Équipe de France

Les 50 stars de la Coupe du monde (21) : Hugo Lloris (FRANCE), un héros si discret

Aussi discret que décisif, le capitaine de l’équipe de France Hugo Lloris cultive son mystère, sur le terrain comme en dehors. Qui est-il vraiment ?

C’est à croire que la question sied vraiment bien aux gardiens de l’équipe de France. Fabien Barthez, le dernier dinosaure des cages tricolores, était surnommé le « Divin chauve ». Une étiquette tellement collée à son crâne qu’elle suintait l’interrogation : qu’y avait-il donc là-dedans ? Que se passait-il dans la tête de Barthez ? Repensez à son détachement durant la séance de tirs au but contre l’Italie en quarts de finale de la Coupe du monde 1998. A son dégagement à la 94e minute de la finale de l’Euro 2000, toujours contre l’Italie, parce que, dixit l’intéressé « il restait une action à jouer et que l’arbitre n’avait pas sifflé ». Une action qui allait déboucher sur l’égalisation de Sylvain Wiltord, sortie de nulle part… Le mental de « Fabulous Fab » ? sa marque de fabrique autant que sa force principale.
La question se pose, encore et toujours, à propos de celui qui occupe actuellement le poste. Son successeur mais pas son disciple. Oubliez la folie. Hugo Lloris n’est pas du genre à éclater de rire en pleine « Marseillaise », à rigoler autour d’un verre, histoire d’oublier une défaite, ou à remettre les pendules à l’heure. Ce n’est pas la première caractéristique qui vient en tête quand on évoque le Spur. Et pourtant, on parle du capitaine de l’équipe de France… Unanimement reconnu comme l’un des meilleurs gardiens au monde.
Alors, qu’y a-t-il donc dans la tête d’Hugo, portier aussi énigmatique qu’un Joël Bats hier ? Le garçon est plus taiseux que causeur, discret et secret, loin des standards bling-bling des starlettes du milieu, dont certains de ses coéquipiers, en club comme en sélection. Pas facile de fendre l’armure… Romelu Lukaku, le maladroit buteur belge d’Everton, a bien essayé – au sens propre – en enfonçant son genou dans sa tempe à pleine vitesse, en novembre dernier. On a eu très peur. L’image était terrible mais Hugo a repris sa place après avoir perdu connaissance. Son retour sur le terrain a créé la polémique mais il renforçait encore le contraste entre cette silhouette frêle et timide et le joueur qu’il est : indestructible.
Alors Hugo, z’êtes quel genre de capitaine chez les Bleus ? « Je suis peut-être moins dans le discours fédérateur et plus dans l’approche individuelle, en privilégiant le ressenti de chacun. C’est ma personnalité. Il y a toujours plusieurs cadres légitimes dans une équipe. Peu importe l’identité du joueur qui porte le brassard. Ça n’a jamais été une obsession pour moi. C’est venu naturellement mais ça peut changer. Ce n’est pas ce qui compte le plus à mes yeux. » C’est marrant, on s’en serait douté.
Tony Parks, le coach des gardiens à Tottenham, s’étendit un peu sur le sujet Lloris. « Pour moi, c’est le meilleur gardien de Premier League. Il prend les décisions très vite et ne change pas d’avis. Il n’hésite jamais. Il a tous les atouts du gardien moderne : l’agilité, la vitesse et la puissance. Il n’a pas l’air comme ça mais je vous assure qu’il est hyper puissant physiquement. Mentalement et dans son travail, c’est un super pro. » On veut bien le croire aussi.
« Le plus important, c’est que l’équipe de France ait de bons résultats et qu’elle revienne sur le devant de la scène », conclut Hugo. Quatre ans après Knysna, il est temps, oui. Il n’est pas trop tard pour que cet intriguant portier devienne un héros. En toute discrétion, bien sûr.

Le saviez-vous ?
On parle souvent de la génération 1987 en équipe de France, celle des Samir Nasri, Jérémy Menez et autres Karim Benzema. Un peu moins de leurs aînés, ceux de 1986. C’est avec cette génération-là (sous les ordres de Jean Gallice et notamment avec Yoann Gourcuff, Yohan Cabaye et Abou Diaby) que Hugo a remporté l’Euro U19 en 2005, dominant l’Allemagne en demi-finales et l’Angleterre en finale. Quand même !

Populaires

To Top