Équipe de France

Les têtes de gondole

Un petit tour d’Europe, ça vous dit ?

ALLEMAGNE
Du lourd devant
Le Bayern Munich et sa surface financière démentielle permettent toutes les folies ou presque au géant de Bavière. Ou presque, parce que ni Cristiano Ronaldo, ni Lionel Messi n’ont joué ni ne joueront au Bayern. L’exemple est volontairement caricatural mais il illustre aussi le manque d’attrait quasi automatique de la Bundesliga pour le reste du foot européen. Quand on a mis un pied dedans, on devient addict mais on a beaucoup de mal à poser un premier crampon. Pourtant, l’Allemagne reste une destination de choix pour les internationaux brésiliens (Dante, Luis Gustavo, Douglas Costa…). Mais derrière le Bayern, Dortmund et, à un degré moindre, Schalke (où Raul est venu terminer sa carrière européenne) et Wolfsburg (quand Volkswagen, le proprio, n’est pas épinglé par la patrouille de la fraude), c’est quand même un peu le néant sur la scène internationale. Surtout que tous les internationaux allemands sont très vite achetés, soit par des gros clubs étrangers, soit… par le Bayern !

ANGLETERRE
La Star Ac’
Quand il était président de l’OM et qu’il réglait tout seul les transferts olympiens, Vincent Labrune avait pris l’habitude de parler de la Premier League comme de « la NBA du foot européen ». En gros, un marché parallèle où la moindre proposition financière était totalement déconnectée du reste des places européennes. En Angleterre, on paie un joueur moyen très (trop) cher. Un bon joueur coûte très vite beaucoup d’argent et une star encore plus. Mais on ne se refuse rien. Les droits télévisuels, qui dépassent le milliard, apportent une puissance nouvelle aux clubs et rendent la lanterne rouge de Premier League plus riche que le Paris SG. Le casting, forcément, s’en ressent. En Angleterre, les stars se cognent à tous les étages. Des gardiens de but (David De Gea, Thibaut Courtois, Hugo Lloris), un royaume dans lequel Steve Mandanda était troisième dans la hiérarchie à Crystal Palace, ce qui restera une énigme éternelle, jusqu’aux attaquants (Romelu Lukaku, Diego Costa, Zlatan Ibrahimovic, Harry Kane…). Sans oublier les autres, tous les autres (Paul Pogba, Delle Alli, Eden Hazard, Cesc Fabregas…), des pelouses jusqu’aux bancs de touche (José Mourinho, Antonio Conte, Arsène Wenger, Pep Guardiola, Mauricio Pochettino…). La Premier League, cet univers impitoyable…

ESPAGNE
Du lourd partout
Ils sont venus, ils sont tous là. Depuis plusieurs années maintenant, c’est exclusivement en Espagne qu’il faut chercher le vainqueur du Ballon d’or. Seul Gianluigi Buffon, peut-être, pourrait venir contrarier cette implacable vérité en fin d’année. Sinon, entre le Real Madrid et le FC Barcelone, ce ne sont plus des têtes de gondole, c’est un musée. A coups de « MSN », à coups de « BBC », à coups de centaines de millions d’euros surtout. La Liga, qui domine, avec ses représentants, les Coupes d’Europe, comme en atteste une nouvelle fois la présence de deux clubs sur quatre en demi-finales de la Ligue des champions (mais on y reviendra plus loin), regroupe les meilleurs (Messi, « CR7 »…) et possède en plus, par rapport à ses concurrents, un pouvoir d’attractivité sur le continent sud-américain que les autres n’ont pas. Messi, à 11 ans, a atterri à Barcelone. Ni à Londres, ni à Milan, ni à Munich. La passerelle entre l’Espagne et l’AmSud offre à la Liga une densité de talents à tous les étages, alors qu’elle domine déjà outrageusement le carré VIP avec ses têtes de gondole. Y’a pas match, là.

FRANCE
La Star Ac’ catégorie moins de 20 ans
Les pouvoirs financiers nouveaux du Paris SG depuis l’arrivée du Qatar, de l’AS Monaco avec les millions de Dmitri Rybolovlev et peut-être de Marseille avec ceux de Frank McCourt redonnent à la Ligue 1 quelques couleurs dans le concert international, à l’heure où démarrent les périodes de mercato. On ne soulignera jamais assez l’importance de l’arrivée d’Ibrahimovic à Paris pour l’exposition et la médiatisation du championnat à l’étranger. Plus globalement, Paris fait causer en Europe aujourd’hui. Monaco aussi. Espérons que d’autres, demain… Mais la Ligue 1 reste avant tout ce qu’Arsène Wenger en disait à l’aube de l’an 2000 : « Le championnat mondial des moins de 20 ans et des plus de 30 ans. » Bon, pour les plus de 30 ans, on regarde un peu en Italie aussi. Mais la France reste une pépinière. Une machine à produire les talents de demain. C’est dommage mais c’est encore le cas. Il manque trois, quatre ou dix autres Edinson Cavani et Angel Di Maria. Il faudrait que Kylian Mbappé reste à Monaco quelques saisons pour que la tendance chuchote un revirement. C’est marrant mais on ne voit pas trop venir le revirement.

ITALIE
C’est plus ce que c’était…
Le meilleur championnat du monde des années 1980 et 1990 a perdu de sa superbe. D’abord parce que d’autres sont montés en gamme, et aussi parce que lui a chuté de plusieurs étages. Dans une autre vie, Bernard Tapie parlait de l’AC Milan comme de la Scala. C’était la meilleure équipe, dans laquelle tous les meilleurs joueurs du monde évoluaient, les uns à côté des autres (Marco Van Basten, Paolo Maldini, Dejan Savicevic, Frank Rijkaard, Franco Baresi…). Nous pouvons dire la même chose aujourd’hui du Barça ou du Real en lisant les noms qui composent les effectifs. Pas du Milan. Plus de l’Inter. Parme a disparu de la circulation. La Sampdoria Gênes aussi. Certes, la Juventus Turin maintient la flamme en vie. Mais il faudrait que les fortunes étrangères qui ont pris possession des deux Milan lâchent vite le chéquier pour combler le retard. Un vrai fossé s’est creusé.

Ballon d’or 2016 
Sur les 30 finalistes, 19 joueurs ont obtenu au moins 1 voix.
Sur ces 19 lauréats, 9 évoluaient en Espagne (quasiment 50%),
5 en Premier League, 3 en Allemagne, 1 en Italie et 1 au Portugal. Grand écart.
1. Cristiano Ronaldo (Portugal / Real Madrid)
2. Lionel Messi (Argentine / FC Barcelone)
3. Antoine Griezmann (France / Atlético de Madrid)
4. Luis Suarez (Uruguay / FC Barcelone)
5. Neymar (Brésil / FC Barcelone)
6. Gareth Bale (Pays de Galles / Real Madrid)
7. Riyad Mahrez (Algérie / Leicester City)
8. Jamie Vardy (Angleterre / Leicester City)
9. Pepe (Portugal / Real Madrid)
10. Gianluigi Buffon (Italie / Juventus)
11. Pierre-Emerick Aubameyang (Gabon / Borussia Dortmund)
12. Rui Patricio (Portugal / Sporting Portugal)
13. Zlatan Ibrahimovic (Suède / Manchester United)
14. Arturo Vidal (Chili / Bayern Munich)
15. Paul Pogba (France / Manchester United)
16. Robert Lewandowski (Pologne / Bayern Munich)
17. Dimitri Payet (France / West Ham)
18. Luka Modric (Croatie / Real Madrid)
19. Toni Kroos (Allemagne / Real Madrid)

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top