Équipe de France

Gignac dans l’histoire des Bleus

Appelé par Didier Deschamps pour les deux derniers matches de l’année contre l’Allemagne (le 13 novembre au Stade de France) et l’Angleterre (le 17, à Wembley), André-Pierre Gignac (21 sélections, 6 buts avant les matches de novembre) devient le premier joueur sélectionné en équipe de France n’évoluant pas en Europe.

En fin de contrat à l’OM, APG avait fait le choix de l’exotisme en signant aux Tigres UANL de Monterrey. Arrivé en rock-star, sombrero sur la tête et cocktail de bienvenue dans les mains (un truc sans doute un peu fort pour un garçon qui ne boit jamais d’alcool), l’ancien buteur de l’OM a vite montré à ses nouveaux supporters qu’il n’était pas là juste pour le fun, et renvoyé en France l’idée qu’il était devenu un Tigre pour de vrai, et sûrement pas pour une retraite anticipée sous le soleil des tropiques. Un an après sa dernière sélection (contre la Suède à Marseille, un jour que son Président d’alors, Vincent Labrune, avait passé en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur les transferts à l’OM, dont le sien…), APG revient exactement dans le même état d’esprit : « Je suis un acharné. Je veux tout, toujours. » Chez les Tigres, évidemment, on se félicite de la news. « C’est vraiment formidable pour André-Pierre, mais aussi pour tout le club, dixit le Président Alejandro Rodriguez Miechielsen. Cela prouve qu’il a fait le bon choix. » Et Deschamps ? L’absence forcée de Benzema, mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans l’affaire présumée de chantage à la « Sextape-Valbuena », redistribue forcément les cartes en attaque, alors que seuls deux matches au mois de mars sont au programme de 2016 avant l’annonce de la liste des 23 pour l’Euro. Et si on ignore encore tout des turbulences et des conséquences à venir de ladite affaire (Valbuena-Benzema), si on ne sait pas comment Deschamps rebattra son jeu de 32 à 23 (cartes) en mai, on peut déjà être sûr d’une chose : Gignac en bleu, c’est du 9 sur mesure. Du Tex-Mex, de l’épice, mais pas que. Un vrai buteur, qui frappe, qui bouge et qui pèse sur une charnière centrale. Et si c’était lui la solution finale aux côtés de Griezmann, Martial et tous les autres TGV nouveaux appelés par DD récemment ? Il sait aller vite aussi, comme le prouvent ses premiers pions façon Fajitas, chez les Tigres, à revoir ici sans contrôle…

 

 

 

Populaires

To Top