Étranger

Iker Muniain, le Messi basque

Il a tout juste 20 ans et affiche déjà plus de 100 matches de Liga au compteur. Il a battu tous les records de précocité en Espagne où on le compare déjà à Lionel Messi. C’est dire…

« Iker m’a dit qu’il était heureux d’avoir un homonyme. » Iker Munian a 20 piges depuis seulement quelques semaines et déjà, le recordman des sélections chez les champions du monde, l’un des sportifs préférés du pays, Iker Casillas pour ne pas le nommer, capitaine du Real Madrid et de la Roja, lui dresse des louanges. Il faut dire qu’en Espagne, on entend son prénom en écho depuis plusieurs saisons. Au pied des Pyrénées, cela fait maintenant plus de trois ans que l’autre Iker, celui de l’Athletic, natif de Pampelune, réécrit l’histoire. Ou plutôt la sienne. Insolent, le gamin collectionne les records de précocité. Dans l’ordre, il a connu son premier stage avec l’équipe première de Bilbao à l’âge de 14 ans. Quand on sait ce que la formation made in Pais Vasco signifie chez les Rouges et Blancs de l’Athletic, on comprend que ce n’est pas neutre.
Mais ce n’était que la première ligne de son Guinness Book à lui. Le produit maison fit ses débuts avec les pros contre les Young Boys de Berne, qualification pour la Ligue Europa en jeu. Iker Muniain a 16 ans, 7 mois et 11 jours. Il devient le joueur le plus jeune à avoir revêtu le maillot de l’Athletic en match officiel. Au match retour, il trouve le chemin des filets. L’autre Iker a donc sept jours de plus quand il devient le joueur le plus jeune de l’histoire du club à avoir marqué en compétition officielle. La roue tourne mais toujours dans le même sens et de plus en plus vite. Le 30 août, il est titulaire face à l’Espanyol Barcelone. Pan, le voilà plus jeune joueur de l’histoire de la Liga. Le garçon a 16 ans et 289 jours, ce 4 octobre 2009, quand il plante son premier but contre Valladolid. Pas une controverse, juste un nouveau record : il devient le plus jeune buteur de l’histoire du championnat espagnol.

Clause libératoire : 45 millions d’euros
Dans les entrailles de la cathédrale de San Mames, il fallait suivre le rythme. On proposa très vite une prolongation au « chaval » (le gamin). Lié à son club formateur jusqu’en 2012, Iker parapha un nouveau bail courant jusqu’en 2015 avec une clause libératoire approchant les 45 millions d’euros. De quoi voir venir. Mais il fallait bien ça car du haut de ses 167 centimètres, le petit Iker continue de séduire. L’Europe entière en est gaga. Chelsea, Manchester United et le Barça le suivent de très près depuis un an et demi. Lui semble garder la tête sur les épaules : « Je ne me vois pas ailleurs qu’à l’Athletic. Je ne pense à rien d’autre qu’à ce formidable club qui représente la chose que j’aime le plus au monde. »
Le 7 octobre, le derby face à Osasuna Pampelune (sa ville natale) avait une saveur bien particulière pour lui. C’était son 100e match de Liga. A 19 balais seulement… Avec son centre de gravité bas perché, son sens du dribble et sa capacité de percussion, Iker Muniain est régulièrement comparé à Lionel Messi en Espagne. En termes de précocité, le parallèle est évident mais l’impression visuelle participe aussi au rapprochement. La preuve en un chiffre : en début de saison, malgré les difficultés de l’équipe de Marcelo Bielsa, engluée dans la seconde partie du classement, Iker Muniain avait joué 79% de passes courtes. San Mames en raffole, de son petit Messi maison !

Iker Muniain Goni en short
■ Né le 19 décembre 1992 à Pampelune (ESP)
■ 1,67 m – 58 kg
■ Attaquant
■ Roadbook : Athletic Bilbao (ESP, depuis 2009) ; 162 matches, 21 buts
■ Palmarès : Médaille de bronze au Mondial U17 en 2009 avec l’Espagne ; finaliste de la Coupe du Roi 2012 ; finaliste de la Ligue Europa 2012

Le saviez-vous ?
29 février 2012, stade de la Rosaleda, à Malaga. L’Espagne déroule (5-0) face au Venezuela en match amical. Iker Muniain entre en jeu à la 75e minute, à la place de Cesc Fabregas, et dispute là son premier match avec les champions du monde et champions d’Europe.

Populaires

To Top