Équipe de France

Face-à-face : Thibaut Courtois VS Hugo Lloris

A gauche, Thibaut. Le Belge des Blues. Diplomate que de nom. Poto d’Eden Hazard et carrure de déménageur. A droite, Hugo. Le Bleu des Spurs. Félin blanc, ambassadeur du bon goût et nouvel ami de Samir Nasri. Entre les deux, les cœurs de Londres balancent. Mais qui est le plus fort ?

■ JEU AU PIED

Thibaut Courtois : 7/10
Il n’est pas le meilleur footballeur au royaume des gardiens. Ce n’est pas le Fabien Barthez ou le Gigi Buffon des années 2000 balle au pied mais il n’a pas peur et il peut dégager des deux pieds quand il y a le feu (il n’hésite jamais, ce qui est plutôt un bon point). Il est, de toute façon, supérieur à Hugo Lloris qui montre encore trop de lacunes dans ce domaine. Il sait, un peu comme Manuel Neuer au Bayern, quitter ses 6,50 m pour aller couper les balles en profondeur. Pas Lloris. Avec sa silhouette impressionnante, il impose une présence de tous les instants dans sa surface de réparation. Pas Hugo.

Hugo Lloris : 6/10
Il n’est pas le pire balle au pied au royaume des gardiens. Là encore, tout est relatif. N’empêche, Hugo ne dégage jamais une assurance folle, même sur une passe en retrait toute classique. La chose est d’autant plus vraie en équipe de France, où il porte le brassard de capitaine. Il faut vraiment lui mettre le ballon sur le pied gauche, sinon il dévisse quasiment à chaque fois. Et du gauche, ça va souvent en touche. Bien en deçà d’un Steve Mandanda à ce niveau. C’est également valable en ce qui concerne les relances à la main, d’ailleurs. Bien en dessous d’un Thibaut Courtois, donc. Un Courtois qui dégage, sinon des facilités techniques, du moins une assurance bien supérieure.

■ DANS LES AIRS

Thibaut Courtois : 10/10
Comme disent souvent les profs d’EPS au collège : « Quand il n’y a pas de point à enlever, il ne faut pas en enlever. » CQFD. Difficile d’amputer Courtois de quoi que ce soit. Le Belge règne dans l’espace aérien de Stamford Bridge et d’ailleurs. Plus grand que les plus grands mastodontes de Premier League, il s’impose dans toutes les situations. Sur coup de pied arrêté comme sur les ballons flottants. La trajectoire rentrante ou sortante ne lui pose pas de problème. C’est un maître en la matière. Sa dernière saison à l’Atletico Madrid l’avait déjà prouvé.

Hugo Lloris : 7/10
Toujours très sûr dans ses prises de balle, Lloris ne dégage pas la puissance de son adversaire dès que l’altitude s’élève un peu. On ne sait jamais s’il va tout renverser sur son passage ou rester scotché sur sa ligne. Indiscutablement l’un de ses points à travailler, comme le pointe Christophe Lollichon, l’entraîneur des gardiens de Chelsea, toujours sans concession. « C’est surtout dans les airs qu’il n’est pas encore au niveau de la Premier League. » On repense au but de Matts Hummels en quarts de finale de la Coupe du monde 2014 (1-0 pour l’Allemagne). On ne peut s’empêcher d’imaginer la scène avec Courtois à sa place…

■ SUR SA LIGNE

Thibaut Courtois : 9/10
Des réflexes souvent décisifs et très toniques. Il excelle surtout dans les sorties, quand il se retrouve en un contre un face à un joueur lancé. Là, sa grande silhouette peut faire peur et son envergure lui permet de boucher très vite nombre d’angles de frappe. C’est, par rapport à sa taille, un modèle du genre. Il laisse pourtant l’avantage à Hugo dans le domaine du jeu sur la ligne. Moins explosif et vif, ce qui est normal avec ses centimètres (199) à bouger, et donc moins rapide sur les reprises d’appui. Attention, tout est relatif, on parle quand même d’un des meilleurs gardiens du monde. Mais sur ce point, léger avantage au Français.

Hugo Lloris : 9,5/10
C’est l’un de ses principaux points forts. Si Hugo est considéré par beaucoup comme le meilleur gardien d’Angleterre, c’est surtout grâce à ses réflexes et à sa vitesse d’anticipation sur sa ligne de but. Très agile et rapide sur ses cannes, il peut gicler très vite à l’horizontale comme en diagonale. Il nettoie régulièrement les lucarnes et les petits filets. C’est un spécialiste du genre et c’est aussi, paradoxalement, l’un de ses points faibles car il est encore trop aimanté à sa ligne de but. Un peu trop bas, quoi. Mais légèrement au-dessus de la grande gigue Courtois, plus à l’aise dans les airs et au-delà de ses 6,50 m.

■ INTERNATIONAL

Thibaut Courtois : 8/10
Déjà 31 sélections pour Thibaut qui a connu sa première cape au Stade de France, le 15 novembre 2011 (0-0 contre les Bleus et Hugo capitaine en face). « Déjà » parce que derrière sa grande carcasse et sa fausse nonchalance, le géant belge cache son âge : 23 ans ! Il n’a pas été décisif lors de la Coupe du monde au Brésil. Les Diables Rouges étaient très attendus mais ils n’ont pas fait trembler l’Argentine en quarts de finale (0-1). Surpris, comme toute sa défense, par la frappe sortie de nulle part de Gonzalo Higuain en début de partie. C’est le métier qui rentre !

Hugo Lloris : 8,5/10
Un septennat en Bleu pour Hugo (28 ans) qui a étrenné ses galons d’international en novembre lui aussi mais en 2008, contre l’Uruguay (0-0), au Stade de France. Malgré son absence à l’automne et les bonnes prestations de Steve Mandanda, la hiérarchie des gardiens chez les Bleus n’est pas remise en cause par Didier Deschamps. Lloris a joué son 66e match en équipe de France contre le Brésil. Il en est à 67, ça commence à compter. Il n’a rien connu de très heureux en bleu jusqu’en novembre 2013. On espère que le meilleur reste à venir.

■ MENTAL

Thibaut Courtois : 9/10
Difficile de savoir ce qui se passe dans sa tête d’étudiant à Polytechnique. Jamais un mot plus haut que l’autre, des prestations aussi convaincantes à l’Atletico qu’à Chelsea. Un caractère qu’il explique par sa précocité. « J’ai joué mon premier match pro avec Genk à seulement 16 ans. L’entraîneur s’était fait renvoyer la semaine précédente et j’avais la pression. Si j’avais réalisé un mauvais match, je serais peut-être resté 2 ou 3 ans sans jouer. » Même le fait d’avoir Petr Cech dans les pattes ne l’a pas perturbé. « J’apprends tous les jours à l’entraînement. Pour moi, c’est un honneur de bosser à ses côtés. » Blindé, le garçon.

Hugo Lloris : 8/10
Toujours le même contraste avec lui. Des performances bien au-dessus de la moyenne, notamment avec Tottenham. Des arrêts qui font du bien, souvent, avec les Bleus. Mais une propension à se taire et à devenir transparent qui relance régulièrement le débat sur le capitanat en équipe de France. Il s’est imposé partout où il est passé. A Nice, à Lyon après Grégory Coupet, ce qui n’était pas une mince affaire, et chez les Spurs malgré des débuts difficiles avec André Villas-Boas. Considéré comme l’un des meilleurs gardiens de Premier League mais pas par Christophe Lollichon, le coach français des goals à Chelsea. « Il a des manques. » Pas innocent.

VERDICT
Thibaut Courtois : 43/50
Hugo Lloris : 39/50

Populaires

To Top