Étranger

Irlande du Nord : Petit Poucet et grand cœur (2)

Première à l’Euro pour les formidables combattants verts. Ce qui va suivre, maintenant, n’est que du bonus pour ces empêcheurs de jouer en rond au mental en acier inoxydable.

Eurostar : Kyle Lafferty
Si chacun s’accorde à reconnaître que c’est le collectif nord-irlandais qui a permis à cette nation de valider son billet pour l’Euro, dans ce collectif, il y a quand même quelques têtes qui dépassent les autres. Celle de Kyle Lafferty, par exemple. A cause de sa taille d’abord – 1,93 m sous la toise – et, surtout, de ses buts (7 en 9 matches), tellement cruciaux au cours des qualifs. Grand voyageur, il est passé par l’Angleterre, Norwich aujoud’hui, mais aussi l’Ecosse (les Glasgow Rangers), la Suisse (FC Sion), l’Italie (Palerme) et la Turquie (Rizespor). Et il n’a jamais fait d’infidélité à ce maillot vert qu’il chérit tant. Il s’agit d’un avant-centre à l’anglaise, véritable point de fixation en attaque dans le rôle du remiseur, évidemment particulièrement à l’aise dans les airs dans le rôle, cette fois, du buteur. Il sera encore le plus sûr atout offensif de la « Green Army » en France.

Leurs éliminatoires
1ers du groupe F
21 pts, 6 v, 3 n, 1 d, 16 bp-8 bc
7.09.2014 : Hongrie-Irlande du Nord 1-2 (Niall McGinn, Kyle Lafferty)
11.10.2014 : Irlande du Nord-Iles Féroé 2-0 (Gareth McAuley, Kyle Lafferty)
14.10.2014 : Grèce-Irlande du Nord 0-2 (Stephen Ward, Kyle Lafferty)
14.11.2014 : Roumanie-Irlande du Nord 2-0
29.03.2015 : Irlande du Nord-Finlande 2-1 (Kyle Lafferty 2)
13.06.2015 : Irlande du Nord-Roumanie 0-0
4.09.2015 : Iles Féroé-Irlande du Nord 1-3 (Gareth McAuley 2, Kyle Lafferty)
7.09.2015 : Irlande du Nord-Hongrie 1-1 (Kyle Lafferty)
8.10.2015 : Irlande du Nord-Grèce 3-1 (Steven Davis 2, Josh Magennis)
11.10.2014 : Finlande-Irlande du Nord 1-1 (Craig Cathcart)

1er tour
• 12 juin à 18h, Stade Allianz Riviera à Nice : Irlande du Nord-Pologne
• 16 juin à 18h, Stade des Lumières à Lyon : Irlande du Nord-Ukraine
• 21 juin à 18h, Parc des Princes à Paris : Irlande du Nord-Allemagne

Visa pour l’Euro
• Superficie : 14 139 km2
• Population : 1,8 millions
• Capitale : Belfast
• Fédération : The Irish Football Association
• Année de fondation : 1880
• Affiliation FIFA : 1911
• Affiliation UEFA : 1954
• Couleurs : Maillot vert, short blanc et bas verts
• Equipementier : Adidas
• Bilan Euro : Première participation

Le chiffre : 13
C’est le paradoxe de la situation. L’Irlande du Nord ne s’était jamais qualifiée pour une phase finale de l’Euro. Pourtant, elle possède le meilleur buteur de l’histoire des éliminatoires depuis la session 2008 et les 13 buts inscrits par David Healy. Ce record vient d’être égalé par le Polonais Robert Lewandowski, lui aussi auteur de 13 réalisations. La différence, c’est que la Pologne, elle, s’est qualifiée pour le tournoi final.

Classement FIFA : 30e

Comment ils jouent
Le pragmatique Michael O’Neill n’est pas figé dans un schéma de jeu systématique mais privilégie le plus souvent un 4-1-4-1 qui correspond bien aux qualités de son groupe. A savoir, de valeureux guerriers avec de la bouteille, qui défendent chaque parcelle de terrain comme des chiens. Cela donne un bloc bien compact qui s’étire sur toute la largeur du terrain avec un vrai sens de la discipline. Une sorte de double rideau pas facile à percer. C’est l’éternel Gareth McAuley (35 ans) qui commande la défense, n’hésitant jamais à monter, du haut de son 1,92 m, sur les coups de pied arrêtés. Au milieu, le capitaine Steven Davis tâche de mettre de l’ordre dans la maison et donne le tempo tandis que, le plus souvent, Corry Evans et Stuart Dallas sont chargés d’animer les couloirs et d’alimenter l’efficace Kyle Lafferty (7 buts en 9 matches au cours des éliminatoires). C’est solide et valeureux à défaut d’être génial.

Le sélectionneur : Michael O’Neill
• 46 ans
• Nord-Irlandais
• En poste depuis janvier 2012
• Poste précédent : Shamrock Rovers (IRL)
« Il s’agit d’un groupe difficile, je m’y attendais. C’est un défi mais nous avons obtenu de bons résultats contre les grandes nations lors des éliminatoires et là, nous aurons tout à gagner. Notre force est la défense centrale, qui va savourer le fait d’affronter Thomas Müller et Robert Lewandowski. Nous avons remporté notre groupe qualificatif, nous ne sommes pas là pour faire de la figuration. »

Populaires

To Top