Étranger

Les fines gâchettes (11/15) : Bas Dost, fallait pas l’inviter !

Bas Dost, l’inconnu dans la maison des fines gâchettes, est un grand espoir batave. Aussi bien par la taille (1,96 m) que par le talent.

Il a un nom de réfrigérateur, à moins que ce ne soit une grande marque de lave-vaisselle. Du haut de gamme, sans aucun doute. Bas Dost (26 ans), l’attaquant néerlandais du VfL Wolfsburg, est le moins connu de notre bande des quinze. Pardon, il est l’inconnu. Pourtant, au début de l’année 2015, Dost carburait à un rythme que peu de ses voisins de palier, à l’intérieur de ce dossier, pouvaient suivre.
Bon, les spécialistes de buteurs électro savent bien qu’il avait déjà inscrit son nom au palmarès des meilleurs buteurs d’Eredivisie, le championnat des Pays-Bas. A Heerenveen, l’insolent avait marqué 38 fois en 39 matches, il y a trois ans. A Wolfsburg, Felix Magath veut alors en faire le successeur d’Edin Dzeko, parti à Manchester City. Dost a le même profil (1,96 m debout, le Bas) que le géant de Bosnie. Neuf millions sont déposés sur la table. Suffisant pour arracher la mise, au grand dam des Hammers de West Ham qui le courtisaient ardemment eux aussi. Mais comme c’est le cas depuis ses débuts, Dost connaît une première saison particulièrement difficile. « La différence entre la Bundesliga et l’Eredivisie est énorme », rappelle-t-il. Un vieux souvenir.
Blessé, relégué sur le banc de touche, il était annoncé partant cet hiver. Mais ça, c’était avant… Avant le déplacement à Hanovre et son but, deux minutes après son entrée en jeu, qui a tout changé. Après ça, il a marqué quasiment à chaque match et souvent plus d’un but. Le 30 janvier, son doublé contre le Bayern Munich fait le tour des télévisions européennes. Son entente avec le Belge Kevin De Bruyne fait tourner les Bavarois en bourrique et sa notoriété dépasse les frontières allemandes. Le 14 février, il s’offre un quadruplé sur la pelouse du Bayer Leverkusen, dans une improbable victoire des Loups 5-4. Bonne fête, Valentin. C’est encore lui qui élimine le Sporting Portugal en Ligue Europa. Et puisque deux buts valent mieux qu’un, il fait mouche et récidive (2-0 puis 0-0 à Lisbonne). Bas marque tout le temps, contre n’importe qui.
Aux Pays-Bas, on le présente depuis belle lurette comme le nouveau Marco Van Basten (5 buts en 10 sélections avec les Espoirs, 2 capes chez les Oranje). On ne s’impatiente plus, on a envie de le voir. Arjen Robben, qui s’est fait découper comme les autres à la Volkswagen Arena en janvier avec le Bayern, est devenu fan. « Il mérite sa place. C’est un bon gars. J’espère que nous allons très prochainement marquer des buts ensemble en sélection. » Ou au Bayern (voir par ailleurs)…
Dost a fini 2e de Bundesliga avec les Loups. En Ligue Europa, l’équipe s’est arrêtée en quarts de finale, sortie par Naples (1-4, 2-2). Le garçon est devenu insatiable. Il en veut évidemment plus. « Quand vous courez, il arrive que la balle arrive pile là où vous vous trouvez. Il y a une part de qualité mais la chance joue aussi un rôle. » Alors, lui est un drôle de chanceux…

Tendance mercato
Comme à chaque fois qu’un loup sort du bois en Allemagne, le Bayern montre les dents. Donc, Bas figure évidemment sur la short list munichoise pour l’été.

Populaires

To Top