Équipe de France

Les frères Armitage entrent en Rade

Après l’arrivée concluante de Steffon Armitage l’an passé, le Rugby Club Toulonnais a finalisé les signatures des deux frères du flanker, Delon et Guy (prêté aux London Irish en septembre). Un bon coup pour le club varois ? L’avenir le dira mais les qualités sont incontestablement là !

Les trois frères Armitage ont été brièvement réunis à Toulon (Guy a été prêté aux London Irish en septembre) et ces retrouvailles dans le Sud de la France avaient tout d’un retour aux sources. Entre 1996 et 2002, alors que le papa travaillait à Sophia-Antipolis, la famille s’était installée à Nice. Delon, Steffon et Guy jouèrent au rugby pour le club de la ville. Aussi, la fratrie parle parfaitement français. L’aîné, Delon, avait été convoqué dans le groupe France des U16. Aucun problème d’adaptation, donc. Le trio était reconstitué après avoir évolué aux London Irish.
Le flanker Steffon a signé une saison 2011-12 pleine de promesses en terre varoise. Avec Joe Van Niekerk et Juan Martin Fernandez Lobbe, il a formé l’une des troisièmes lignes les plus redoutées du Top 14. Sa capacité de franchissement et ses courses ont fait le plus grand bien au RC Toulonnais. Auteur de 7 essais l’an passé, Steffon est considéré par certains observateurs outre-Manche comme le meilleur troisième ligne anglais.

Delon, pour le meilleur et pour le pire
Pour Delon Armitage (photo de Une), arrière international (26 sélections), cette arrivée sur la Rade prend des allures de nouveau départ, même si cela signifie faire une croix sur la sélection à seulement 28 ans. Suspendu 17 semaines pour avoir frappé un contrôleur anti-dopage, celui qui semblait indiscutable sur ses seules qualités avait déjà perdu sa place de titulaire au profit de Ben Foden (Northampton). A la suite de ses dernières frasques, une bagarre en boîte de nuit en janvier dernier, le natif de Trinité-et-Tobago s’est vu privé du Tournoi des VI Nations 2012 par Stuart Lancaster, le patron du XV de la Rose.
« Ma carrière avait besoin d’être relancée et Toulon peut me permettre de le faire, commente Delon. Pour le moment, j’ai tourné la page avec l’équipe d’Angleterre. C’était le bon moment pour bouger. Les London Irish représentent une immense partie de ma vie. Ce fut un grand honneur d’en faire partie. » S’il évolue à son meilleur niveau, cet amateur de tennis et de cricket fera des étincelles aux côtés d’éléments aussi doués que Jonny Wilkinson et Matt Giteau. Toby Booth, ex-entraîneur des Irish, espère que Delon « retrouvera la forme qui lui a permis d’intégrer l’équipe d’Angleterre ».

Guy, un pari sur l’avenir
La signature du petit dernier, Guy, tout juste 20 ans, relève davantage du pari. Le jeune centre a été prêté aux London Irish en septembre. Bernard Laporte compte en tout cas sur lui. « Il n’a pas encore eu l’occasion de montrer ce dont il est vraiment capable. Physiquement, il est très solide. » Lors de sa signature au RCT, Guy expliquait : « Quitter les Irish après six ans n’a pas été une décision facile. Mais je ne pouvais pas passer à côté de l’opportunité d’évoluer aux côtés de Jonny Wilkinson, Matt Giteau et Mathieu Bastareaud. » Ce ne sera pas pour tout de suite ! Toulon espère le voir progresser et confirmer le potentiel entraperçu avec l’Angleterre finaliste du Mondial Juniors l’an dernier. « Ce sera un immense challenge mais je me sens prêt à le relever », assurait encore le gaillard de 1,92 m et 100 kg.
Dans l’esprit du président Mourad Boudjellal, il ne s’agit pas d’un regroupement familial mais bien d’un recrutement qualitatif qui doit permettre au Rugby Club Toulonnais de franchir un cap décisif dans la quête du bouclier de Brennus.

Paul PERIE / UNIVERS DU RUGBY

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top