Équipe de France

En route pour la Coupe du monde 2014 (21) : Suisse, groupe E

Nous poursuivons notre présentation de la Coupe du monde 2014 (12 juin-13 juillet). Après le Brésil, le Mexique et le Cameroun dans le groupe A, les Pays-Bas, l’Australie et le Chili dans le groupe B, la Côte d’Ivoire, la Grèce et le Japon dans le groupe C, l’Angleterre, l’Italie et le Costa Rica dans le groupe D, l’Equateur et le Honduras dans le groupe E, la Bosnie-Herzégovine et l’Iran dans le groupe F, le Ghana et les USA dans le groupe G, la Russie et la Corée du Sud dans le groupe H, place à la Suisse dans le groupe E.

Sur le remonte-pente

La Nati s’est qualifiée pour sa troisième Coupe du monde consécutive. Pour la première fois, elle aborde la compétition dans la peau d’une tête de série. Et si ça changeait tout ?

Groupe E • Suisse • Equateur • France • Honduras

Bon, d’accord, on ne peut pas dire que la Suisse était dans le groupe de la mort pour ces qualifs mondiales. Slovénie, Norvège, Islande, Chypre et Albanie : ce ne sont pas, loin s’en faut, des représentants du gratin européen. OK, la Nati s’est fait quelques frayeurs à la maison : victoire à la dernière minute (1-0) face à Chypre malgré une pelletée d’occasions, match nul 4-4 contre l’Islande après avoir mené 4-1. Il n’empêche, les Helvètes n’ont pas attendu la dernière levée pour assurer – sans subir la moindre défaite, sept victoires pour trois nuls – leur place au Brésil. Mieux, ils se rendront au pays du football, de la samba et des favelas nettoyées dans la peau d’une tête de série. Une première !
Qui aurait pu imaginer cela il y a deux ans, quand, au sortir d’une campagne qualificative pour l’Euro 2012 désastreuse, Alexander Frei et Marco Streller, les deux atouts maîtres de la sélection, avaient annoncé qu’ils remisaient leurs crampons internationaux ? Pas grand-monde. Sauf, peut-être, Ottmar Hitzfeld puisque l’Allemand s’est accroché à son poste, contre vents et marées. L’opération reconstruction commença au milieu de ce qui ressemblait à un champ de ruines. Son plan de relance : s’appuyer sur quelques cadres fiables comme Diego Benaglio, Stephan Lichtsteiner, Gokhan Inler ou Valeron Berhami et apporter un brin de fraîcheur avec de jeunes talents. Parmi lesquels Xherdan Shaqiri, tête de gondole des champions du monde U17 2009, Granit Xhaka et Haris Seferovic.
La question est de savoir si ce savant dosage, suffisant pour passer sans encombres la phase éliminatoire, sera toujours efficace au cœur de la compétition, face à des adversaires d’un autre calibre. Ottmar Hitzfeld, qui loue la cohésion et l’état d’esprit de son groupe, n’a pas véritablement de doutes ni de craintes. Avant même le tirage et donc sans connaître ses futurs adversaires, il avait donné le ton et annoncé la couleur. « Notre objectif, confiait-il au site FIFA.com, sera de passer le 1er tour et ensuite d’enchaîner le plus de matches possible. Cela ne sert à rien d’aller au Brésil pour y disputer seulement trois rencontres. »
L’ancien entraîneur du Bayern Munich garde en mémoire sa première expérience mondiale avec la Nati, en Afrique du Sud, il y a quatre ans. Ses joueurs avaient démarré le tournoi en trombe avant de vite s’essouffler. « Nous avions battu l’Espagne (ndlr : seule défaite de la compétition du futur champion) avant de perdre contre le Chili à la suite d’une expulsion et d’un but litigieux. A ce niveau, les détails sont cruciaux et il faut savoir provoquer sa part de chance. » L’homme aux deux Coupes Intercontinentales et aux deux Ligues des champions sait forcément de quoi il parle.
Hitzfeld assure également que les trous d’air dont la Suisse a pu se rendre coupable ne se répéteront plus. « Se faire remonter 4-4 après avoir mené 4-1 (contre l’Islande), c’est le genre de leçon qui ne s’oublie pas. Les gars, les plus jeunes surtout, ont compris que le moindre relâchement pouvait être fatal et qu’un match n’est jamais terminé avant le coup de sifflet final. C’est comme le fait d’être tête de série. Je suis persuadé que cela va rendre les joueurs plus forts dans leur tête mais ils garderont les pieds sur terre. Vous pouvez compter sur moi. »
Ses dernières consignes et ses derniers conseils : quel que soit le parcours des Suisses au Brésil, Hitzfeld quittera ses fonctions à la fin du tournoi.

Star à la barre : Gokhan Inler
C’est le capitaine et le taulier. Un vrai patron. Gokhan Inler, Suisse d’origine turque, a connu sa première sélection en septembre 2006 mais c’est après l’arrivée d’Ottmar Hitzfeld à l’été 2008 qu’il est devenu véritablement un homme de base de la Nati. Et l’homme de confiance du sélectionneur. Quand Alexander Frei a annoncé sa retraite internationale, le nom de son successeur pour le brassard s’est imposé comme une évidence. « C’est un honneur pour moi, expliquait l’intéressé au moment de son intronisation. Etre capitaine d’une telle formation me remplit de fierté. Cette sélection est composée de joueurs de cultures différentes mais nous avons tous grandi et nous avons tous été formés en Suisse. L’esprit de cette équipe est irréprochable. On peut réaliser quelque chose de grand. Je vais faire en sorte que ce groupe ait faim. » Pour cela, Gokhan, élément essentiel en équipe nationale comme en club (Naples), donne l’exemple sur le terrain. Infatigable récupérateur, joueur sans peur et sans reproche dans les duels, il est aussi un formidable relanceur, première rampe de lancement de la Nati. Son adresse des deux pieds pour tirer les coups francs ou tenter sa chance sur des frappes sèches constitue une autre facette de son talent. Du haut de ses 70 sélections, le boss Inler veut voir plus loin. Ses ambitions pour la Coupe du monde ? Faciles à deviner. Il a toujours autant faim et il est persuadé que ce groupe peut réaliser quelque chose de grand. Le programme semble prometteur, non ?

Le coach : Ottmar Hitzfeld (65 ans)
En poste depuis juillet 2008
« Ce groupe me paraît équilibré, même s’il rassemble des équipes aux mentalités très différentes. Nous aurons deux sélections européennes opposées à des formations d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, ce qui donnera certainement des confrontations très intéressantes. La France est une équipe redoutable mais il ne sert à rien de se plaindre. Nous devons utiliser le temps qu’il nous reste pour bien nous préparer, en tenant compte des conditions et de nos futurs adversaires. »

Comment ils jouent
On le sait, Ottmar Hitfeld est un grand adepte du 4-4-2 mais il n’est pas obtus. Aussi, il peut varier les plaisirs en passant à un 4-2-3-1, voire un 4-3-3. Le socle de la nouvelle Nati, c’est d’abord sa base arrière. Solide, elle n’a encaissé que six buts au cours des dix matches qualificatifs pour la Coupe du monde. Les latéraux, véritables marathoniens, n’en finissent pas de balayer leur couloir. Au milieu, personne ne rechigne à travailler. Le tout prend un petit air napolitain avec Gokhan Inler, Valeron Behrami et le joker Blerim Dzemaili qui entre souvent en cours de partie. Reste le problème de l’attaque où le sélectionneur n’a pas encore trouvé de successeur à Alexander Frei, un véritable tueur capable de faire la décision. Haris Seferovic, 22 ans, peut-il être l’oiseau rare ?

Le chiffre : 3
Le meilleur buteur suisse lors des qualifications a inscrit trois buts, ce qui n’a, de prime abord, rien d’extraordinaire. Sauf que le joueur en question, Fabian Schär, n’a disputé que trois matches et qu’il évolue en défense centrale !

Programme 1er tour
Le 15 juin 2014 à 18h à Brasilia, Suisse-Equateur
Le 20 juin 2014 à 21h à Salvador, Suisse-France
Le 25 juin 2014 à 22h à Manaus, Suisse-Honduras

Leurs éliminatoires

Zone Europe
1er du groupe E : 24 pts, 7 v, 3 n, 17 bp-6 bc

7.09.2012
Slovénie-Suisse 0-2 (Xhaka, Inler)
11.09.2012
Suisse-Albanie 2-0 (Shaqiri, Inler)
12.10.2012
Suisse-Norvège 1-1 (Gavranovic)
16.10.2012
Islande-Suisse 0-2 (Barnetta, Gavranovic)
23.03.2013
Chypre-Suisse 0-0
8.06.2013
Suisse-Chypre 1-0 (Seferovic)
6.09.2013
Suisse-Islande 4-4 (Lichtsteiner 2, Schär, Dzemaili s.p.)
10.09.2013
Norvège-Suisse 0-2 (Schär 2)
11.10.2013
Albanie-Suisse 1-2 (Shaqiri, Lang)
15.10.2013
Suisse-Slovénie 1-0 (Xhaka)

Visa
• Superficie : 41 290 km2
• Population : 7,9 millions d’habitants
• Capitale : Berne
• Fédération : Schweizerischer Fussballverband
• Site Internet : www.football.ch
• Année de fondation : 1895
• Affiliation FIFA : 1904
• Couleurs : maillot rouge, short blanc, bas rouges
• Equipementier : Puma

6574411-9915796.jpg

6574411-9915798

6574411-9915802.jpg

Populaires

To Top