Étranger

Dans les coulisses du plus gros transfert de l’histoire

L’été de tous les records. Des pics de chaleur en France, des inondations au Texas et des transferts dans le foot. Enfin, surtout un transfert dans le foot…

222 millions d’euros. Le montant de la clause libératoire de Neymar au Barça. Quand, dans le courant du mois de juin, certaines personnes bien informées ont touché deux mots aux dirigeants catalans au sujet d’un intérêt (réel) du PSG pour le Brésilien, les réponses ont fusé en canon dans le bureau : « Il ne partira jamais. »
Non, ce n’était pas possible. Jamais un club ne s’alignerait. Et le monde a changé. Après plusieurs nuits blanches et de nombreux mois de réflexion, parce que l’arrivée de Neymar à Paris, Nasser Al-Khelaïfi, le président parisien, y travaillait et y pensait secrètement depuis trois ans, le Paris SG a tout cassé. Les portes, les fenêtres et les codes. Une armée d’avocats et un service juridique aux petits oignons pour caler la chose, énorme, et faire passer la pilule, pas moins grosse. Le transfert du siècle. L’homme qui valait 222 millions. Le joueur le plus cher de l’histoire. Neymar à Paris, c’est toute une histoire.
Il est là. Il arrive. Il reste. Il ne part pas. Il vient. En 2017, le monde n’a eu d’yeux et d’oreilles que pour lui, en juillet et en août. Neymar Jr. Un peu DJ, tatoué comme il faut, bon danseur, c’est vrai. Mais surtout joueur de foot. Et Neymar a fini par arriver sur le tapis rouge du Parc des Princes. Plusieurs milliers de fans en délire, des centaines de journalistes accrédités et l’ambiance des grands soirs en plein milieu de l’après-midi, Porte d’Auteuil.
Il s’est passé un truc pas commun. Et le truc était sans commune mesure. Le joueur a fait l’objet d’un forcing de dingue de ses coéquipiers lors de la tournée d’été du Barça aux Etats-Unis. Il s’est réfugié dans son jet privé, avec escales en Chine et au Moyen-orient pour des tournées promotionnelles. Mais son choix était fait. Il a fait un nouveau crochet par Porto, où il a retrouvé Maxwell et le docteur Eric Rolland, pour passer sa visite médicale. Tout était ficelé, tout était OK. Ne restait plus qu’à rejoindre l’aéroport du Bourget. Destination finale avant le Parc. Le transfert du siècle, juste au-dessus du périph’.

Ses chiffres les plus fous

Ça peut donner le vertige, ça fait réagir et beaucoup causer. C’est du côté de Neymar et maths.

Neymar à Paris, c’est donc…
222
En millions d’euros, le montant de sa clause libératoire payée par le PSG au FC Barcelone.
Ce qui représente :
16 099 années de SMIC
246 000 ans de pass Navigo
8 Airbus
55 millions de hamburgers
3 Zinédine Zidane
2,5 Cristiano Ronaldo
1 050 Ferrari 488 GTB
8 880 nuits au Plaza Athénée, à Paris. Côté suite, bien évidemment.
Neymar à Paris, c’est encore…
35
En millions d’euros, la somme des différentes commissions générées par son transfert. Une grande partie a été perçue par le joueur et son père à la signature du contrat mais aussi par plusieurs intermédiaires.
45 000
Le nombre de spectateurs massés au Parc pour la venue d’Amiens et (surtout) la présentation de Neymar ! Jamais le PSG n’avait évolué à guichets fermés
pour la première journée du championnat…
500
Le nombre de demandes d’accréditation effectuées auprès de l’En Avant Guingamp par les journalistes en prévision des premiers pas de la star au Roudourou, au soir de la 2e journée du championnat.
75
Le nombre de places que peut contenir la tribune de presse du Roudourou.
10 000
Le nombre de maillots floqués au nom du Brésilien vendus à Paris le premier jour. Prix unitaire : 140 €.
30
En millions d’euros, le salaire brut annuel de Neymar pour les cinq prochaines années.
576 000
En euros, ce que touche le Brésilien chaque semaine.

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top