Étranger

Les 50 stars de la Coupe du monde (13) : Marouane Fellaini (BELGIQUE), le diable s’habille toujours en rouge

Tête de série, la Belgique va participer à sa première Coupe du monde depuis celle de 2002 en Asie. Une nouvelle ère pour les Diables Rouges dont Marouane Fellaini, Red Devil aussi à MU, est l’un des piliers.

Marouane Fellaini ne fait assurément pas partie des joueurs qui passent inaperçus sur un terrain. Il y a sa coiffure, bien sûr, mais aussi cette assurance et ce sang-froid à toute épreuve qu’il dégage. On a rarement vu la grande tour d’un mètre quatre-vingt-quatorze trembler ou s’écrouler lors de matches à enjeu. Ce milieu de terrain qui ne doute pas de grand-chose est polyvalent. Très technique aussi. David Moyes l’avait recruté deux fois, à Everton puis Manchester United (qui l’a remercié récemment). Il a toujours été convaincu de son potentiel : « C’est un très bon footballeur et un bon technicien. Il est capable de marquer des buts et d’évoluer à plusieurs postes différents, au milieu du terrain ou ailleurs. »
Fellaini avait débuté au Standard de Liège comme défenseur central. Il est passé en soutien de l’attaquant à Everton. Il est désormais positionné comme milieu relayeur (« box to box », comme on dit de l’autre côté de la Manche). Moyes, qui a lancé beaucoup de jeunes, comme Adnan Januzaj, pouvait s’appuyer sur des garçons expérimentés comme lui pour les encadrer. Le Belge d’origine marocaine s’est plutôt bien acquitté de cette tâche, malgré une série de pépins physiques qui l’a tenu éloigné des terrains un long moment cet hiver.

Un garçon qui n’a peur de rien
Transféré d’Everton à MU l’été dernier pour 32,5 millions d’euros, le gaillard faisait l’admiration du successeur d’Alex Ferguson : « Pour moi, Marouane Fellaini est l’un des meilleurs milieux de terrain de Premier League de ces dernières années », assurait Moyes. On comprend mieux l’insistance de l’Ecossais pour obtenir sa signature. Il n’avait pas tardé à le lancer dans le grand bain. Remplacer Paul Scholes, légende vivante des Red Devils, pouvait en effrayer plus d’un. Mais pas Fellaini, un garçon qui n’a peur de rien et qui aborde chaque étape comme un défi à relever pour avancer dans sa carrière.
En Belgique aussi, il fait l’unanimité. Les Diables Rouges se sont très facilement qualifiés lors des éliminatoires. En pleine renaissance, le pays pointe au 12e rang du classement FIFA, loin devant la France. Marouane est confiant pour la suite. « Nous avons gagné en maturité. Beaucoup d’entre nous évoluent en Premier League, ça nous a permis d’élever nos standards et notre niveau. Il y a beaucoup plus de fighting spirit qu’avant. Tout le monde se bat, il y a vingt-trois lions dans ce groupe. Chacun veut se montrer et tout le monde veut jouer. C’est ça qui fait la différence. »
Le groupe H est largement à la portée des joueurs de Marc Wilmots avec l’Algérie, la Russie et la Corée du Sud. Un sélectionneur qui résume bien le personnage Fellaini. « Marouane est prêt à relever ce nouveau challenge. Un joueur qui se satisfait de ce qu’il a est un joueur mort. » Marouane, lui, est bien vivant. Il ira au Brésil pour passer la phase de poule. Cela constituerait une première pour la Belgique depuis douze ans. Ensuite…

Camille LEDUN

Le saviez-vous ?
Marouane Fellaini en impose sur le terrain mais également en tribune. En quelques mois, il est parvenu à avoir un véritable fan club dans les travées d’Old Trafford. Le groupe des perruques afros est présent à chaque match pour saluer celui qui fait déjà partie des murs, quasiment…

Populaires

To Top