Équipe de France

En route pour la Coupe du monde 2014 (19) : Grèce, groupe C

Nous poursuivons notre présentation de la Coupe du monde 2014 (12 juin-13 juillet). Après le Brésil, le Mexique et le Cameroun dans le groupe A, les Pays-Bas, l’Australie et le Chili dans le groupe B, la Côte d’Ivoire et le Japon dans le groupe C, l’Angleterre et le Costa Rica dans le groupe D, l’Equateur et le Honduras dans le groupe E, la Bosnie-Herzégovine et l’Iran dans le groupe F, le Ghana et les USA dans le groupe G, la Russie et la Corée du Sud dans le groupe H, place à la Grèce dans le groupe C.

1, 2, 3… soleil ?

Pour leur troisième participation à une phase finale mondiale, les Grecs espèrent enfin franchir l’écueil du premier tour. Chiche ?

GROUPE C • Colombie • Grèce • Japon • Côte d’Ivoire

Après un long règne de neuf ans marqué par un titre surprise de champion d’Europe en 2004, Otto Rehhagel a fini par quitter son trône et abandonner les clés du royaume. Si la couronne a changé de tête, la politique de son successeur, le Portugais Fernando Santos, arrivé à l’été 2010, s’est inscrite dans la continuité. Cela donne un bloc bas, un collectif où personne ne rechigne à aider le copain dans les tâches obscures et où tout le monde défend le territoire comme un mort de faim. « Il y a de la confiance et de la foi dans ce groupe, assure le sélectionneur hellène. Les joueurs ne donnent pas 100% d’eux-mêmes mais 200%. » Résultat : la Grèce a établi un record européen en remportant cinq de ses dix matches de groupe sur le score de 1-0.
Dans cette phase, l’équipe a encaissé quatre petits buts. Les Hellènes ont terminé avec la deuxième meilleure défense de la zone Europe, juste derrière l’ogre espagnol (3 buts encaissés). Autrement, c’est toujours la même chanson, même si l’air a changé. Encore que… Les inoxydables Georgios Karagounis et Konstantinos Katsouranis ont largement participé à cette campagne qualificative avec 10 matches chacun. Le vieux Karagounis ne les a certes pas tous disputés comme titulaire. Toujours était-il qu’on retrouvait deux des dieux de 2004.
Pour ces deux-là, la Coupe du monde au Brésil sera le dernier défi. Pour eux comme pour leurs partenaires, le challenge à relever est clair : faire mieux que lors des deux précédentes participations de la sélection à la fête mondiale (1994 et 2010). C’est-à-dire passer enfin ce satané premier tour. Ensuite ? En 2004 au Portugal, le jeune Karagounis et ses potes avaient montré, contre toute logique, que tout était possible. Avec beaucoup de foi et un peu de chance. Evidemment, la recette ne marche pas à tous les coups.

Star à la barre : Konstantinos Mitroglou
Ne vous fiez pas à sa grande carcasse (1,88 m pour 86 kg) et à l’air indolent qu’il dégage, Konstantinos Mitroglou (photo de Une) est un redoutable serial killer. Avec son total de 23 buts en club et en sélection fin novembre, c’était le deuxième meilleur buteur européen derrière la mitraillette Cristiano Ronaldo. Indispensable à l’Olympiacos, où il a tout de même mis du temps avant de percer, Mitroglou a pris la direction de Fulham fin janvier. Il est tout autant indispensable dans le groupe de Fernando Santos. Si la sélection hellène a arraché son billet pour la Coupe du monde, elle sait qu’elle le doit pour beaucoup à son grand escogriffe tatoué. Dans le barrage couperet contre la Roumanie, le filou a réussi un doublé à l’aller (victoire 3-1) et ajouté un autre pion au retour (1-1). Michel, l’entraîneur de l’Olympiacos, lâchait, fataliste : « S’il continue comme ça, il sera difficile de le retenir ». Il disait donc vrai. Fulham n’a même pas attendu de le voir en action au Brésil.

Le coach : Fernando Santos (59 ans)
En poste depuis juillet 2010
« Il s’agit d’une poule équilibrée. Aucune équipe ne se dégage, toutes sont très compétitives. Ce sera très ouvert. Les quatre nations peuvent être satisfaites. Beaucoup pensent que c’est l’un des groupes les plus faciles mais pour moi, c’est l’inverse. La Colombie aligne de grands noms comme Falcao, James Rodriguez et Jackson Martinez. La Côte d’Ivoire possède des joueurs de très haut niveau et le Japon s’appuie sur un ensemble équilibré et dynamique. »

Comment ils jouent
On l’a dit : Fernando Santos a pris la suite d’Otto Rehhagel mais il n’a pas changé fondamentalement le style de l’équipe. Seule nouveauté, l’abandon du 3-5-2 pour un 4-3-2-1 modulable en 4-3-3. Pour le reste, comme son prédécesseur, le technicien portugais s’appuie sur une base arrière solide avec un marquage strict. Tout le monde doit accomplir sa part de labeur. L’éternel et indestructible meneur Karagounis – 37 ans, champion d’Europe en 2004 – n’hésite pas à partir de très bas pour lancer les contres. Après, c’est aux attaquants Dimitrios Salpingidis, Georgios Samaras et Konstantinos Mitroglou de cavaler. Ce qu’ils savent très bien faire, surtout les deux premiers. Quant au dernier, méfiance. Sous ses airs nonchalants, c’est un redoutable finisseur.

Le chiffre : 5
La formation de Fernando Santos a remporté cinq de ses dix matches de poule sur le score de 1-0. Un record dans la zone Europe. Défense made in Grèce !

Programme 1er tour
Le 14 juin 2014 à 18h à Belo-Horizonte, Grèce-Colombie
Le 19 juin 2014 à minuit à Natal, Grèce-Japon
Le 24 juin 2014 à 22h à Fortaleza, Grèce-Côte-d’Ivoire

Leurs éliminatoires

Zone Europe
2e du groupe G : 25 pts, 8 v, 1 n, 1 d, 12 bp-4 bc

7.09.2012
Lettonie-Grèce 1-2 (Spiropoulos, Gekas)
11.09.2012
Grèce-Lituanie 2-0 (Ninis, Mitroglou)
12.10.2012
Grèce-Bosnie-Herzégovine 0-0
16.10.2012
Slovaquie-Grèce 0-1 (Salpingidis)
22.03.2013
Bosnie-Herzégovine-Grèce 3-1 (Gekas)
7.06.2013
Lituanie-Grèce 0-1 (Christodoulopoulos)
6.09.2013
Liechtenstein-Grèce 0-1 (Mitroglou)
10.09.2013
Grèce-Lettonie 1-0 (Salpingidis)
11.10.2013
Grèce-Slovaquie 1-0 (Skrtel c.s.c.)
15.10.2013
Grèce-Liechtenstein 2-0 (Salpingidis, Karagounis)

BARRAGE

15.11.2013
Grèce-Roumanie 3-1 (Mitroglou 2, Salpingidis)
19.11.2013
Roumanie-Grèce 1-1 (Mitroglou)

Visa
• Superficie : 131 940 km2
• Population : 11,3 millions d’habitants
• Capitale : Athènes
• Fédération : Hellenic Football Federation
• Site Internet : www.epo.gr
• Année de fondation : 1926
• Affiliation FIFA : 1927
• Couleurs : Maillot, short et bas blancs à lisérés bleus
• Equipementier : Adidas

6543998-9870020.jpg

6543998-9870022

6543998-9870025.jpg

Populaires

To Top