Équipe de France

Hatem Ben Arfa, l’incroyable résurrection

A 28 ans, Hatem Ben Arfa réalise le meilleur début de saison de sa tumultueuse carrière. Carrément flamboyant, le « sale gosse » du football français semble s’être racheté une conduite, pour le plus grand bonheur de l’OGC Nice.

Janvier 2015. Hatem Ben Arfa signe à l’OGC Nice après un passage compliqué par Hull City. Le transfert est invalidé, la FIFA refusant de délivrer le certificat international. Le règlement est en cause. Ben Arfa avait disputé un tournoi d’été avec les U21 de Newcastle avant d’être prêté pour un an à Hull. Il n’est pas autorisé à jouer pour un troisième club durant la même saison. Le joueur se retrouve dans l’impasse la plus totale.
Steve Bruce, l’entraîneur d’Hull City, fatigué du mauvais comportement de l’attaquant, a mis fin au prêt à mi-parcours. Puis Newcastle a rompu le contrat liant les deux parties. Plus de marche arrière possible : Hatem ne pourra signer nulle part avant juillet 2015.
Six mois plus tard, l’histoire semble presque oubliée. Le natif de Clamart, en région parisienne, fait les beaux jours de l’OGC Nice, où il a finalement signé durant l’été, et paraît plus épanoui que jamais. A Geoffroy-Guichard, face à Saint-Etienne, lors de la 8e journée, il met à genoux tout le peuple vert et casse les reins des défenseurs stéphanois avec son jeu flamboyant, fait de passements de jambe, d’accélérations fulgurantes et de dribbles chaloupés. Les Azuréens s’imposent 4-1 dans un match où Ben Arfa signe un doublé. Il se trouve également impliqué sur les deux autres buts de son équipe. Illustration parfaite du très bon début de saison des Niçois, auteurs de 13 buts en 3 matches (trois face à Bastia, six contre Bordeaux et donc quatre à Saint-Etienne).
Le talent, Hatem Ben Arfa l’a toujours eu. C’est vrai depuis ses premiers pas sur les pelouses professionnelles, avec l’Olympique Lyonnais. Le changement a eu lieu ailleurs : l’attaquant a grandi. A 28 ans, il est plus posé, travailleur et aussi plus humble. A des années-lumière de l’image qu’il renvoyait à une époque, à tort ou à raison. Jean-Pierre Rivère, son président au Gym, confirme : « Humainement, Hatem est un garçon très intéressant, très loin de l’image que l’on peut avoir de lui. Je raisonne uniquement sur le plan humain et j’ai envie qu’il réussisse chez nous parce qu’il le mérite. » Sûr de son talent et de ses capacités, Hatem sait où il veut aller. Et ne pas aller.
Pour en arriver là, il a dû effectuer une grosse remise en question. En janvier 2015, il était au bord du gouffre, après, déjà, plusieurs traversées du désert. En 2013, Ben Arfa joue très peu à Newcastle et Alan Pardew ne supporte plus son comportement, jugé hautain. L’ancien Marseillais ose à l’époque des comparaisons qui ne transpirent pas la modestie : « Je regrette de ne pas avoir été mature plus tôt parce que je pense qu’aujourd’hui, j’évoluerais à un plus haut niveau. Peut-être que je serais comme Lionel Messi. Mais j’ai encore le temps, je peux le rattraper. » Prétentieux, sale gosse refusant de rentrer en jeu, agressif : les étiquettes s’accumulent. Elles ont plongé le garçon dans le vide durant plusieurs saisons. Il était grand temps de redresser la barre.
Depuis son coup de force à l’OGCN, les rumeurs sur un come-back dans le wagon bleu allaient bon train. Ecarté du groupe France après l’Euro 2012, Hatem en avait fait un objectif « caché ». Il était à deux doigts de l’atteindre lorsque Paul-Georges Ntep dut déclarer forfait à cause d’une lésion musculaire. Finalement, c’est le Lyonnais Alexandre Lacazette qui prit l’avion, direction Clairefontaine. Mais Ben Arfa figure bien dans les petits papiers de Didier Deschamps. Même si ce n’est pas tout en haut.
Au micro de Canal+, l’intéressé ne masquait pas son souhait de retrouver la tunique bleue. « L’équipe de France est encore loin. Il faut confirmer sur le long terme. Si j’arrive à m’exprimer sur la durée… »
S’il garde la même ligne de conduite, celui qu’on disait perdu pour le football découvrira un horizon beaucoup plus dégagé devant lui. Enfin.

Camille LEDUN / PLANETE FOOT

Claude Puel séduit
Hatem Ben Arfa a quitté Lyon l’année de l’arrivée de Claude Puel. Les deux hommes ne s’étaient donc jamais croisés en club. Aujourd’hui, la météo est au beau fixe entre l’entraîneur du Gym et son joueur vedette. « Mais j’attends encore plus de lui, explique le coach azuréen. Il peut être plus complet, plus passeur notamment. Après, c’est un bonheur de l’entraîner. Il a passé des paliers. Je suis content de son écoute, de son état d’esprit et de son attitude. C’est un joueur hors normes, un vrai coéquipier. » Et Claude Puel n’est pas réputé pour avoir le compliment facile…

Profil
■ Né le 7.03.1987 à Clamart
■ Attaquant
■ 1,78 m, 74 kg
■ Roadbook : Lyon (2004-2008), Marseille (2008-2010), Newcastle (ANG, 2010-14), Hull City (ANG, 2014-janvier 2015), Nice (depuis août 2015)
■ International A (France). Première sélection : le 13.10.2007, Iles Féroé-France 0-6
■ Palmarès :
Champion de France avec Lyon en 2005, 2006, 2007 et 2008
Vainqueur de la Coupe de France avec Lyon en 2008
Trophée des champions avec Lyon en 2005, 2006 et 2007
Champion de France avec Marseille en 2010
Vainqueur de la Coupe de la Ligue avec Marseille en 2010
Trophée des champions avec Marseille en 2010

Populaires

To Top