Équipe de France

Corentin Tolisso au grand galop

A peine 20 ans et il paraît déjà installé, à droite, à gauche, au milieu. Depuis un an, Corentin Tolisso s’est fait une place à Lyon, où il est devenu quasi indispensable. Souvent infranchissable à la récupération mais aussi buteur régulier, il est l’un des éléments moteurs de l’OL dans ses rêves de titre.

Dimanche 9 mars 2014, 22h50. Corentin Tolisso vient d’offrir, à la 94e minute, une victoire importante pour l’Olympique Lyonnais au stade Chaban-Delmas, face à Bordeaux, dans la course à l’Europe. Il vient aussi de se faire un nom chez les supporters de l’OL. Depuis, que ce soit sous l’ère Rémi Garde ou l’ère Hubert Fournier, il n’a plus vraiment quitté le groupe. Et quand on connaît la concurrence énorme qui régnait au milieu de terrain à Lyon avec les Gourcuff, Gonalons, Grenier, Malbranque et autres Mvuemba, on sait que cela représente déjà une sacrée performance, surtout lorsqu’on n’a que 20 ans.
Petit à petit, Corentin a fait son nid. Une finale de Coupe de la Ligue (perdue face au Paris SG) et un quart de finale d’Europa League face à la Juventus Turin lui avaient permis de se familiariser avec le haut niveau à un rythme accéléré. Mais c’est cette saison qu’il a véritablement explosé. Titulaire presque inamovible en championnat, il a marqué à sept reprises en Ligue 1, des statistiques assez inhabituelles pour un milieu défensif, capable aussi de rendre des services comme latéral.
Une éclosion aussi rapide ne doit rien au hasard. Tolisso est un joueur intéressant pour ses coaches à travers sa polyvalence. La saison dernière, Rémi Garde avait besoin d’un latéral droit pour suppléer Miguel Lopes, blessé. Il avait essayé le natif de Tarare qui l’avait convaincu. Hubert Fournier cherchait un arrière gauche après la blessure puis le départ à la CAN en janvier d’Henri Bedimo, il a fait redescendre son numéro 24 qui s’est adapté avec brio, réussissant même à pousser Mouhamadou Dabo, un habitué du rôle, sur le banc.
Son coach lui accorde une confiance totale et admire sa capacité à tout bien faire, quel que soit le poste qui lui est attribué. « Les bons joueurs peuvent évoluer partout. Corentin est toujours là et il réalise des prestations tout à fait satisfaisantes. Le grand avantage ? On lui explique quelque chose une fois et il comprend tout de suite. C’est la marque des joueurs qui ont un certain avenir dans le monde professionnel. »
Corentin Tolisso a appris plus vite que tout le monde. Il a laissé ses amis du centre de formation, pour la plupart scotchés en CFA, pour les terrains de France et d’Europe. Mais il ne s’enflamme pas pour autant. Il continue à travailler d’arrache-pied. A l’entraînement, il est souvent le dernier à quitter la pelouse, restant pour bosser ses frappes, la plupart du temps avec son capitaine Maxime Gonalons. Du rab qui a porté ses fruits à plusieurs reprises cette saison.
Quelquefois, certains oublient que le môme n’a que 20 ans et qu’il a encore beaucoup à apprendre. Il lui arrive de passer au travers, comme lors du derby à Geoffroy-Guichard en novembre dernier. Une relance totalement manquée avait permis à Renaud Cohade d’entériner la victoire stéphanoise (3-0). Le pur Lyonnais qu’il est avait eu du mal à oublier ce match et il avait subi une baisse de régime en décembre. « Je pense encore un peu au derby, expliquait-il alors. J’essaie d’oublier et de rebondir. » Avec une force mentale parfois déconcertante, vu son manque d’expérience, il a sorti la tête de l’eau et aidé son club à basculer en tête du championnat à l’arrivée du mois de mars.
Forcément, les portes des Bleuets se sont ouvertes rapidement. Pierre Mankowski a fait appel à lui pour les barrages de l’Euro 2015 face à la Suède et même avant, lors de quelques matches de qualification. Malgré l’échec retentissant de cette campagne, le sélectionneur a été maintenu. Et il est difficile, désormais, d’imaginer le milieu de terrain tricolore sans ses deux pépites : Morgan Sanson et Corentin Tolisso. L’objectif, pour le Lyonnais, est de durer à ce niveau et de confirmer ses performances en club avant de voir encore plus haut. Il reste plusieurs paliers à franchir pour pouvoir rêver des A. Le rapide Tolisso peut quand même prendre son temps…

Camille LEDUN / PLANETE FOOT

La date à retenir
9 mars 2014. Bordeaux-Lyon en championnat. Au bout du temps additionnel, Corentin inscrit de la tête son premier but chez les pros. Il permet à l’OL de s’imposer 2-1 en terre girondine.

Apprenti cuisinier
Sur le terrain, Corentin Tolisso a fait ses preuves aussi bien comme latéral gauche que comme latéral droit ou au milieu du terrain. S’il est un domaine où son apprentissage a été moins rapide, c’est derrière les fourneaux. Amateur du « Cordon bleu »-frites et du steak haché, il a dû revoir ses goûts culinaires, carrière pro oblige. Mais cet apprentissage a été plus compliqué et surtout pas aussi concluant ! Quand on vous dit qu’on ne peut pas être parfait dans tous les domaines…

Profil
■ Né le 3.08.1994 à Tarare
■ Milieu
■ 1,81 m, 78 kg
■ Roadbook : Olympique Lyonnais (formé au club)
■ International Espoirs (France)

Populaires

To Top