Étranger

Les 50 stars de l’Euro 2012 (33) : Darijo Srna, le plus Ukrainien des Croates

Un peu refroidi à l’idée de jouer en Pologne, le capitaine du Shakhtar Donetsk reste quand même chaud bouillant à l’approche de la phase finale du championnat d’Europe…

On a trouvé le seul joueur déçu de vivre l’Euro en Pologne et non en Ukraine. Treize des quinze délégations (nous enlevons l’équipe d’Oleg Blokhine étant entendu que le co-organisateur va dormir chez lui) qualifiées ont établi leur camp de base en Pologne et on se souvient de la jolie passe d’armes entre Laurent Blanc et Noël Le Graët sur le sujet (le sélectionneur des Bleus voulait s’installer en Pologne, même avec un 1er tour à jouer en Ukraine). Bref, tout le monde ou presque plébiscitait la Pologne. Mais Darijo Srna, lui, fait grise mine.
La Croatie va vivre son Euro du côté de Warka, à l’hôtel Sielanka, à quelques dizaines de kilomètres au Sud de Varsovie. Warka, là où Laurent Blanc voulait se poser avant que le tirage au sort, Noël Le Graët et une visite séduisante des installations de Donetsk ne changent la donne. Donetsk, là où Srna, lui, rêvait de disputer son Euro ! Normal, c’est sa seconde maison. Le latéral croate est aussi le capitaine du Shakhtar. Installé en Ukraine depuis neuf ans, l’ancien gamin de l’Hadjuk Split s’y est construit une deuxième vie. Avec le Shakhtar, il a tout connu et presque tout gagné (notamment une Coupe de l’UEFA en 2009). C’est le plus Ukrainien des Croates. Alors, Warka, ça ne l’emballe pas franchement. « Je suis vraiment triste de ne pas jouer dans mon Ukraine. Surtout que le premier choix, pour notre camp de base, était le centre d’entraînement du Shakhtar. Je suis chez moi là-bas. Mais c’est vraiment trop loin, ce n’est pas possible. C’est dommage, on aurait eu un environnement absolument parfait à Donetsk. »

« Nos fans nous suivraient jusqu’au bout de la Terre »
Mais Srna, qui a soufflé ses 30 bougies le 1er mai, en a vu d’autres. Il n’a pas peur de l’Espagne, de l’Irlande et de l’Italie, ses adversaires du 1er tour. « C’est un groupe qui me plaît, vraiment pas mal ! Affronter l’Espagne en ce moment, c’est le rêve de tout joueur. Ensuite, il y aura l’Italie et l’Irlande. Le monde entier regardera ces matches. On a la possibilité d’atteindre les quarts de finale, j’en suis convaincu. Après, avec les rencontres à élimination directe, tout est possible. L’Espagne est évidemment favorite pour le titre mais notre confrontation sera vraiment intéressante. L’Irlande possède, avec Giovanni Trapattoni, un immense sélectionneur. Je pense néanmoins que ce sera bon pour nous. » Même en Pologne ? « La Pologne est plus près de la Croatie que l’Ukraine. Peut-être que nous aurons plus de supporters. De toute façon, nos fans nous suivraient jusqu’au bout de la Terre. » Voilà que la Pologne, ça le gagne…

Le saviez-vous ?
Quand le Shakhtar Donetsk a remporté sa première Coupe d’Europe en 2009 (Coupe de l’UEFA), c’est Srna, brassard autour du bras, qui a soulevé le trophée. Il est devenu ce soir-là le premier capitaine croate vainqueur d’une Coupe d’Europe. Et pan, dans l’histoire !

Populaires

To Top