Équipe de France

Le livre d’or de la saison 2011-12 (3) : le meilleur et le pire de la Ligue 1

Ça s’est passé en 2011-12. C’était hier. C’était bien (ou pas). On n’oubliera pas…

Le joueur : Eden Hazard, simply the best
Bonne nouvelle, Georges Leekens a rendu son tablier à la tête de la sélection de Belgique et c’est Marc Wilmots qui prend le relais. A la grande différence de l’ancêtre Georges, l’ancien attaquant de Bordeaux est fan d’Eden Hazard (en photo). « Eden rêve de porter depuis longtemps le n°10 en sélection. Qu’il sache qu’il l’attend », a annoncé le nouveau patron des Diables Rouges. Bonne nouvelle pour Eden mais bad news pour la Ligue 1 et le LOSC avec le départ de l’intéressé à Chelsea pour 5 ans et 40 millions d’euros. Hazard, c’était deux titres de meilleur joueur du championnat (2011 et 2012), 20 buts (son meilleur total en L1) et 15 passes décisives (meilleur passeur du championnat) en 2012. La copie mérite, sans problème, la mention « Très bien ». Tant pis pour nous. Bon vent chez les champions d’Europe, Mister.

Le chiffre : 13
Avec 36 millions d’euros, Montpellier affichait le 13e budget de Ligue 1 pour la saison 2011-12. Loin, très loin des 150 millions du Paris SG, champion des champions de la manne financière mais dauphin des p’tits gars du Languedoc au final.

La révélation : Younès Belhanda roi de l’arène
Aux yeux de beaucoup, il s’est révélé un soir de février au Parc des Princes, contre le Paris SG (2-2). Le n°10 pailladin a pourtant réalisé une saison de feu du début à la fin. Seul bémol, ces deux expulsions qui lui ont valu quelques matches de suspension, notamment les trois dernières journées de championnat. Mais on mettra ça sur le compte de la jeunesse ! Pour le reste, entre ses prises de balle, ses changements de rythme et sa vision du jeu, le natif d’Avignon formé au MHSC a régalé son monde avant de se régaler lui-même. « Franchement, c’est trop bon, hurlait-il le soir du sacre. J’ai du mal à y croire… Je suis champion ! » Younès Belhanda a été élu meilleur joueur africain du championnat et, à 22 ans, meilleur jeune. Le Paris SG était, un temps, très intéressé par son profil. Il faut dire qu’il les a un peu écœurés, au Parc. Mais lui regardait ailleurs. « Jouer la Ligue des champions avec mon club formateur, c’est juste énorme. J’ai envie de rester. » Louis Nicollin est parvenu à conserver son joyau mais le meilleur buteur, Olivier Giroud, est parti, lui. Dommage : l’entente entre ces deux-là était de niveau Ligue des champions. Pour Younès, ce serait bien de confirmer cet automne. Et après.

Le flop : Auxerre, au feu !
Après avoir longtemps patienté dans leur chambre noire, les vieux démons bourguignons sont sortis de leur boîte. Souvent sur le fil du rasoir au cours des dernières saisons, l’AJA a, cette fois, lâché. Les Auxerrois avaient arraché leur maintien à la mi-temps du dernier match en 2011. Ils n’avaient plus de jus, plus de moelle, plus grand-chose en fait à donner ce coup-ci. Laurent Fournier a longtemps résisté, Jean-Guy Wallemme a un temps rêvé. Avant de se rendre à l’évidence. Le club bourguignon n’avait jamais quitté la L1 depuis qu’il s’y était invité. C’était en 1980, il y a 32 ans. Et c’est un monument de plus du foot français, après Nantes, Monaco et Lens, qui s’est écroulé. Il faut maintenant rebâtir. L’AJA, c’était 1 196 matches consécutifs parmi l’élite, 483 victoires, 346 nuls et 367 défaites, dont 18 (de trop) cette année.

L’équipe-type de la saison 2011-12
Carrasso (Bordeaux) – Debuchy (Lille), Yanga-Mbiwa (Montpellier), N’Koulou (Marseille), Bedimo (Montpellier) – Belhanda (Montpellier), Mavuba (Lille), Hazard (Lille) – Ménez (Paris SG), Giroud (Montpellier), Nenê (Paris SG).

Populaires

To Top