Équipe de France

Jérémy Mathieu, la prime à la polyvalence

Le défenseur du Barça s’est fait enlever le ménisque début avril et a repris la compétition le 8 mai. Place à une course contre-la-montre menée comme une leçon de vie. Euro, le garçon.

« Cet Euro, c’est mon dernier grand objectif. Après, je laisserai la place aux jeunes. » Mais avant, Jérémy Mathieu a vraiment, vraiment tout fait pour s’accrocher à son rêve de phase finale. A 32 ans, il a mis toutes les chances de son côté. Et il a gagné son pari. Absent des listes de Didier Deschamps depuis le mois d’octobre 2014 (et une victoire en Arménie 3-0), il avait plusieurs fois rappelé sinon une incompréhension, du moins une interrogation liée à ses absences répétées. Certes, il ne joue pas toujours mais il joue au Barça et ça pèse quand même un certain poids, c’est vrai, quand on brigue une place en sélection.
Rappelé un peu à la surprise générale, il faut bien le dire, par « DD » au mois de mars, le rouquin de Catalogne a tout vécu en quelques jours. D’abord, la joie de retrouver les Bleus. « J’ai eu une discussion avec le sélectionneur. Je la souhaitais, elle a eu lieu. C’est parfait. » Ensuite, la joie d’une entrée en jeu qui voulait dire beaucoup, le 29 mars.
A la mi-temps du match contre les Russes, Didier Deschamps le lance à la place de Patrice Evra. Un double choix fort : d’abord parce que le sélectionneur veut le voir en action et surtout parce qu’il veut le voir au poste d’arrière gauche, ce qui renforce, d’un coup, l’idée d’une liste à sept défenseurs, Mathieu pouvant aussi bien évoluer axe gauche que dans le couloir. Et puis patatras. Un ballon, un deu­xième, et le sol qui se dérobe. Un coup d’électricité dans la jambe et le grand Jérémy tombe comme une feuille sur la pelouse du SDF. Neuf minutes se sont écoulées depuis son entrée en jeu. Son monde s’écroule. Il sort, porté par les soigneurs, reçoit la tape de « DD » qui a un peu mal pour lui. On a tous eu mal pour lui. La douloureuse tombe quelques jours plus tard. « Opéré d’une lésion au ménisque, Jérémy Mathieu sera absent six à huit semaines », indique le Barça.
Après le genou, voilà l’Euro qui fout le camp. Non, pas pour lui. Au lieu de suturer, on lui enlève totalement le ménisque. « Le chirurgien m’a dit que, vu l’état du ménisque, on n’avait pas d’autre choix. Derrière, le temps de guérison est plus court. Quatre à cinq semaines au lieu de huit. Ne pas jouer l’Euro serait une déception. C’est mon objectif numéro un en équipe de France. J’ai la possibilité de revenir à temps. Je reviendrai à temps. »
Entré le 8 mai lors de la pénultième journée de la Liga, contre l’Espanyol Barcelone, il a rejoué cinq semaines plus tard. « Plus le temps avançait, plus j’y croyais. En fait, j’y ai cru de plus en plus. » Comme habité par sa quête. Plus fort que la douleur. Jusqu’à l’heureux dénouement. Le risque, c’est surtout Jérémy qui l’a pris. C’est la prime à la polyvalence et une sacrée leçon de vie aussi.

—-

PROFIL
Défenseur central ou latéral gauche
Né le 29 octobre 1983 à Luxeuil-les-Bains
32 ans
1,89 m, 83 kg
Club : FC Barcelone (ESP)

VISA
5 sélections
Première sélection : le 11 novembre 2011
à Saint-Denis, France-Etats-Unis 1-0 (amical)
Expérience à l’Euro : 0 match
SA SAISON INTERNATIONALE 2015-16 :
1 match, 9 minutes jouées
SITUATION PERSONNELLE
Sous contrat jusqu’en 2018 au FC Barcelone, il n’a évidemment aucune raison de vouloir bouger. On le comprend bien.

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top