Équipe de France

Les nouveaux Jedi sont tous bleus (1)

Dans le sillage de la comète Kylian Mbappé, c’est toute une flotte de jeunes chevaliers qui remplit l’espace gravitationnel de la Ligue 1. Parce que les champions d’Europe U19 de l’an passé seront les favoris de la Coupe du monde U20, cet été, en Corée du Sud. Parce qu’Anthony Martial, Adrien Rabiot ou Kingsley Coman, presque vieux, sentent déjà une sacrée clique de cousins dans leurs parages. Parce que les talents regorgent à tous les postes : il y a Lafont, Monsieur Propre, qui préfère les gants au sabre laser. Il y a la Hernandez Family, qui se produit et se reproduit sur la planète Liga. Il y a Lopez, le minot, ou encore Tousart le mi-Gone, deux espèces en voie d’apparition.
La flotte est dense, les étoiles sont toutes bleues et c’est tout sauf une attaque de clones. Une vraie galaxie de pépites, en fait. Que la Force soit avec eux ! Quand tu auras lu ces pages, mieux informé tu seras…

Maxime Lopez : Zidane en est fan

Un premier contrat pro à même pas 17 ans. Laissé sur le bord de la route par Marcelo Bielsa, il est devenu un élément essentiel du team de Rudi Garcia. Et en plus, adoubé par « Zizou » himself. Quelle trajectoire pour ce Marseillais pure souche !

Lui-même le dit sans complexes. Malgré sa petite taille – 1,67 m et un petit air physique de Samir Nasri, formé lui aussi à l’OM -, c’est un teigneux. Du genre qui ne lâche jamais rien. C’était le cas, paraît-il, quand il évoluait au Burel FC, l’une des plus renommées écoles de foot marseillaises, cela s’est avéré toujours vrai quand Maxime Lopez a débarqué au centre de formation de l’OM, à 14 ans.
Pas toujours facile à gérer, ce petit meneur de jeu de poche que Thierry Rodriguez a suivi pendant trois ans chez les Olympiens. C’est lui qui l’a fait reculer d’un cran sur l’échiquier des terrains. En U17, enfin, ses performances appellent comme une reconnaissance en même temps qu’elles annoncent un talent prometteur.
C’est l’époque où l’Angleterre, et particulièrement Liverpool, espère l’attirer dans ses filets. Mais le jeune Lopez est trop attaché à ses racines, aussi bien familiales que de sa ville de naissance. Et boum, à 16 ans et demi (on a le droit de compter les demies à son âge), il signe son premier contrat pro.
La suite sera beaucoup plus compliquée dans un premier temps. Oublié, laissé pour compte, définitivement abonné à l’équipe réserve, il en a beaucoup voulu à Marcelo Bielsa, l’idole, pendant longtemps, des fans marseillais. S’il y en a un qui n’a pas été étourdi par le passage du technicien argentin à la célèbre glacière sur la Canebière, c’est bien lui. « Cela a été une période très compliquée, confirme-t-il. Il n’échangeait avec personne. Il venait voir jouer les jeunes mais ne nous parlait presque pas. L’année avec lui a été très dure à vivre. J’ai vraiment galéré. »
Tout a changé pour le mini Max avec l’arrivée du fameux projet McCourt et, surtout, celle de Rudi Garcia aux commandes du prototype olympien. Vite fait, bien fait, l’ancien de la Roma a installé le jeunot parmi ses joueurs référents. Avec son gros volume de jeu et sa technique fine, ce vrai gars du coin a tout de suite répondu aux attentes. Dans le rôle du buteur – parfois -, du passeur – plus souvent -, il s’est imposé à la vitesse de l’éclair comme un indéboulonnable de la formation olympienne, dont il est le meilleur inspirateur. Un vrai produit maison qui donne tout et toujours avec justesse.
Les premières sélections, à l’automne, en U20 chez les Bleus, avant celles de mars, sont venues récompenser un parcours exceptionnel et exponentiel depuis quelques mois. Et si l’Algérie l’a approché (pays de sa mère), le gaillard, qui vient de prolonger à l’OM (« C’est ici que j’ai envie de continuer à progresser, dans ce projet qui me paraît exceptionnel »), semble avoir effectué son choix, de manière très claire : « Pour l’instant, je suis focalisé sur l’équipe de France. Mon objectif premier, c’est la Coupe du monde U20 avec les Bleus en fin de saison (du 20 mai au 11 juin en Corée du Sud). Et rien d’autre. Le reste, on verra plus tard. »
En attendant, le très prometteur Lopez a reçu, avec plein d’humilité et de reconnaissance, les compliments appuyés de celui qu’il appelle « Monsieur Zidane ». « Zizou », donc, au micro : « Je le connais depuis longtemps et mes fils encore mieux. Ils ont joué ensemble au Z5 d’Aix-en-Provence (ndlr : structure de foot en salle à 5, conçue par le « Z »). Et Maxime a toujours eu ce talent exceptionnel et naturel. Il court beaucoup et il sait faire jouer les autres. Ce qu’il produit, aujourd’hui, ne me surprend donc pas. » De quoi faire rougir un môme de 19 ans.

Profil
• 19 ans
• 1,67 m, 58 kg
• Olympique de Marseille
• International U20

Un chiffre : 3
En inscrivant son premier but chez les pros le 10 décembre dernier face à Dijon, à 19 ans et 6 jours, le nouveau chouchou du Vélodrome, pur produit du centre de formation où il a débarqué à 14 ans, est devenu le troisième plus jeune buteur de l’OM en Ligue 1, au XXIe siècle, derrière André Ayew et Samir Nasri.

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top