Étranger

Kader Mangane, entre la fonte et l’acier

L’international sénégalais, pilier de la défense rennaise, n’a pas été désigné capitaine pour rien. Portrait.

A Rennes, le brassard a le bras long. Tout est long chez Kader Mangane. Le physique, c’est la force du Sénégalais naturalisé français en mai dernier. Quand on culmine à 1,90 m, on ne craint pas grand-monde. Et l’ébène de Dakar ne craint personne. Pas même Samuel Eto’o, qu’il a croisé – et battu – avec le Sénégal courant mars en éliminatoires de la CAN 2012. Les Lions de la Térenga ont maté les Indomptables, un coup de griffe à zéro. En Bretagne aussi, Mangane rugit. Mais ça a pris du temps. Le capitaine d’aujourd’hui était un assassin meurtri hier. C’était en mars 2009, à quelques heures de son anniversaire (voir encadré).
« C’était une faute invraisemblable, détaille Jérôme Bergot, notre confrère de « Ouest France », grand spécialiste du foot breton en général et du Stade Rennais en particulier. Il s’est laissé emporter par manque de discernement. C’est un ami proche de Jonathan Lacourt et ce soir-là, il lui a cassé la jambe. Il lui a fallu plus d’un an pour se remettre de cette bêtise. » Mais il est revenu. « On a retrouvé le vrai Mangane. »
Homme de base de Frédéric Antonetti, Kader explique : « Le coach a vu le rôle que je jouais dans le vestiaire l’année dernière (ndlr : en 2009-10). Il m’a fait savoir que je serais son capitaine et que je devais tirer le maximum du groupe. C’est ce que j’essaie de faire. D’abord en montrant l’exemple au quotidien, dans mon comportement. Cela se passe plutôt bien car mes coéquipiers sont de bons gars. »
Jérôme Bergot précise : « Kader a une autorité naturelle, c’est un capitaine légitime. Depuis qu’il porte le brassard, il n’y a pas eu de clash particulier dans le groupe. On y trouve pourtant quelques fortes personnalités. Ce n’est pas l’homme de Fred Antonetti, non plus. Il était déjà une pierre angulaire du groupe sous l’ère Guy Lacombe. En fait, son profil et son style de jeu répondent exactement à ce qu’aime l’entraîneur. C’est indéniable. » Son profil ? Du muscle, du muscle et encore un peu de muscle. « C’est son gros point fort. Quelle masse ! Il ne se fait jamais bouger. Par aucun avant-centre. »
Son nom trottait dans les couloirs lyonnais, où Bernard Lacombe en aurait bien fait le successeur du décevant Pape Diakhaté. De source rennaise, Kader « ne donne pas l’impression d’avoir envie de partir ». « C’est quelqu’un de très discret, note encore Jérôme Bergot. Bien que capitaine, il ne s’arrête que très rarement devant la presse après les matches. »
Il préfère parler sur le terrain, sans doute. Son association avec Jean-Armel Kana-Biyik dans l’axe fut l’une des clés de l’excellence rennaise l’an dernier (meilleure défense du championnat). « C’est là que tout se construit, de là que tout part », répète à l’envi Frédéric Antonetti.
Avec Mangane, il avance sereinement.

Une soirée en enfer
21 mars 2009, stade de la Route de Lorient, Rennes reçoit Valenciennes. Deux jours avant son anniversaire, Kader retrouve Jonathan Lacourt. Il a joué avec lui l’année précédente à Lens et des liens particuliers se sont tissés. Lacourt, c’est son pote. A la 25e minute, au milieu du terrain, un tacle venu d’ailleurs du géant broie littéralement la jambe gauche du frêle Jonathan. Carton rouge direct. Suspension jusqu’à la fin de la saison pour l’un, double fracture tibia-péroné et fin de carrière prématurée pour l’autre. Terriblement choqué, Kader mettra plus d’un an à s’en remettre. Après trois opérations, Jonathan n’a pas rejoué.

Recruté pour jouer milieu
C’est à Lens, à la toute fin du mercato 2009 (alors que le Racing venait de descendre en L2), que Pierre Dreossi et Rennes sont allés chercher Mangane. Initialement, il s’agissait de le faire jouer milieu, là où il évoluait dans l’Artois. Guy Lacombe le fit glisser en défense, son poste à Neuchâtel Xamax, pour pallier une blessure. Il n’en bougea plus.

Kader Mangane en short
■ Né le 23 mars 1983 à Thiès (Sénégal)
■ 1,90 m, 80 kg
■ Défenseur
■ Roadbook : Neuchâtel Xamax (2001-07), Lens (2007-août 2008), Rennes (depuis août 2008)
■ International A (Sénégal)

Populaires

To Top