Foot

Lass’ des as

Planète Foot n°239

Nov. Déc. 2015

Parmi les paris les plus fous de l’été osés par l’OM, outre la pauvre mais si talentueuse momie Abou Diaby, toujours engagée dans un long processus de reprise, qui aurait imaginé la rédemption de son compère et ami, Lassana Diarra ?

En toute honnêteté, on avait, au moins à court terme, de gros doutes sur l’éventualité de voir un joueur, privé de son sport pendant plus d’un an – précisément quinze mois – à la suite de problèmes contractuels avec ses derniers employeurs russes, être capable de revenir, avec cette fulgurance et cette flamboyance, au meilleur niveau.

De guerre lasse, Lass’ a réussi l’impensable. À peine débarqué, sans temps de jeu, il s’est imposé comme le maillon fort d’un OM qui cherche ses repères, mais où, lui, paradoxe de la situation, a retrouvé toutes ses sensations. Un début de saison et un retour qui paraissent encore plus stratosphériques, quand on s’arrête sur les chiffres du site anglais Squawka qui a disséqué son jeu et lui attribue 93% de passes réussies, 67% de duels gagnés et aucune erreur défensive préjudiciable à son équipe, sous son tout nouveau maillot olympien, au quart de la compétition.

Tellement beau, tellement fort, si impressionnant que Didier Deschamps n’a pas hésité à rappeler en équipe de France, cinq ans après sa dernière sélection, deux ans après l’annonce de sa retraite internationale, alors qu’il avait tout juste six journées de championnat dans les pattes et sous les crampons, ce joueur qui revient de si loin.

Il a joué contre l’Arménie, il a été à la hauteur de ses performances marseillaises, il n’y a rien à redire, Lass’, redevenu aussi un as sous le paletot bleu, n’en finit pas de nous réjouir. Il s’agit, quelque part, d’un revenant.

Cela tombe, pile-poil, bien, puisque, dans notre grand dossier du mois, il est question de ces improbables come-back au plus

haut niveau, où, évidemment, l’intéressé trouve une place de choix, mais, aussi, de tous les acteurs qui, d’une manière ou d’une autre, ont fait vibrer l’année 2015.

Et, il y en a ! On vous promet que vous allez vous régaler.

Populaires

To Top