Équipe de France

En route pour la Coupe du monde 2014 (10) : Chili, groupe B

Nous poursuivons notre présentation de la Coupe du monde 2014 (12 juin-13 juillet). Après le Brésil et le Cameroun dans le groupe A, l’Australie dans le groupe B, la Côte d’Ivoire dans le groupe C, l’Angleterre dans le groupe D, le Honduras dans le groupe E, la Bosnie-Herzégovine dans le groupe F, le Ghana dans le groupe G et la Russie dans le groupe H, place au Chili dans le groupe B.

Un bis qui peut compter

Qualifié pour la deuxième fois de son histoire pour une deuxième Coupe du monde successive, le Chili paraît armé comme jamais.

GROUPE B • Espagne • Pays-Bas • Chili • Australie

C’est une Roja tournée vers l’attaque qui mettra le cap sur le Brésil ! Il en va ainsi depuis le remplacement de Claudio Borghi par son compatriote argentin Jorge Sampaoli en novembre dernier. Et ça ravit Ivan Zamorano, ex-star du pays aujourd’hui à la tête de sa fondation, dans les faubourg de Santiago. « Sampaoli a une vision très offensive du football. Pas étonnant qu’on ait la 2e meilleure attaque et la moins bonne défense des équipes qualifiées dans notre groupe ! J’aime ça. Ce jeu porté vers l’avant est fantastique. »
Pour l’ancien Madrilène, la Roja peut faire quelque chose au Brésil. « Les joueurs ont gagné en maturité. Ils sont en pleine euphorie et évoluent à un niveau très élevé. Il y a un noyau dur, avec Alexis Sanchez, Arturo Vidal, Eduardo Vargas ou Claudio Bravo, qui montre l’exemple. Aujourd’hui, la sélection est capable de rivaliser avec n’importe qui. Le match de septembre contre l’Espagne (2-2) en est la preuve. »
Derrière l’Argentine et le Brésil, le Chili est, avec le Paraguay, la quatrième nation sud-américaine la mieux située dans l’histoire de la Coupe du monde. Ça ne saute pas aux yeux tout de suite mais ça commence à signifier beaucoup dans le concert international. Emmenés par Arturo Vidal, l’homme à tout faire du milieu, les Chiliens débarqueront en terrain connu. Pour aller au Brésil, ils n’ont que la Cordillère des Andes à franchir. Deux fois de suite, la Seleçao les avait sortis du tournoi planétaire, en 1998 et 2010. L’occasion est trop belle de régler quelques comptes.

Star à la barre : Arturo Vidal
Son triplé contre le FC Copenhague le 27 novembre dernier symbolisait son emprise sur la Juventus. Après s’être imposé dans l’entrejeu d’Antonio Conte, Arturo Vidal (photo de Une), 26 ans, en impose désormais à l’extérieur du groupe. La Coupe du monde au Brésil arrive à point nommé pour celui qui est reconnu comme l’un des meilleurs relayeurs sur le Vieux Continent. Le coach piémontais assure à son propos qu’il a « encore une marge de progression ». C’est dire. C’est le boss du milieu chilien, celui par qui tous les changements de rythme s’opèrent. Un garçon capable de trouer les lignes adverses par une passe verticale. L’oiseau rare, quoi.

Le coach : Jorge Sampaoli (53 ans)
En poste depuis novembre 2012
« Nous ne craignons personne. Il faudra faire preuve de courage pour figurer parmi les meilleurs. Ce sera très compliqué mais tomber dans une poule aussi difficile est un facteur de motivation. Il s’agit de bien se préparer, affronter les plus grands et écrire l’histoire. Nous jouerons contre l’Espagne et les Pays-Bas, deux géants. Le Chili va se trouver face à un défi énorme mais il rendra l’équipe encore plus grandes en cas de victoire. »

Comment ils jouent
Avec Jorge Sampaoli, une ligne ne bouge pas : la défense. Devant Claudio Bravo, le gardien capitaine, Gary Medel (un ancien milieu de terrain) se partage l’axe de la défense avec Marcos Gonzalez, le stoppeur de Flamengo. A droite, Mauricio Isla, à gauche, Eugenio Mena. Voilà pour les certitudes. Au milieu, les joueurs sont souvent les mêmes aussi, même si Matias Fernandez, le prodige, a commencé sur le banc cet automne. Le Chili aligne souvent Marcelo Diaz, Charles Aranguiz et bien sûr Arturo Vidal. Les systèmes, eux, peuvent changer. Soit un 3+1 au milieu, soit un losange à 4, soit une doublette à la récupération, avec un seul but : fournir en munitions le duo Alexis Sanchez-Eduardo Vargas, la tête à deux pointes.

Le chiffre : 22
Le nombre de buts inscrits par Alexis Sanchez, l’attaquant du Barça, en 65 sélections avec le Chili. Encore un peu loin mais plus trop des 37 pions de Marcelo Salas, le recordman.

Programme 1er tour
Le 13 juin 2014 à minuit à Cuiaba, Chili-Australie
Le 18 juin 2014 à 21h à Rio, Chili-Espagne
Le 23 juin 2014 à 18h à Sao Paulo, Chili-Pays-Bas

Leurs éliminatoires

Zone AmSud
3e du groupe : 28 pts, 9 v, 1 n, 6 d, 29 bp-25 bc

7.10.2011
Argentine-Chili 4-1 (Matias Fernandez)
11.10.2011
Chili-Pérou 4-2 (Ponce, Vargas, Medel, Suazo s.p.)
11.11.2011
Uruguay-Chili 4-0
15.11.2011
Chili-Paraguay 2-0 (Contreras, Campos)
2.06.2012
Bolivie-Chili 0-2 (Aranguiz, Vidal)
9.06.2012
Venezuela-Chili 0-2 (Matias Fernandez, Aranguiz)
11.09.2012
Chili-Colombie 1-3 (Matias Fernandez)
12.10.2012
Equateur-Chili 3-1 (J.C. Paredes c.s.c.)
16.10.2012
Chili-Argentine 1-2 (Gutierrez)
22.03.2013
Pérou-Chili 1-0
26.03.2013
Chili-Uruguay 2-0 (E. Paredes, Vargas)
7.06.2013
Paraguay-Chili 1-2 (Vargas, Vidal)
11.06.2013
Chili-Bolivie 3-1 (Vargas, Sanchez, Vidal)
6.09.2013
Chili-Venezuela 3-0 (Vargas, Gonzalez, Vidal)
11.10.2013
Colombie-Chili 3-3 (Vidal s.p., Sanchez 2)
15.10.2013
Chili-Equateur 2-1 (Sanchez, Medel)

Visa
• Superficie : 756 950 100 km2
• Population : 16,6 millions d’habitants
• Capitale : Santiago
• Fédération : Federacion de Futbol de Chile
• Site Internet : www.anfp.cl
• Année de fondation : 1895
• Affiliation FIFA : 1913
• Couleurs : maillot rouge, short bleu, bas blanc
• Equipementier : Puma

6484007-9778971.jpg

6484007-9778974

6484007-9778978.jpg

Populaires

To Top