Équipe de France

Maroc : Comme des Lions

Les Marocains retrouvent la fièvre d’une phase finale. Une victoire de plus pour Hervé Renard, décidément insatiable sur le sol africain. Et en Russie ?

Il avait remporté la Coupe d’Afrique des Nations avec la Zambie en 2012, quand personne n’avait misé un kopeck sur son nom. Il a récidivé en 2015 à la tête de la Côte d’Ivoire, quand tout le monde ne regardait plus que sa trombine de mannequin, ou d’acteur, ou les deux. Hervé Renard a remis ça, à la tête du Maroc cette fois, et si ce n’est pas un troisième titre continental qui vient gonfler son impressionnante récolte sur les terres d’Afrique, la qualification marocaine pour la prochaine Coupe du monde a tout du coup parfait.
En février 2016, après le départ de Badou Zaki, une légende au pays (mais qui n’avait pas réussi à ramener les Lions de l’Atlas sur le toit de la CAN), les dirigeants marocains avaient mis le paquet pour attirer le Français. Ils ne regrettent rien. Le coach au sourire Colgate et à la chemise blanche que seul le col différencie de la collection « BHL » a remis en quelques causeries et quelques mois seulement l’équipe nationale en pleine lumière. Tout en haut de la hiérarchie, surtout.
Le Maroc n’a pas tout fait bien mais il n’a jamais tremblé. Comme une force tranquille au milieu d’une faune et d’une flore pourtant propices aux poussées de fièvre. C’est tout lui, ça. Avec, quand même, un groupe de qualification très compliqué, composé du Mali d’Alain Giresse (qui a démissionné), du Gabon de Pierre-Emerick Aubameyang et de la Côte d’Ivoire de Serge Aurier. Rien que ça ! Et puis, la griotte sur la pastilla, c’est au stade Houphouët-Boigny d’Abidjan, haut lieu de ses croisades passées, qu’il est allé toucher son Graal. Une victoire 2-0 sans contestation possible avec, à sa demande, une invitation XXL lancée aux Marocains expatriés d’Abidjan, tous conviés au dernier entraînement des Lions la veille du match décisif, dans la capitale ivoirienne.
Il est comme ça, Hervé Renard. Entier. Avec ses axes et ses mots forts, il a mis, comme à chaque fois, ses joueurs face à leurs responsabilités. Les voilà face au plus gros défi de leur carrière internationale. Avec leur potentiel offensif, leurs qualités techniques, qui ne sont plus à démontrer, et leur puissance défensive (aucun but encaissé !), ils peuvent vraiment montrer les crocs. Les Lions sont dans la place.

Classement FIFA : 48

1er tour
Le 15 juin à 17h, Stade de Saint-Pétersbourg : Maroc-Iran
Le 20 juin à 14h, Stade Loujniki à Moscou : Maroc-Portugal
Le 25 juin à 20h, Stade de Kaliningrad : Maroc-Espagne

Visa mondial
• Superficie : 710 850 km2
• 33,8 millions d’habitants
• Capitale : Rabat
• Fédération : Fédération Royale Marocaine de Football
• Année de fondation : 1956
• Affiliation FIFA : 1960
• Couleurs : maillot et short vert, bas rouges
• Equipementier : Adidas

L’homme à suivre : Hakim Ziyech
Sauvé par le football avant d’entrer dans l’adolescence, au moment où tout commençait à partir en sucette, Hakim Ziyech est devenu l’un des meilleurs joueurs du championnat néerlandais sous le maillot de l’Ajax Amsterdam. Surnommé « El Maestro » depuis. Et ça lui va plutôt bien. Plusieurs fois sélectionné avec les Oranje, catégorie Espoirs, il a opté pour les Lions de l’Atlas et il fait déjà figure de cadre dans la maison d’Hervé Renard. A 24 ans, le gamin de Dronten, aux Pays-Bas, sera l’une des attractions de la phase finale en Russie où beaucoup, beaucoup de monde lui fera les yeux doux, pour lui faire quitter son nid de l’Ajax. Tous les gros sont sur lui. Et on les comprend.

Le chiffre : 0
Comme le nombre de buts encaissés par les Lions au cours des huit matches de qualification. Un vrai mur, de l’Atlas.

Comment ils jouent
Hervé Renard a trouvé la formule : comme à son habitude, la priorité du plus blond des Français d’Afrique depuis Claude Le Roy est de responsabiliser ses joueurs. A quatre derrière, c’est mieux, avec, il faut le noter, le replacement très judicieux et précieux de Nabil Dirar dans le couloir droit, aux côtés d’une charnière Romain Saïss (l’ancien Angevin)-Mehdi Benatia (le capitaine) qui a une certaine allure. Avec Karim El Ahmadi en sentinelle et sans doute Fayçar Fajr (ancien meilleur passeur de L2), en binôme avec Younès Belhanda, à la baguette. Il y a aussi Hakim Ziyech et Sofyan Amrabat pour dynamiter tout ça et Khalid Boutaïb, plein de confiance avec ses quatre buts en quatre matches de qualification. Ça tient la route.

Leurs éliminatoires
Zone Afrique
2e tour
12.11.2015 : Maroc-Guinée équatoriale 2-0 (Youssef El-Arabi, Yacine Bammou)
15.11.2015 : Guinée équatoriale-Maroc 1-0
Tour final
1er du groupe C
12 pts, 3 v, 3 n, 11 bp-0 bc
8.10.2016 : Gabon-Maroc 0-0
12.11.2016 : Maroc-Côte d’Ivoire 0-0
1.09.2017 : Maroc-Mali 6-0 (Hakim Ziyech 2 dont 1 s.p., Khalid Boutaïb, Achraf Hakimi, Younès Belhanda, Mimoun Mahi)
5.09.2017 : Mali-Maroc 0-0
7.10.2017 : Maroc-Gabon 3-0 (Khalid Boutaïb 3)
11.11.2017 : Côte d’Ivoire-Maroc 0-2 (Nabil Dirar, Mehdi Benatia)

Le coach
Hervé Renard
49 ans
Français
En poste depuis février 2016
« Nous voilà dans le grand bain. On va affronter deux monstres. Mais on ne doit pas se satisfaire d’une participation. Il faut croire en nos chances, même si cela s’annonce tendu. »

Populaires

To Top