Équipe de France

Croatie : Souffler n’est pas jouer

L’équipe au damier a bien failli regarder la Coupe du monde à la télé. Ce qui aurait été une aberration n’en reste pas moins une alerte pour les artistes des Balkans.

Davor Suker n’était pas qu’un redoutable attaquant. Devenu président de la Fédération croate, l’ancien serial buteur tranche dans le vif avec la même fulgurance et la même froideur que lorsqu’il évoluait à la pointe du FC Séville ou du Real Madrid, ses terrains de jeu favoris en dehors des stades de France lors de la Coupe du monde 1998, dont il termina meilleur buteur. Pas convaincu par les prestations de la sélection au damier, Davor s’est montré radical : exit Ante Cacic, qui dirigeait la troupe depuis septembre 2015 (il y avait déjà un remue-ménage lors du sprint final des éliminatoires du dernier Euro). Echec et mat.
C’est Zlatko Dalic, inconnu du bataillon qui avait fait ses classes à Al-Ain, aux Emirats, qui a été nommé en urgence, avec pour mission la qualification pour la Coupe du monde russe. Mission réussie pour les Croates qui n’ont fait qu’une bouchée de la Grèce lors du match aller. Une victoire 4-1 en forme de validation directe, avant même le match retour chez Konstantinos Mitroglou, et un carton comme un symbole, aussi, de la force de frappe assez incroyable de cette équipe qui avait terminé seulement 2e de son groupe derrière l’Islande.
C’est un peu toujours la même chose avec eux. Capables du meilleur comme du moyen. Mais capables, aussi, de remettre les priorités à leur place quand l’enjeu devient capital. Et c’est justement pour cela qu’il ne faut jamais mais alors jamais les croiser en phase finale. Leur victoire éclatante face à l’Espagne, au Matmut Atlantique de Bordeaux, lors du 1er tour du dernier Euro est là pour le rappeler.
Capables du meilleur parce qu’avec un milieu de terrain comme celui-là, on ne peut pas craindre grand-chose. Avec Ivan Rakitic et Luka Modric, c’est du cousu main. Avec Marcelo Brozovic et Ivan Perisic, ça devient de la haute couture. Au moins, Dalic sait ce qu’il a entre les mains. Quelque chose comme un diamant brut. A lui de le polir et, surtout, de trouver les mots pour mettre tous ces gars-là devant leur objectif. Avec un sens commun.
S’ils jouent les uns pour les autres, ça peut vraiment faire mal. Terminer 3e pour une première participation à l’épreuve donne tout de suite le la. En Russie, cela fera vingt ans que Suker avait ouvert le score au Stade de France, en demi-finale, avant que Lilian Thuram… Vingt ans. Une génération. Celle-là est tout aussi dorée. Souffler n’est pas jouer ? Gare au damier !

1er tour
Le 16 juin à 21h, Stade de Kaliningrad : Croatie-Nigeria
Le 21 juin à 20h, Stade de Nijni-Novgorod : Croatie-Argentine
Le 26 juin à 20h, Stade de Rostov : Croatie-Islande

Classement FIFA : 18

Visa mondial
• Superficie : 56 542 km2
• Population : 4,15 millions d’habitants
• Capitale : Zagreb
• Fédération : Hrvatski Nogometni Savez
• Année de fondation : 1992
• Affiliation FIFA : 1992
• Couleurs : maillot et bas à damier blanc et rouge, short blanc
• Equipementier : Nike

L’homme à suivre : Luka Modric
Il est tellement facile balle au pied, tellement à l’aise quand l’air vient à manquer… Pressé, à un contre trois, dans un filet qui se referme, il trouve toujours la solution. C’est presque agaçant pour ses adversaires. On les comprend. Mais que c’est agréable à regarder ! Modric a cette particularité d’être à la fois l’un des meilleurs du monde à son poste et l’un des plus stylés. Et dire qu’avec Zinédine Zidane dans la peau de son coach depuis bientôt deux ans déjà, on a l’impression que Mozart se bonifie…

Le chiffre : 26
Comme le nombre très restreint de joueurs croates ayant pris part aux éliminatoires, dont deux petits nouveaux lors des barrages contre la Grèce. Ça s’annonce serré pour la liste des 23…

Comment ils jouent
L’ADN est toujours aussi vivace côté croate, malgré le changement de sélectionneur intervenu en toute fin de parcours éliminatoire, une vraie spécialité chez Davor Suker, le président de la Fédération. Pas question de tout chambouler pour Zlatko Dalic, qui avait pour mission la qualification en barrage contre la Grèce. Maintenant, il a du temps pour peaufiner son plan de jeu. On peut penser que Dejan Lovren et Domagoj Vida tiennent la corde pour former la charnière centrale, devant Danijel Subasic. Luka Modric-Ivan Rakitic, ça fait rêver, Ivan Perisic-Marcelo Brozovic, ça peut faire peur. Et Nikola Kalinic-Mario Mandzukic, ça peut cohabiter ? C’est une bonne question.

Leurs éliminatoires
Zone Europe
2e du groupe I
20 pts, 6 v, 2 n, 2 d, 15 bp-4 bc
5.09.2016 : Croatie-Turquie 1-1 (Ivan Rakitic s.p.)
6.10.2016 : Kosovo-Croatie 0-6 (Mario Mandzukic 3, Matej Mitrovic, Ivan Perisic, Nikola Kalinic)
9.10.2016 : Finlande-Croatie 0-1 (Mario Mandzukic)
12.11.2016 : Croatie-Islande 2-0 (Marcelo Brozovic 2)
24.03.2017 : Croatie-Ukraine 1-0 (Nikola Kalinic)
11.06.2016 : Islande-Croatie 1-0
3.09.2017 : Croatie-Kosovo 1-0 (Domagoj Vida)
5.09.2017 : Turquie-Croatie 1-0
6.10.2017 : Croatie-Finlande 1-1 (Mario Mandzukic)
9.10.2017 : Ukraine-Croatie 0-2 (Andrej Kramaric 2)
Barrage
9.11.2017 : Croatie-Grèce 4-1 (Luka Modric s.p., Nikola Kalinic, Ivan Perisic, Andrej Kramaric)
12.11.2017 : Grèce-Croatie 0-0

Le coach : Zlatko Dalic
51 ans
Croate
En poste depuis octobre 2017
« Nous n’avons plus rien à calculer, ce groupe est à notre portée. Méfions-nous du Nigeria, on n’a rien à perdre contre l’Argentine et on connaît très bien l’Islande, ce sera le duel pour la qualification. »

Populaires

Presse magazines

Société d’Édition de Sites Internet Musicaux et Sportifs

Vélo Tout Terrain Planète Cyclisme City Ride Ride it

© 2017-2018 Editions Blue Print / SESIMS

To Top