Équipe de France

Claudio Beauvue, bon pied, bon œil

Après avoir enchaîné les refus dans les catégories de jeunes, Claudio Beauvue a éclaté cette saison à Guingamp. L’attaquant de poche a enquillé les buts et les actions décisives pour sortir son club de plusieurs situations périlleuses. Notamment lors de la qualification en Grèce, en Europa League.

Il y a encore un peu plus d’un an, Claudio Beauvue nageait dans l’anonymat (presque) le plus total. Aujourd’hui, son talent frappe les spécialistes comme les supporters. Rapide et technique, le n°12 de l’En Avant se faufile partout. Et il est indispensable à la réussite du groupe guingampais. En 33 matches de Ligue 1 cette saison, le Guadeloupéen totalise 15 buts et 5 passes décisives. Il est loin derrière le stratosphérique Alexandre Lacazette (27) mais au pied du podium des buteurs, juste derrière André-Pierre Gignac (20) et Zlatan Ibrahimovic (17). Mention très bien, donc, pour un joueur débarqué en L1 il y a à peine deux ans (en février 2013, sous les couleurs du SC Bastia). Ces 15 buts, c’est déjà plus, beaucoup plus que sur toute la saison dernière (5 pions en 36 matches de championnat). Toutes compétitions confondues, Claudio cumule 25 buts et 8 caviars en 49 rencontres.
Finalement, ce qui étonne le plus chez le Guingampais, c’est sa capacité à marquer de la tête du haut de son petit 1,74 m. Ses coups de tête ont été décisifs à plusieurs reprises en championnat. Seul André-Pierre Gignac fait mieux. Une preuve que la taille ne fait pas le talent. Doté d’un timing et d’un sens du placement bien au-dessus de la moyenne, Beauvue fait des misères aux défenses françaises depuis maintenant deux saisons. Cette réussite dans le domaine aérien lui a valu le surnom de « Air Beauvue ». Contre le PAOK Salonique, en Ligue Europa, il avait ouvert le score d’un gros coup de boule sur un coup franc de Thibault Giresse. La suite, on la connaît : un doublé pour sa pomme, la victoire en Grèce et la qualification pour les 16e de finale.

Exister en Première division n’est pas une mince affaire
Au vu de sa réussite actuelle, difficile d’imaginer et de croire que Claudio a galéré pendant plusieurs années entre le National et la Ligue 2. Et pourtant… Formé à Nantes, il est d’abord recalé juste avant son entrée chez les pros. Après un premier contrat professionnel signé à Troyes en 2007 et quelques expériences pas toujours heureuses dans l’Aube, avec une descente en National en 2009, il boucle ses valises, direction Châteauroux. Toujours sans grande réussite. En 2013 sonne l’heure du grand saut en Ligue 1, à Bastia. Il a 24 ans et il n’a plus de temps à perdre.
Mais accéder à ce niveau a un prix. Jugé trop petit pour évoluer en pointe – son poste de formation – à l’époque, Claudio est déplacé sur les ailes. Exister en Première division n’est pas une mince affaire, encore plus à un poste qui n’est pas le sien. Ce n’est qu’à son arrivée en Bretagne et sous la direction de Jocelyn Gourvennec que Claudio va retrouver sa position de 9. Et sa liberté en même temps. Il s’envole une première fois en Coupe de France pour offrir un deuxième trophée au club. Et une seconde pour envoyer Guingamp vers les 16e de finale de l’Europa League. Evénement tout aussi historique pour l’En Avant.
Beauvue affirmait avoir gagné en assurance au fil des semaines. « Le fait d’enchaîner les matches donne de la confiance. Je commence à bien connaître le championnat mais je peux encore progresser, à l’image d’un Didier Drogba, arrivé sur le tard et encore en pleine forme à son âge. C’est un exemple. » Petit Beauvue est devenu grand. Il n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour effacer des mémoires guingampaises le goleador Mustapha Yatabaré, parti l’été dernier en Turquie. Noël Le Graët, actuel président de la Fédération et ancien président de l’En Avant, est séduit : « J’ai beaucoup aimé les matches de Beauvue en Europa League. C’est vraiment un bon joueur. »
A 27 ans, le Guadeloupéen réalise sans aucun doute la meilleure saison de sa carrière et il possède une marge de progression assez considérable. Un vrai bol d’air frais dont les Bretons avaient besoin pour jongler entre les rendez-vous européens et les matches au couteau en Ligue 1.

Camille LEDUN / PLANETE FOOT

La Guadeloupe dans le cœur
Jamais retenu dans les différentes sélections françaises chez les jeunes, Claudio Beauvue a finalement choisi la Guadeloupe pour jouer en A en 2008. Le choix du cœur pour celui qui a quitté son île et les siens à 13 ans, direction la Loire-Atlantique. A ce jour, Claudio ne totalise que 2 petites sélections (3 buts), ce qui peut s’expliquer par le fait que la Guadeloupe dispute très peu de matches sur une année.

Profil
■ Né le 16.04.1988 à Saint-Claude (Guadeloupe)
■ Milieu
■ 1,74 m, 66 kg
■ Roadbook : Troyes (2007-11), Châteauroux (2011-jan. 2013), Bastia (Jan.-juin 2013), Guingamp (depuis juil. 2013)

Populaires

To Top