Étranger

Les 50 stars de la Coupe du monde (8) : Sofiane Feghouli (ALGERIE), le porte-drapeau

Après avoir squatté les équipes de France de jeunes, jusqu’aux Espoirs, Sofiane Feghouli a opté pour la sélection algérienne. C’était il y a deux ans. Aujourd’hui, il en est devenu un maillon essentiel. Et il compte le montrer au Brésil.

Sofiane Feghouli a tout du joueur atypique mais attachant. Atypique, déjà, par son physique. Au poste où il évolue, il a davantage l’air d’un joueur de poche que d’une véritable sentinelle. Et pourtant… Intraitable à la récupération, solide à la relance, le Franco-Algérien s’endurcit et gagne en expérience chaque jour. Et puis attachant car il n’oublie jamais d’où il vient et mesure la chance qu’il a eue en réalisant ses rêves.
Assez méconnu en France, même s’il a joué avec Grenoble durant trois saisons, Feghouli fait l’unanimité en Espagne avec le Valence FC. Même chose de l’autre côté de la Méditerranée, en équipe nationale. Cette forme reconnaissance, il en a conscience. Et il la rend bien : « Etre algérien est une grande fierté. J’ai beaucoup de respect pour la sélection. »
La religion tient une place fondamentale dans la vie de cet homme qui s’épanouit pleinement dans le sud de l’Espagne. Une façon de se rappeler la culture et l’éducation transmises par sa mère, son modèle dans la vie. Sofiane n’est pas un adepte des sorties médiatiques. Il répond à toutes les sollicitations extérieures sur le terrain, sûr de lui et de ses capacités.
Ce sont ces certitudes qui lui ont permis de lancer sa carrière internationale à la fin de l’année 2011, face au Cameroun et à la Tunisie, en amical. Deux ans plus tard, le Ballon d’or algérien 2012 totalise 17 capes. Et peut s’enorgueillir d’une place de titulaire indiscutable en sélection. Lui qui a longtemps hésité entre la France et l’Algérie semble avoir trouvé sa voie. Ce fut le choix du cœur et non celui des intérêts.

L’Algérie n’a jamais passé le 1er tour
Feghouli a gagné la confiance totale de son sélectionneur, le très exigeant Vahid Halidodzic. « C’est un garçon qui a beaucoup de talent et j’espère qu’il atteindra un bien meilleur niveau encore. » Les propos de Coach Vahid en disent long sur le potentiel du garçon. C’est lui qui avait convaincu le natif de Levallois-Perret de rejoindre les Fennecs, après être passé par les équipes de France de jeunes, notamment les Espoirs. « Il est très motivé, reprend Vahid. Je pense qu’avec lui, l’équipe nationale sera plus compétitive. » Voilà qui ressemble à une belle lune de miel.
Au Brésil, dans un groupe H plutôt relevé avec la Belgique, la Russie et la Corée du Sud au menu, l’Algérie aura besoin du talent du milieu de Valence. Il y a un gros défi à relever : passer le 1er tour, chose que les Fennecs n’ont jamais faite lors de leurs trois participations au Mondial. Le challenge ne fait pas peur à Sofiane, qui a gagné en maturité depuis qu’il fréquente la Liga. Eternel fan de Djamel Belmadi, il s’en est beaucoup inspiré, que ce soit dans l’attitude ou dans la technique de jeu. En Amérique du Sud, il sera le porte-drapeau des Fennecs. Leur fer de lance. Et pourrait profiter de cette formidable exposition mondiale pour entrer dans la cour des grands. Question : a-t-il les épaules pour supporter la pression d’une telle compétition ? Début de réponse dès le mardi 17 juin face aux Diables Rouges belges, favoris de la poule.

Camille LEDUN

Le saviez-vous ?
En 2010, Sofiane Feghouli avait été contacté par Rabah Saâdane, le sélectionneur algérien de l’époque, pour participer à la Coupe du monde en Afrique du Sud. N’ayant pas disputé les matches éliminatoires, il avait refusé. Il n’était pas question pour lui de prendre la place d’un joueur qui avait gagné le droit, sur le terrain, de disputer la compétition. Chapeau !

Populaires

To Top