Étranger

Espagne : Opération reconquête (2)

Balayés en deux coups de cuillère à pot lors de la Coupe du monde au Brésil, les Espagnols ont perdu de leur superbe mais restent toujours tenants du titre européen. Et ils ne sont pas décidés à lâcher l’affaire comme ça !

Eurostar : Sergio Ramos
Il s’est d’abord révélé au poste d’arrière droit. Il est même devenu, au fil des saisons et au gré des comparaisons, le meilleur du monde à son poste. D’abord au FC Séville puis au Real Madrid. Puis il a glissé dans l’axe, au cours d’une carrière devenue majuscule, aussi bien au sein de la Maison Blanche qu’avec la Roja, au gré des triomphes tous azimuts des Espagnols entre 2008 et 2012 (deux Euros, une Coupe du monde, on ne le rappellera jamais assez). Il est devenu l’un des meilleurs défenseurs centraux de la planète. Le pilier du Real, dont il était l’un des cadres du vestiaire et dont il est le capitaine depuis le départ d’Iker Casillas. Il est celui qui recadre Cristiano Ronaldo, qui rameute les troupes quand il le faut, qui coordonne, qui organise la paix sociale au sein du si réputé et si difficile vestiaire madrilène. Et en sélection ? Tout pareil, il est le guide parmi les guides. Celui vers qui on se tourne en cas de gros temps. L’arbre sous lequel on s’abrite. Celui qui marque quand on ne marque plus (en finale de la Ligue des champions 2014, quand il avait égalisé au bout du temps additionnel contre l’Atlético de Madrid, première marche vers la Decima du Real). Il est aussi passé au travers au Brésil, lors de la Coupe du monde. On peut l’imaginer gonflé à bloc pour l’Euro. Et même avec ses cheveux courts, ça devrait se voir.

Classement FIFA : 3

Le chiffre : 101
Comme le nombre de sélections de Cesc Fabregas, qui a fêté sa 100e cape en Ukraine en octobre. Et comme il aime faire les choses bien, il a été élu homme du match contre l’Angleterre, le soir de sa 101e, le 13 novembre. Et comme il aime faire les choses très bien, il est allé, le lendemain, déposer le ballon du match devant l’ambassade de France à Madrid, en hommage aux victimes des attentats de Paris.

Leurs éliminatoires
1er du groupe C
27 pts, 9 v, 1 d, 23 bp-3 bc
8.09.2014 : Espagne-Macédoine 5-1 (Sergio Ramos, Paco Alcacer, Sergio Busquets, David Silva, Pedro)
9.10.2014 : Slovaquie-Espagne 2-1 (Paco Alcacer)
12.10.2014 : Luxembourg-Espagne 0-4 (David Silva, Paco Alcacer, Diego Costa, Juan Bernat)
15.11.2014 : Espagne-Biélorussie 3-0 (Isco, Sergio Busquets, Pedro)
27.03.2015 : Espagne-Ukraine 1-0 (Alvaro Morata)
14.06.2015 : Biélorussie-Espagne 0-1 (David Silva)
5.09.2015 : Espagne-Slovaquie 2-0 (Jordi Alba, Andres Iniesta s.p.)
8.09.2015 : Macédoine-Espagne 0-1 (Tome Pacovski c.s.c.)
9.10.2015 : Espagne-Luxembourg 4-0 (Santi Cazorla 2, Paco Alcacer 2)
12.10.2015 : Ukraine-Espagne 0-1 (Mario Gaspar)

1er tour
• 13 juin à 15h, Stadium à Toulouse : Espagne-Rép. Tchèque
• 17 juin à 21h, Stade Allianz Riviera à Nice : Espagne-Turquie
• 21 juin à 21h, Stade Matmut Atlantique à Bordeaux : Espagne-Croatie

Visa pour l’Euro
• Superficie : 505 911 km2
• Population : 47 millions
• Capitale : Madrid
• Fédération : Real Federacion Espanola de Futbol
• Année de fondation : 1913
• Affiliation FIFA : 1914
• Affiliation UEFA : 1954
• Couleurs : maillot rouge, short bleu, bas rouges
• Equipementier : Adidas
• Bilan Euro : 11 participations (1964, 68, 76, 80, 84, 88, 96, 2000, 2004, 2008, 2012), 44 matches, 21 v, 12 n, 11 d, 60 bp-42 bc
• Meilleure performance : Vainqueur en 1964, 2008 et 2012
• Meilleur buteur : Fernando Torres, 5 buts (2 en 2008, 3 en 2012)

Comment ils jouent
Le désastre de la Coupe du monde 2014 au Brésil n’a pas modifié les plans de jeu du toujours double champion d’Europe en titre. Pas question de toucher à l’ADN, encore moins d’altérer les ambitions de jeu d’un groupe de joueurs que Vicente Del Bosque a ouvert à la nouvelle génération sans varier d’un iota son discours. En gros, c’est toujours une machine à posséder le ballon. Un milieu de terrain orphelin de Xavi Hernandez, ce qui n’est pas rien, mais où les talents se bousculent toujours autant autour d’Andres Iniesta, Sergio Busquets, Cesc Fabregas et tous les autres. Ce n’est pas neutre non plus. La vraie question réside dans l’identité de l’attaquant de pointe, étant entendu que Diego Costa n’a pas l’ADN, lui, du footeux espagnol. Alvaro Morata peut se révéler encore un peu plus à l’Euro. Paco Alcacer est là, meilleur buteur de la Roja au cours des éliminatoires, et Pedro, en perdition à Chelsea, retrouve régulièrement ses sensations quand il rejoint ses copains de jeu. Contre eux, il faut se préparer à courir, souvent dans le vide, et être prêt à piquer à la moindre occasion. Pas simple.

Le sélectionneur : Vicente Del Bosque
• 65 ans
• Espagnol
• En poste depuis juillet 2008
• Poste précédent : Cadix CF (directeur sportif)
« Nous tombons contre deux équipes qui ont éliminé les Pays-Bas en qualifications et nous affrontons la Croatie, une formation très solide qui fait partie des meilleures équipes du tournoi selon moi. Nous partons avec la volonté de remporter l’Euro pour la troisième fois consécutive. Ce serait fantastique pour notre football. Personne ne l’a jamais réalisé. »

Populaires

To Top