Étranger

Les 50 stars de l’Euro 2012 (4) : Kim Källström, le bon petit soldat

Pilier du onze suédois, Kim Källström dispute probablement ses derniers matches sous le maillot lyonnais. Avec toujours la même rigueur professionnelle.

Depuis le temps qu’il court sur les prés de France, il fait partie des meubles en Ligue 1. Mais du meuble 100% scandinave, made in Suède. Du bois robuste, que la bise ne chatouille pas, habitué aux grands froids. Un arbre qui ne craint pas grand-chose. Kim Källström boucle sa neuvième saison en Ligue 1. Il a eu le temps de s’adapter au climat tempéré qui prévaut en France. Les caresses océaniques quand il évoluait à Rennes. Puis l’hiver un peu plus rigoureux de Lyon, capitale des Gaules mais aussi de Rhône-Alpes. Il s’est acclimaté au jeu de France aussi. Jamais un mot plus haut que l’autre, jamais un souci avec lui.
A Rennes, il n’a laissé que des bons souvenirs. Celui d’un bon gars, d’un bon petit soldat. Mais ne vous y trompez pas. A le voir batailler au milieu de terrain, au cœur du jeu, il donne souvent l’impression d’être à la limite de la rupture, comme s’il avait été un peu moins gâté que les autres, ses adversaires directs en l’occurrence, par la nature. C’est une illusion. Pour bien connaître Källström et savoir ce que ce type dégage sur un terrain, il faut aller le voir à l’entraînement. Et l’observer de près. Non, ce n’est pas un géant. L’arbre du Nord n’est pas seulement robuste et droit. C’est un physique taillé dans la masse. Un roc qui dégage puissance et autorité. Et qui fait presque peur à hauteur du gazon. Pourtant, c’est une crème. Pas méchant pour un sou. La bonne éducation scandinave peut-être. La courtoisie en plus.

Le Rubin Kazan voulait tripler son salaire !
Lors des derniers jours de janvier, le Rubin Kazan, éliminé par Lyon lors du tour préliminaire de la Ligue des champions en août 2011, a manifesté un drôle d’intérêt pour lui. Les Russes proposaient 5 millions d’euros, une offre jugée « insuffisante » par Jean-Michel Aulas qui a bien reçu le président du club russe mais qui a finalement bloqué son joueur. Toujours bien élevé, Kim a fait le dos rond. On apprit quelques semaines plus tard par le biais du quotidien suédois « Aftonbladet » que les Russes offraient de tripler son salaire pour approcher le million d’euros mensuel ! Ce qui en aurait fait l’un des joueurs les mieux payés au monde. Kim a obéi gentiment à son président. En sachant que son départ était seulement repoussé de quelques mois. « JMA » ne voulait pas voir un nouveau milieu de terrain déserter l’OL en pleine saison, alors que le club était toujours en course sur plusieurs tableaux.
Jean-Michel Aulas savait aussi qu’il tenait en Kim le meilleur des petits soldats. Qui ne rechigne pas à donner de sa personne, même trimbalé de poste en poste, polyvalence oblige. « Claude Puel voulait m’installer arrière gauche, je ne voulais pas. Mais si je dois occuper cette zone pour dépanner, pour aider l’équipe, ce ne sera pas souci. Mon poste, c’est définitivement milieu de terrain. J’ai commencé milieu offensif, voire attaquant. Maintenant, je joue devant la défense. Ça correspond mieux à mes qualités. »
La bonne éducation en plus.

Le saviez-vous ?
Kim Källström a terminé meilleur passeur des éliminatoires de l’Euro, à égalité avec Mesut Özil (7 offrandes). C’est ce qu’on appelle bien faire le boulot !

Populaires

To Top