemble, c’est bien connu, c’est écrit dans le contrat.
Avec Kovacic, les Merengues récupèrent un vrai talent au milieu, un de plus, mais un relayeur, au profil bien plus proche de ceux de Modric et Kroos justement que de celui de Xabi Alonso ou Khedira. Mais non, no problemo, toujours : « Quand j’ai entendu parler du Real, je n’ai pas hésité une seconde (ndlr : tu parles !). C’est une opportunité à ne pas rater. Je suis jeune et évoluer avec de tels joueurs est une chance unique. Je suis tellement honoré de partager le vestiaire avec ces gars-là ! » Le vestiaire, oui, mais le terrain ? « Ce n’est pas à moi de décider où je jouerai (ndlr : n’est pas Cristiano Ronaldo qui veut) mais à l’entraîneur. J’ai parlé avec Benitez, je le connais depuis Naples, il connaît mes qualités et il sait ce que je peux apporter. J’espère juste ne pas décevoir. »
Il peut toujours compter sur Luka Modric pour une aide à l’adaptation. « Luka a fait tellement pour moi déjà ! C’est un grand ami. Il est très important ici. Je le remercie d’avoir parlé de moi en bien. Pour moi, c’est l’un des meilleurs joueurs du monde. Après, chacun ses caractéristiques, je ne remplacerai personne. Surtout pas Luka. Je suis jeune. Je sais que mes partenaires vont m’aider. »
Ce ne sera pas de trop : le nouveau n°16 du Real s’est royalement paumé avec le taxi et n’a pas trouvé le centre d’entraînement lors de sa première semaine madrilène. Un Colchonero au volant, sans doute…

Profil
■ Né le 6 mai 1994 à Linz (Autriche)
■ Milieu
■ 1,81 m, 75 kg
■ Roadbook : Dinamo Zagreb (CRO, 2010-janvier 2013), Inter Milan (ITA, janvier 2013-2015), Real Madrid (ESP, depuis 2015) 
■ International A (Croatie). Première sélection : le 22.03.2013 à Zagreb, Croatie-Serbie 2-0.

Populaires

To Top